ça pédale dure à Drancy

LE MAIRE UDI DE DRANCY S’ATTAQUE AUX VÉLOS

Après une lettre, non signéé, sans tampon de la Marianne,  au Président du conseil départementale, où elle siège avec son acolyte UDI, Mme Aude Lagarde sort l’artillerie lourde par une pétition aux frais des habitants de Drancy (lettre T).

On se demande ce que fait Mme Lagarde avec ses cumuls de mandat, et son impossibilité d’échanger et de voter au conseil départementale du 93.

lettre velo.jpg

velo 1

La solution UDI est simple, stop aux vélos à Drancy et pas de pistes cyclables sur la N186 Avicenne La Courneuve.

Alors nous avons droit au Bla bla de Aude Lagarde sur le dernier Drancy Media

L’argument soulevé est la non concertation du CG 93, on sent bien la future élection cantonale de 2021, ou l’on montre du doigt le mal, mais intéressons nous à nos élus de Drancy.

bla bla du maire.jpg

« … POUR SE FAIRE ENTENDRE UNE PÉTITION SOIT NECESSAIRE »

Et puis plus rien, en vacances avec son Député…qui lui ne dit maux..

Mais nos édiles reviendront bien toucher leurs indemnités d’élu(e)s…

PENDANT CE TEMPS LE PRÉSIDENT DU CG 93 REÇOIT L’OPPOSITION DE DRANCY

velo 3.jpg

velo.jpg

ET DANS LES PRÉCISIONS ON APPREND QUE AUDE LAGARDE ET SON COLLÈGUE UDI AU CG 93 SE SONT ABSTENUS SUR LE VOTE DU CORONAPISTE A DRANCY !

velo 2

 

ALORS AVEC CE GENRE D’ELU(E)S UDI C’EST :

ÉCOLOGIE, MAIS PAS TROP A DRANCY

Dans le même journal municipal UDI, il est dit non aux pistes cyclables, et pourtant il est proposé une remise municipale pour l’achat d’un vélo à Drancy…

pas de coronapiste mais acheter un velo.jpg

Oui, mais alors, je roule où à Drancy ????

AUDE LAGARDE ET SES ELU(E)S NE SONT PAS A UNE CONTRADICTION PRÊTE, D’AUTANT QU’A DRANCY PERSONNE (32000 inscrits) NE VIENT VOTER AUX ELECTIONS… (sauf les membres adorateurs  Lagardien (6999 voix))

Pour sourire encore plus la tribune signée par JC LAGARDE en avril 2018 (JDD)

jdd2

signé lagarde

 

Des girouettes UDI, dans le sens du vent….

RÉVEILLEZ VOUS LES GENS… 27 ans de règne, ça devient lourd pour nos poumons…

Et faire des courts circuits avec les autres élus pour ne travailler qu’avec son amie Pécresse (LR) IDF, cela n’aide pas les habitants de Drancy qui sont 72 000…

A PEINE UNE ÉLECTION FINIE, ILS SONT DÉJÀ SUR LA PROCHAINE…

SOYEZ LA MAIRE DES HABITANTS DE DRANCY ET NON SEULEMENT DE VOS SOUMIS UDI…

BILAN LISTE AUDE LAGARDE

LA LISTE ET SA CANDIDATE UDI – LREM NOUS DONNENT SON BILAN

PHOTOS.jpg

Nous pouvons nous poser la question des photos et comment ont elles été prises ? pour exemple :

Photo mais par qui.jpg

La Photo est bien du bien public payé par nos impôts « Drancy Media » … Pourquoi est il ainsi dupliqué pour un parti politique ? Toutes les photos posent donc questions ? Qu’en est il des comptes de compagne et de l’usage abusif de l’intérêt général ?

Dans le cadre d’une vision pleine quelques questions sur les écrits ?

rectif.jpg

Sur FRAP source Listes

Source VRAI FAUX IFRAP ( Marianne)

L’Ifrap d’Agnès Verdier-Molinié : faux institut de recherche et vrai lobby ultra-libéral

CE QUI EST PERDU DEPUIS 2014

Le transport (métro, gare de triage…) on oubli…

La sécurité, passage à 50 agents de police municipale, tous juste 20 agents..

