Olivier Valentin et Nathalie Vasseur pour la liste FDG-PCF sur le canton de Drancy

vasseur-valentinOlivier Valentin et Nathalie Vasseur mènent la liste FDG-PCF aux départementales 2015 pour le canton de Drancy.

Ils étaient déjà les 2 premiers de la liste FDG-PCF-EELV aux dernières municipales, mais cette fois, ce sera sans EELV, alliés aux socialistes.

Le groupe facebook de la liste, qui n’est autre que celui des dernières municipales, relooké pour l’occasion : https://www.facebook.com/groups/563316540384038/ (ce groupe est privé, il fut montrer patte blanche pour en faire partie. … Ce qui est assez saugrenu pour une campagne. Peut-être y aura-t-il prochainement une page ouverte à tous et/ou un site, nous vous tiendrons au courant.

JC LAGARDE « NON A LA RECONNAISSANCE D’ UN ETAT PALESTINIEN »

logo_paix_comme_palestine

OUI MAIS….

110 parlementaires français : “nous nous opposons à la reconnaissance unilatérale palestinienne”

Initié par les présidents des groupes d’amitié France-Israël à l’Assemblée nationale et au Sénat, Claude Goasguen (UMP) et Jean-Pierre Plancade (RDSE), le texte réunit des élus de droite, du centre et de gauche.

Monsieur le Président de la République,

Nous, parlementaires français issus de la majorité présidentielle et des rangs de l’opposition, réaffirmons notre engagement en faveur d’une résolution pacifique et négociée du conflit israélo-palestinien reposant sur le principe de deux Etats pour deux peuples.

Nous sommes convaincus que seule la voie du dialogue peut garantir l’établissement d’une paix juste et durable. Aussi, nous appelons Israéliens et Palestiniens à reprendre sans plus tarder le chemin des pourparlers et les exhortons à s’abstenir de toute démarche unilatérale. C’est la raison pour laquelle, nous nous opposons à la stratégie de contournement des négociations visant à imposer la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien lors de la session de septembre de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Certes, le chemin qui mène à la paix est parsemé d’obstacles et le blocage actuel des pourparlers pourrait conduire un certain nombre d’entre nous à estimer qu’une telle démarche est frappée au coin du bon sens.

Elle est en réalité dangereuse, contreproductive et illusoire. Dangereuse, car loin de résoudre le conflit, elle ne fera que le perpétuer et l’exacerber en suscitant des attentes au sein de la population palestinienne que la réalité du terrain ne saurait combler. La frustration générée par ces attentes déçues pourrait alors rapidement déboucher sur un nouveau cycle de violences. Cette démarche est également contreproductive et illusoire, car aucune « solution miracle » ne soustraira les parties à la laborieuse mais nécessaire négociation des dossiers relatifs au statut permanent (Jérusalem, les frontières, la sécurité, les implantations, les réfugiés, l’eau) sans laquelle aucune paix n’est envisageable.

Il n’y a en effet pas d’alternative aux négociations qui implique de part et d’autre des concessions douloureuses. Comme l’a rappelé le Président américain Barack Obama lors de son allocution du 19 mai 2011 devant le Département d’Etat, une paix durable et équitable n’est possible qu’au moyen d’une approche reposant sur une démarche de type bilatérale. “Les actes symboliques destinés à isoler Israël aux Nations unies en septembre ne créeront pas un Etat indépendant”, a-t-il ajouté.

Cette position a été récemment réaffirmée par le Président du Parlement européen, Jerzy Busek, qui a estimé pour sa part lors d’une conférence de presse le 15 juin 2011 à Ramallah, que la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien serait « … inutile et dangereuse ».

De même, au sein de l’Autorité palestinienne, cette stratégie de contournement des négociations est loin de faire l’unanimité. Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad a publiquement fait part de ses doutes quant au bien fondé d’une telle démarche. Elle ne fera, selon lui, pas avancer la cause palestinienne et risquerait au contraire d’éloigner son peuple de la réalisation de sa légitime aspiration.

En outre, cette manœuvre politique sape les fondements juridiques sur lesquels repose le processus de paix et viole les accords conclus entre Israël et l’Autorité palestinienne, accords dont la France et avec elle, l’ensemble de la communauté internationale, se sont portées garantes. En effet, les résolutions 242 (1967) et 338 (1973) du Conseil de Sécurité de l’ONU, les accords d’Oslo (1993) et la Feuille de route adoptée par le Quartet (Nations-Unies, Etats-Unis, Russie, Union Européenne), rejettent toute démarche unilatérale et invitent les parties à négocier ensemble une résolution du conflit reposant sur le principe de « deux Etats pour deux peuples vivant côte à côte dans la paix et la sécurité ». Ce principe à été rappelé à de maintes reprises, notamment en Février 2011 par le Quartet qui « …réaffirme qu’une action unilatérale de l’une ou de l’autre des parties en présence ne peut anticiper sur les négociations à venir et ne serait pas reconnue par la communauté internationale. »

Par ailleurs, la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien conduira les parties dans une impasse et condamnera le processus de paix à une mort certaine. Elle limitera inévitablement les marges de manœuvre de la direction palestinienne et sa capacité à faire des compromis. Toute concession sera à l’avenir interprétée et vécue par la population palestinienne comme un renoncement et un recul inacceptable.

