LA CRECHE PRIVEE TITI DOUDOU DE DRANCY N’EST PLUS…

arrete titi doudou fermeture
arrete titi doudou fermeture 2

Mouvement de colère à la crèche Titis Doudous

Publié le 26.11.2013

Que se passe-t-il à la crèche Titis Doudous, à Drancy? Aujourd’hui, plusieurs employées, soutenues par d’anciennes salariées, actuellement aux Prud’hommes, mais aussi des familles, seront en grève. Leur objectif? Dénoncer les conditions de travail au sein de cette structure associative créée en 2010. Tous pointent du doigt des dysfonctionnements dans la procédure d’accueil mais aussi des cas de violences envers des enfants.

Aucun problème grave constaté par la ville

Au printemps dernier, deux familles, qui souhaitent rester anonymes, ont ainsi porté plainte pour violences et une enquête a été ouverte. « En fin d’année scolaire, l’an dernier, mon fils a reçu une fessée de la part d’une des aides animatrices, témoigne Laetitia, une maman qui s’apprête à son tour à porter plainte. Celle-ci a immédiatement été mise à pied. Pour moi, l’affaire était réglée mais, en discutant avec des salariés et d’autres parents, j’ai découvert que ce n’était pas un cas d’isolé et que beaucoup de choses n’allaient pas dans cette crèche. Je vais donc écrire à mon tour au procureur de la République ».

A en croire plusieurs salariés, la crèche n’obéirait pas aux règles d’accueil de la petite d’enfance. « Je m’occupais de dix-huit enfants alors qu’en principe il faut un adulte pour huit enfants qui marchent et un pour cinq quand il s’agit de bébés », explique Fatima, licenciée en 2013, un an après son arrivée. « Moi, ils m’ont embauchée alors que je n’avais aucun diplôme! Ils m’avaient promis une formation, mais ils ne me l’ont jamais proposée », renchérit à ses côtés Naïma, 39 ans, elle aussi licenciée en 2013. Plusieurs salariés ont, de fait, attaqué leur ancien patron aux prud’hommes. Alertée, la mairie s’est rendue à plusieurs reprises sur place. « Il y a de toute évidence des problèmes relationnels entre certains salariés et les responsables. Mais nous n’avons à ce jour constaté aucun dysfonctionnement grave. La PMI (protection médicale infantile) a fait de même et ne signale rien d’anormal », indique Jean-Christophe Lagarde, le député-Maire (UDI). Contactés, les gérants de la crèche ne nous ont pas répondu.

Le Parisien

De l’argent public pour nuire au personnel et à l’accueil des enfants ?
Les crèches associatives ou privées

Titi DoudousLocaliser avec Google Maps

4-5 allée Gabriel Péri, Drancy
93700 Drancy

Lorsqu’en 2007, l’Association formation gestion et développement (AFGED) a parlé au député-maire de Drancy de son souhait de créer une structure d’accueil pour la petite enfance à Drancy, très vite Jean-Christophe Lagarde a répondu favorablement, tant la demande de places était importante et le projet ambitieux, mais enthousiasmant dans sa façon de répondre de la manière la plus efficace possible aux besoins.

Il fallait un lieu, le maire proposa les locaux de l’ancienne bibliothèque du quartier de l’Avenir, auxquels ont été joints trois appartements ainsi que les sous-sols. Soit au total 520 m2 que le travail remarquable de deux architectes et des équipes techniques qui les ont entourés a transformé en un très bel équipement intégré au coeur d’un immeuble d’habitation de l’office public d’habitat de Drancy.

Son coût, moins d’un million d’euros – ce qui est un exploit dans de telles conditions – a été financé à parts égales (30 %) par la Caf, la Région et l’AFGED, et à 10 % par le Département.

Qu’apporte-t-on au quartier, s’est interrogée l’association dès le départ. La réponse tient dans la mixité de l’accueil des enfants. Sur les 48 places que compte la crèche, 20 sont destinées aux enfants de familles drancéennes dont les deux parents travaillent et 20 aux salariés d’administrations et entreprises du secteur. Les 8 autres places vont permettre d’accueillir, à temps partiel, des enfants âgés de 2 à 3 ans n’ayant jamais bénéficié d’un accueil en structure collective. Ce dispositif, appelé “passerelle”, a pour objectif de faciliter la future intégration de ces enfants à l’école maternelle et s’adresse en priorité aux familles monoparentales du quartier.

Des mamans qui bénéficieront dans le même temps d’un accompagnement contractualisé pour leur recherche d’emploi. Les 18 salariés en CDI de cette crèche si prometteuse ont pris leur poste le 21 décembre et dès lundi 4 janvier, les premiers parents, très impatients, étaient accueillis avec leurs enfants pour les quelques jours d’adaptation. Quant aux “parents” de l’équipement, les membres de l’association qui ont comme belle ambition de répondre aux besoins tout en “se réalisant”, ils accompagnent cette naissance avec beaucoup de compétence et un grand enthousiasme.

La vie de la maison des Titis Doudous ne fait que commencer….