La verdure, une serre disparue ou survivante sous perfusion, passage de 65 agents à 25 jardiniers…

La cantine pour les maternelles gratuités…

Le conservatoire de Musique Théâtre et Danse (3 mandat de promesses + 1)

Devant cette référence bien inquiétante une photo qui dit plus que tous

LREM UDI DRANCY.jpg

 

DRANCY MUNICIPALES 2020 NON A L’ABSTENTION

index

jaime

DRANCY CERTAINS FERAIENT MIEUX DE LA FERMER

Séquestrée et prostituée de force, une ado alerte sa mère sur Snapchat

Séquestrée depuis près de deux semaines et forcée à se prostituer pour le compte de deux hommes, une adolescente de 14 ans a prévenu jeudi soir sa mère par Snapchat.

La maman a contacté la police et leur a fait part du message qu’elle venait de recevoir de sa fille qui avait fugué de son foyer, et qui affirmait être séquestrée dans un immeuble d’une résidence se trouvant rue Diderot à Drancy (Seine-Saint-Denis).

Les policiers se sont rendus sur place et ont pénétré dans un logement squatté où se trouvait la jeune fille.

Âgé de seulement 15 ans, un adolescent qui se trouvait à l’intérieur et a été immédiatement interpellé par les forces de l’ordre, a reconnu être le «geôlier» de la jeune fille, la forçant à rester dans cet appartement.

L’adolescente âgée a déclaré aux policiers qu’elle avait fugué à la mi-décembre d’un foyer situé dans le XIXe arrondissement de Paris où elle se trouvait, avant d’arriver dans ce logement squatté, il y a environ 15 jours.

Forcée de se prostituer de jour comme de nuit

L’adolescente a ensuite expliqué aux policiers qu’elle était forcée par deux hommes à se prostituer de jour comme de nuit, tout comme une autre jeune fille qui n’était pas présente.

De nombreux relevés et prélèvements ont été effectués par les enquêteurs et les techniciens de l’identité judiciaire sur place et l’appartement a été placé sous scellés pour les besoins de l’enquête. Plusieurs voisins ont par ailleurs confirmé aux policiers les nombreuses visites de jour comme de nuit dans cet appartement.

L’adolescente a été conduite à l’hôpital et à l’Unité médico-judiciaire (UMJ) puis entendue longuement par les enquêteurs avant d’être placée dans une structure spécialisée pour la nuit.

Les investigations ont été confiées au commissariat de Drancy.

 

 

A DRANCY A GAUCHE CELA SE RASSEMBLE

Communication de la liste Ensemble Drancy, pour toutes et tous.


groupe drancy.jpg

Dès ce dimanche 8 décembre, à 10h, nous serons au marché des 4 Routes pour distribuer cette déclaration et échanger avec les Drancéennes et les Drancéeens qui souhaitent construire un projet répondant à leurs besoins, pour les élections municipales de mars 2020 et les 6 années à venir.
« Ensemble, Drancy, pour toutes et tous ! »

Distribution du Tract ce Dimanche sur le Marché Henri Barbusse de Drancy

Le site sur FACEBOOK cliquez sur  l’image plus haut ou cette ligne

ensembledrancypourtous@gmail.com pictogramme-mailing-rouge

GROUPES DRANCY.jpg

 

Les élus de Drancy s’expriment…

numéro 1 A Gauche pour Drancy

journal drancy n-1

Mon drancy.org diffuse, diffuse ( Rappelons que plusieurs candidats et maintenant élus ont attaqué notre liberté d’expression sur Internet ( Voir la raison de notre changement de site en .org). Et certains ce disaient de gauche ??? !!!

Drancy le train train du Maire mais les camions en moins…

webAutoroute-Ferroviaire-LE-BOULOU-103
b3547fef00b42c4d65ebc840685648da

http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4f3d114d94a6f66945000325/5368e2379473994ecd2b8a25/c6b6dd5d9da64b659766b1c78a8dc935?wmode=transparent&autoplay=1

CLIQUEZ SUR L IEN OU LES PHOTOS POUR LE REPORTAGE VIDEO

POLITIS SUR LA GARE DE TRIAGE DE DRANCY

Un bel article sur la dernière gare de triage d’Ile de France par le magazine POLITIS qui donne enfin la parole aux citoyens et aux cheminots
GARE EN ALERTE A DRANCY

POLITIS622014

Drancy La réunion du 16 janvier 2014 sur la gare de triage

Compte rendu :

Comment peut-on, impunément, jouer avec la vie des gens ?
Les présidents de  SNCF et RFF n’ont pas l’air de se poser la question !
Il est vrai MM. Guillaume Pepy et Jacques Rapoport ne vivent vraisemblablement pas dans une zone « à risques » comme les habitants du Blanc-Mesnil, du Bourget ou de Drancy !