De même, elle enterrera définitivement les espoirs des partisans Israéliens et Palestiniens de la paix qui n’ont cessé d’œuvrer en faveur d’une solution négociée depuis l’inauguration du processus de paix à Madrid en 1991. Elle les marginalisera au profit des extrémistes qui refusent toute concession et n’hésitent pas à recourir à la violence.

Enfin, cette démarche unilatérale mettra en péril la coopération israélo-palestinienne dans les domaines de l’économie et de la sécurité qui a permis une croissance sans précédent en Cisjordanie et l’instauration d’un calme relatif dans les Territoires placés sous le contrôle de l’Autorité palestinienne. Elle conduira les parties à durcir leurs positions et risquerait de précipiter un nouvel affrontement à l’heure où les incertitudes planent sur l’avenir d’une région instable qui connaît de profonds bouleversements. Nous savons toute l’attention que votre gouvernement porte au processus de paix au Proche-Orient et partageons avec vous le souhait que la France et ses partenaires européens jouent un rôle plus actif dans les pourparlers israélo-palestiniens.

C’est pourquoi nous vous demandons solennellement, Monsieur le Président de la République, de réaffirmer l’engagement de la France en faveur d’une solution négociée au conflit en vous opposant à la résolution visant à imposer de manière unilatérale la reconnaissance d’un Etat palestinien. Seul un retour à la table des négociations et des concessions réciproques reposant sur le principe d’une reconnaissance mutuelle garantira l’établissement d’une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens. Nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République, en l’assurance de notre plus haute considération.

… Jean Christophe LAGARDE Député Drancy, Bobigny, Le Bourget…

Pourtant Bobigny et Drancy s’exprime autrement..



 

Petit rappel François Hollande Candidat à la présidence de la République Française

59 J’engagerai un retrait immédiat de nos troupes d’Afghanistan : il n’y aura plus de troupes françaises dans ce pays à la fin de l’année 2012. Je prendrai des initiatives pour favoriser, par de nouvelles négociations, la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine. Je soutiendrai la reconnaissance internationale de l’État palestinien.

Jaurès est mort, il y a 100 ans

Huma-mort-jaures

« Il ne peut y avoir de révolution que là où il y a conscience.  »

Jean Jaurès

Jean Jaures Drancy

Hommage Jeudi 31 juillet 2014

18 h 30 Place de la Mairie

Buste Jean Jaures

Les élus de Drancy s’expriment…

numéro 1 A Gauche pour Drancy

journal drancy n-1

Mon drancy.org diffuse, diffuse ( Rappelons que plusieurs candidats et maintenant élus ont attaqué notre liberté d’expression sur Internet ( Voir la raison de notre changement de site en .org). Et certains ce disaient de gauche ??? !!!

Enfin Drancy applique la Loi sur l’encard de l’opposition du Journal municipal Immediat te ment

immediat

LIBRE OPINIONsoc

Enfin, ce qu’avait avancé Mon Drancy.org est appliqué, enfin presque !

Un fait, la majorité s’exprime dans l’ensemble du journal comme toujours, l’opposition à son emplacement, enfin ces deux emplacements distincts en pages..

Vous remarquerez que les photos des élus ont disparu. Le règlement intérieur  a été voté, mais il semble que les acquis aient disparus.

Espérons que les contenus, seront à la hauteur de la diffusions à 30 000 exemplaires.

Mais nous pouvons remarquer le réel déséquilibre, entre la majorité et l’opposition sur le nombre de caractères… Ou sont les 10 % des élus du conseil municipal ? Une page entière nous semblerait de droit. ( demi page pour chaque représentation.)

Préparer le vote des militants UDI

Que faut il en conclure si ce n’est que JC LAGARDE,  le nouveau  Maire et Député de Drancy a une ambition de Président.. Après le FED, il veut l’UDI et vise l’ELYSEE ou du moins une candidature pour assoir un pouvoir national… Encore bravo au 12000 électeurs Drancéens qui nous ont fait partir JC LAGARDE, les 30 000 autres vous remercient…

Président JC LAGARDE

La maison du centre, baptisée UDI et construite en Lego, survivra-t-elle au départ de Jean-Louis Borloo, qui a annoncé dimanche quitter la vie politique ? Hier, dans les coursives de la Rotonde construite par Claude-Nicolas Ledoux, place Stalingrad à Paris, où l’UDI lançait officiellement sa campagne pour les européennes, la question occupait déjà l’esprit des trois leaders de la formation de centre droit. Hervé Morin, président du parlement du parti, Yves Jégo, son délégué général, et Jean-Christophe Lagarde, son secrétaire général, se verraient bien tenir les rênes de la boutique édifiée en 2012 par l’ancien ministre de l’Ecologie de Nicolas Sarkozy. Avec pour Lagarde et Morin, la volonté de disposer d’une famille politique à leur service en vue de la présidentielle de 2017. Patron du Nouveau Centre – une des principales composantes de l’UDI – et ex-ministre de la Défense, Morin avait déjà tenté l’aventure en 2012 avant de renoncer.