Pour autant, en apportant aucune réponse -pour l’instant – aux attentes légitimes de ses riverains de la gare de triage de Drancy, ils accentuent leurs désarrois et leurs inquiétudes.

Qui ne dit mot consent, dit l’adage. Sauf, que dans ce cas,le silence de la SNCF ( Société Nationale des Chemins de Fer) et de RFF (Réseau Ferré de France) est malsain.

L’image de marque de ces sociétés nationales devraient encore plus en pâtir.  Mépriser à ce point, l’inquiétude et la peur de milliers d’habitants n’est pas une attitude responsable.

Elle l’est encore moins après le rapport accablant du bureau études accident qui a fait apparaître de graves négligences ainsi qu’un défaut flagrant de maintenance, lors du déraillement qui a eu lieu en gare de Brétigny-sur-Orge. Rien ne dit, que les déraillements successifs des 11 et 23 décembre derniers, à Drancy, ne sont pas dû aux mêmes causes.

Le rapport ministériel qui devrait être communiqué le 16 janvier prochain, lors d’une table ronde organisée par le Préfet de  Seine-Saint-Denis, en présence des ministres concernés , des élus locaux et de toutes les associations, devrait apporter des éléments de réponses.  Pour autant, sera-t-il aussi corrosif que celui du BEA ? Rien n’est moins sûr.

En attendant, les habitants des villes concernées vivent dans la peur d’un accident grave. Cette angoisse permanente se comprend aisément lorsqu’on sait que la gare de triage de Drancy ne dispose que d’un moyen « primitif »  d’alerte: la sirène. Imaginons qu’un nouveau incident intervienne un mercredi, jour d’essai des sirènes d’alerte de la ville, et c’est la mort assurée de milliers de personnes.

N’étant pas classée Seveso, l’aspect sécuritaire se limite au strict minimum. Pour Alain Ramos, conseiller municipal du Blanc-Mesnil, fortement impliqué dans ce combat, « la sécurité est inexistante ». C’est également l’avis du député-maire  UDI  de Drancy, Jean-Christophe Lagarde qui a , interpellé, une nouvelle fois, le premier Ministre, lors des questions au gouvernement.

« Par deux fois, j’ai attiré votre attention, sur les dangers reconnus par l’Etat (…) 30.000 personnes sont en danger de morts et on m’a répondu « Circulez, il n’y a rien à voir ». Je demande que le principe de précaution prévu constitution soit appliquée ».

Frédéric Cuvillier, le ministre délégué aux Transports, à la mer et à la pêche, lui a répondu en lieu et place de Jean-Marc Ayrault.  Il est notamment revenu sur les mesures d’urgences mises en place dès l’accident survenu et a insisté sur les mesures prises, à savoir, la limitation de la vitesse à 30  km/h,  ainsi que les engagements supplémentaires demandés à la SNCF et RFF.  Il a également insisté sur le fait que « le transport ferroviaire était plus sûr que le routier » Bref, c’est ce que l’on appelle « noyer le poisson ».

Il est à noter, que dans ce dossier sécuritaire,  l’étiquette politique  est passée outre. L’union entre les édiles s’est faite afin d’obtenir gain de cause et redonner une tranquillité relative à leurs administrés.
Didier Mignot, le maire du Blanc-Mesnil,  est lui aussi fortement impliqué dans ce dossier. Il a dernièrement saisit la justice, par voie de référé, afin de mettre l’Etat devant ses responsabilités.

Cette situation est d’autant plus inexplicable que la SNCF et RFF savent, tous deux,  tout comme le gouvernement, que le risque zéro n’existe pas en matière de transports de marchandises dangereuses, comme dans bien d’autres domaines, d’ailleurs. Les habitants le savent également et pourtant, aucune concertation n’a eu lieu pour l’établissement du « porté à connaissance »  du 22 avril 2013.

C’est la publication de ce document qui fait état de graves dangers encourus par les riverains du site de triage de Drancy qui a créé la mobilisation qui ne cesse depuis de s’amplifier. Leur courroux porte bien entendu sur le transit et le stationnement de matière dangereuses en gare de triage de Drancy, mais également sur le périmètre de sécurité retenu par le « porté à connaissance ». En effet, il  en délimite la zone à 620 mètres.

 Or, bizarrement, le chlore n’a pas été inclus dans ce document. Et pour cause: en l’excluant volontairement, les auteurs de ce document, ont réduit au strict minimum le périmètre de sécurité qui aurait dû être de 2.600 mètres.  « L’incompétence de l’administration nous fait peur« , assène Alain Ramos. Et, on ne peut pas lui donner tort.

Lui, comme toutes les personnes qui suivent de près ce dossier ne veulent qu’une chose: l’arrêt du transit et du stationnement  sur le site de Drancy  des wagons transportant des matières dangereuses et toxiques. « La sécurité publique et sanitaire, n’est pas négociable« , affirme Alain Ramos. Même son de cloche du côté du Collectif des Riverains de la Gare  de triage de Drancy (Corigat), animé par Jean-Pierre Quinet.

Là où le bât blesse, c’est que Drancy est la seule gare de triage encore en service pour toute l’Ile-de-France. Il y en avait cinq auparavant. Forcément, tout passe par elle. Aujourd’hui, le trafic est de 220.000 wagons à l’année, dont 12 à 13.000 dangereux et/ou toxiques. Et, le développement de ce mode de transport ne verra qu’accroître les risques.

Dans ce dossier, le silence du gouvernement est assourdissant. Hormis la réponse sibylline du ministre des Transports, on ne peut pas dire que le sujet met en « émoi » la République.

La vie des riverains de la gare de triage de Drancy vaut-elle moins que celle des usagers de la route ?
On est en droit de se poser la question, surtout lorsqu’on voit les moyens mis en oeuvre pour sauver quelques vies. L’effort est louable. Mais, il vous faut aussi avouer que, dans ce domaine, le sécuritaire rime avec le répressif « pécunier ».

En effet, inutile pour le gouvernement – comme tous ceux qui l’ont précédé – de se voiler la face: la sécurité routière fait rentrer des millions d’euros dans les caisses de l’Etat. Même si,chose incompréhensible, l’entretien et la gestion des radars sont confiés à une société privée – dont le PDG est le frère de Gilles De Robien, ancien ministre – qui fait payer chèrement ses services.

Dans le cas de la gare de triage de Drancy, c’est tout le contraire. Mais, inutile de s’affoler du côté  des sociétés publiques,   – comme au sommet de l’Etat – que sont la SNCF et RFF.  Et pour cause. « Ils ont cinq ans pour mettre en oeuvre les mesures de sécurité recensées dans le porté à connaissance« , s’insurge Alain Ramos. Autant dire que les riverains de cette gare de triage peuvent être rayés de la carte sans que cela inquiète la SNCF et RFF.

Quelle solution ?

Alain Ramos et tous ceux qui se battent pour que leur quotidien ne soit pas identique à celui qu’a connu la population de Mississauga, en 1979  dans la banlieue de Toronto, en Ontario, au Canada, c’est-à-dire  une évacuation d’urgence afin de parer au plus pressé, verrait d’un bon oeil,  l’éloignement de ses wagons indésirables.

La coordination des associations de riverains des sites Seveso s’est même proposé de leur prêter main forte. Le soutien de cette organisation est un plus qui pourra peut-être, faire pencher la balance du bon côté, comme l’espère Alain Ramos.

La solution ? Pourquoi pas la « réouverture » d’une des anciennes gares de triage éloignée de toute population ? Celle de la forêt d’Achères pourrait être une réponse. Mais, il est bien évident que les habitants de la commune de Saint-Germain-en-Laye, ne l’entendent pas de cette oreille.

Alain Ramos comme tous les élus et les riverains ne s’opposent pas à la gare de triage, ils en connaissent l’impact économique. Dans un  passé pas si lointain, les responsables politiques de ces villes étaient issus de la SNCF, ils connaissaient donc toutes les incidences que pourraient avoir cette gare.