«Carrefour». La première confrontation entre les trois aura sans doute lieu ce soir lors de la réunion hebdomadaire du comité exécutif de l’UDI. Elle devrait porter sur la date du prochain congrès, destiné à désigner le successeur de Borloo. «Jusqu’à présent, nous étions tranquilles, protégés par un chef charismatique, rassembleur et aimé des Français.Allons-nous désormais céder à nos egos et à nos faiblesses ? Soit nous relevons le défi de continuer à faire vivre une force du centre qui pèsera dans la vie politique française, soit nous nous laissons aller au syndrome du congrès de Metz socialiste ou au syndrome du match Fillon-Copé», résume Yves Jégo, partisan de «ne rien précipiter» : «Le résultat des européennes cimentera l’UDI. Nous allons faire vivre le message européen à plusieurs. Mais il est clair que nous entrons dans une zone de turbulences, nous arrivons à un carrefour dangereux.»

Pour Morin, coordinateur de la direction collégiale de l’UDI, le congrès peut bien attendre la fin de l’année. «Une élection interne, plus c’est long, plus il y a de tensions et plus c’est con», tranche le député-maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde, candidat potentiel au fauteuil de Jean-louis Borloo. Lui veut un congrès avant le 10 juillet, en bon praticien de la «blitzkrieg». «Tous les acteurs potentiels de la compétition sont connus, note un proche de Lagarde. Ensuite, après les européennes, viennent les sénatoriales, les régionales et les cantonales. Il faut donc que le parti soit en ordre de marche pour ces élections.»

A l’origine du plus grand plan de rénovation urbaine depuis l’après-guerre, en tant que ministre de la Ville, puis du Grenelle de l’environnement sous Sarkozy, Jean-Louis Borloo n’abandonne pas seulement, à 63 ans, la présidence de l’UDI. Il quitte aussi celle du groupe centriste à l’Assemblée nationale et celle du Parti radical valoisien. «Jean-Louis, c’est la Fnac, agitateur d’idées depuis toujours. Il n’allait certainement pas sacrifier sa santé à la gestion de l’UDI et des mesquineries de ses responsables», confie un de ses proches. Fin juillet 2013, celui qui s’était vaguement lancé dans la course à l’Elysée avant de renoncer, avait déjà songé à quitter la présidence de l’UDI. Bien avant d’être fortement secoué par une pneumonie frontale aiguë suivie d’un choc septique.

Dans l’immédiat, les députés UDI vont devoir se choisir un nouveau patron. Hervé Morin, qui a déjà occupé la fonction de président de groupe pendant cinq ans, ne souhaite pas replonger. Deux personnalités sont, elles, bien en lice : François Sauvadet, député et président du conseil général de Côte-d’Or, et Philippe Vigier, député d’Eure-et-Loir et porte-parole de l’UDI, un très proche d’Hervé Morin. «Il faut une personnalité qui ne considère pas que le groupe soit sa chose mais bien l’expression de notre famille politique», cadre le président du Nouveau Centre, prévenu il y a une semaine de la décision de Borloo. Le Parti radical valoisien devra convoquer lui aussi un congrès pour choisir son nouveau président.

Pyrénées. Le chef du Modem, François Bayrou, l’autre poids lourd du centre – réuni dans l’Alternative – affirme haut et fort qu’il n’entend se consacrer qu’à sa mairie de Pau. Les yeux fixés sur la chaîne des Pyrénées, il veut«rester le plus loin possible des querelles internes à l’UDI. Il faut simplement que le centre continue à aller vers une plus grande unité». Pas question pour l’ex-candidat à la présidentielle de laisser supposer qu’il souhaite reprendre la main sur le centre. Du moins pour le moment.

Photo Laurent Troude

Christophe FORCARI

LIBERATION
« Il faut un président pour les présidentielles »
A ceux qui pensait avoir élu leur Maire de Drancy, le réveil va être douloureux. Tous comme Gayssot, notre Maire va nous jouer la pirouette trompinette et va voler pour un autre trône.. Bravo au 12 000 votants de Drancy qui se sont encore trompés…
%d blogueurs aiment cette page :