Silencieux depuis le début de cette affaire, la SNCF et RFF se cachent derrière le fait que depuis sa création en 1863, la gare de Drancy n’a connu aucun accident grave qui ait pu porter atteinte aux riverains. Elles oublient toutes deux que le trafic a changé. Le transport des matières dangereuses et toxiques est de plus en plus important.

Alors que faire ?  Faut-il attendre qu’il y ait des morts  dans ce périmètre, pour que ces sociétés publiques fassent quelque chose ? Ce n’est pas à espérer.

Gageons que ces sociétés publiques et l’Etat seront assez responsable pour prendre la décision qui s’impose et permettre ainsi, aux riverains de la gare de triage de Drancy de dormir sur leurs deux oreilles, en toute quiétude.

Pour parvenir à leurs fins, les élus et tous ceux qui se mobilisent ont, d’ores et déjà prévu, de battre le pavé jusqu’au mois de juin prochain. Et plus encore s’il le faut.

Source : http://epsorg.fr/actus/la-vie-des-riverains-de-la-gare-de-triage-drancy-vaut-elle-moins-que-celle-des-usagers-de-la-route/

A Drancy Autolib désorganisé : Bolloré « c’est la Mairie ! »

Article repris du site www.aunomdelaroz.com, avec leur autorisation.

A Drancy, 1ère ville à être fièrement équipée d’Autolib municipales pour les services de mairie, initiative d’ailleurs excellente, dont j’avais émis la suggestion il y a quelques mois en conseil municipal, les Autolib se font de plus en plus rares et encore aujourd’hui, voici ce que montre le site de réservation Autolib, 9 disponibles en tout et pour tout, sur Drancy.

Cela fait plusieurs mois que ça dure … En tant qu’usager de la première heure des ce mode de locomotion, voici l’échange que j’ai eu à ce sujet avec Autolib, le 29 décembre dernier :

  • Voici ma réclamation, postée le 12 décembre sur le site www.autolib.eu

Expéditeur : Gilles SAULIERE – Sujet : Une réclamation – Date : 12 décembre 2013 15:12:52 – Bonjour, Je réside à Drancy et cela fait plus d’une semaine qu’il n’y a quasiment aucune Autolib sur la ville. Encore au moment où j’écris ce mail, j’en compte 3 pour toute la ville. Je dois aller sur Paris dans une heure, et ce sera un miracle s’il en reste une. Comme fait exprès, vous nous envoyez en plus des opérations Banlieue-Paris offerts… mais il est évident que s’il n’y a pas d’autolib, cela ne sert pas à grand chose. Cordialement Gilles Saulière.

  • Et la réponse d’Autolib, (17 jours plus tard…)

Message #15306 – Une réclamationExpéditeur : Relation Client Autolib’Sujet : Re : Une réclamation – Date : 29 décembre 2013 21:12:19
Cher M. Gilles Sauliere,
Nous avons bien pris connaissance de votre message du 12 décembre 2013, concernant la régulation de nos stations sur la ville de Drancy. Tout d’abord, sachez que nous sommes désolés de l’absence de véhicules parfois, lorsque ceux-ci sont déjà loués. L’opération PIM a pour but de vous permettre une gratuité de trajets de banlieue vers Paris (hors villes exclues et dans la limite d’1h30 par location), dans le but d’aider à la régulation des stations manquant de véhicules.
Toutefois, si vous jugez que le nombre de stations et véhicules n’est pas suffisant sur la ville de Drancy, nous vous invitons à vous rapprocher de la mairie, qui est décisionnaire de ces éléments.
Nous tenons compte de vos remarques pour l’amélioration de nos services, et vous en remercions. Restant à votre disposition 24/24H et 7/7J au 0800 942 000 pour toute information,
—-
Merci d’avoir choisi Autolib’. Votre service client Autolib’

Autolib se retranche donc derrière la municipalité ! j’écris donc un email au Maire de Drancy le 31 décembre, avec copie de l’échange avec Autolib => 13 janvier : toujours zéro réponse et 9 Autolib seulement sur Drancy… et 57 places libres… Les parisiens peuvent venir, on pourra les accueillir….

A quoi sert ce magnifique ensemble de 13 stations Autolib, s’il n’y en a plus aucune à disposition des drancéennes et des drancéens ? La question est posée.

Ceci dit, au moins, les agents de la municipalité auront de quoi garer leurs propres Autolib de fonction….

Gilles Saulière

source Au nom de la Rose