 

Encore une fois JC LAGARDE, SALINI, se sont trompés et malgré les alertes du personnel et de leur représentants, Il faudra un arrêté  de fermeture de crèche par le Préfet.

Nous ne rappellerons pas le dysfonctionnement si bien dénoncé par Jean Christophe Lagarde sur les enfants du même quartier qui avaient été maltraité dans l’ignorance des services concernés.

Encore une fois le Maire sans doute nous sortir ,  » Ce n’est pas moi… c’est l’autre !!! »

Combien de temps cette rengaine irresponsable va t-elle tenir aux oreilles des Drancéens…  ???

Le résultat – Plus de service au public d’accueil des enfants  dans ce quartier.. Des salariés abandonnés,

Et le pire.. Personne n’est au courant, il n’existe même pas un affichage sur la grille de la crèche…

CRECHE TITI DOUDOU DRANCY

QUE LA MAIRIE PRENNENT SES RESPONSABILITÉS ET REPRENNE LE PERSONNEL POUR RÉ-OUVRIR DE SUITE !!!

 

Les élus de Drancy s’expriment…

numéro 1 A Gauche pour Drancy

journal drancy n-1

Mon drancy.org diffuse, diffuse ( Rappelons que plusieurs candidats et maintenant élus ont attaqué notre liberté d’expression sur Internet ( Voir la raison de notre changement de site en .org). Et certains ce disaient de gauche ??? !!!

Président JC LAGARDE

La maison du centre, baptisée UDI et construite en Lego, survivra-t-elle au départ de Jean-Louis Borloo, qui a annoncé dimanche quitter la vie politique ? Hier, dans les coursives de la Rotonde construite par Claude-Nicolas Ledoux, place Stalingrad à Paris, où l’UDI lançait officiellement sa campagne pour les européennes, la question occupait déjà l’esprit des trois leaders de la formation de centre droit. Hervé Morin, président du parlement du parti, Yves Jégo, son délégué général, et Jean-Christophe Lagarde, son secrétaire général, se verraient bien tenir les rênes de la boutique édifiée en 2012 par l’ancien ministre de l’Ecologie de Nicolas Sarkozy. Avec pour Lagarde et Morin, la volonté de disposer d’une famille politique à leur service en vue de la présidentielle de 2017. Patron du Nouveau Centre – une des principales composantes de l’UDI – et ex-ministre de la Défense, Morin avait déjà tenté l’aventure en 2012 avant de renoncer.

«Carrefour». La première confrontation entre les trois aura sans doute lieu ce soir lors de la réunion hebdomadaire du comité exécutif de l’UDI. Elle devrait porter sur la date du prochain congrès, destiné à désigner le successeur de Borloo. «Jusqu’à présent, nous étions tranquilles, protégés par un chef charismatique, rassembleur et aimé des Français.Allons-nous désormais céder à nos egos et à nos faiblesses ? Soit nous relevons le défi de continuer à faire vivre une force du centre qui pèsera dans la vie politique française, soit nous nous laissons aller au syndrome du congrès de Metz socialiste ou au syndrome du match Fillon-Copé», résume Yves Jégo, partisan de «ne rien précipiter» : «Le résultat des européennes cimentera l’UDI. Nous allons faire vivre le message européen à plusieurs. Mais il est clair que nous entrons dans une zone de turbulences, nous arrivons à un carrefour dangereux.»

Pour Morin, coordinateur de la direction collégiale de l’UDI, le congrès peut bien attendre la fin de l’année. «Une élection interne, plus c’est long, plus il y a de tensions et plus c’est con», tranche le député-maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde, candidat potentiel au fauteuil de Jean-louis Borloo. Lui veut un congrès avant le 10 juillet, en bon praticien de la «blitzkrieg». «Tous les acteurs potentiels de la compétition sont connus, note un proche de Lagarde. Ensuite, après les européennes, viennent les sénatoriales, les régionales et les cantonales. Il faut donc que le parti soit en ordre de marche pour ces élections.»

A l’origine du plus grand plan de rénovation urbaine depuis l’après-guerre, en tant que ministre de la Ville, puis du Grenelle de l’environnement sous Sarkozy, Jean-Louis Borloo n’abandonne pas seulement, à 63 ans, la présidence de l’UDI. Il quitte aussi celle du groupe centriste à l’Assemblée nationale et celle du Parti radical valoisien. «Jean-Louis, c’est la Fnac, agitateur d’idées depuis toujours. Il n’allait certainement pas sacrifier sa santé à la gestion de l’UDI et des mesquineries de ses responsables», confie un de ses proches. Fin juillet 2013, celui qui s’était vaguement lancé dans la course à l’Elysée avant de renoncer, avait déjà songé à quitter la présidence de l’UDI. Bien avant d’être fortement secoué par une pneumonie frontale aiguë suivie d’un choc septique.

Dans l’immédiat, les députés UDI vont devoir se choisir un nouveau patron. Hervé Morin, qui a déjà occupé la fonction de président de groupe pendant cinq ans, ne souhaite pas replonger. Deux personnalités sont, elles, bien en lice : François Sauvadet, député et président du conseil général de Côte-d’Or, et Philippe Vigier, député d’Eure-et-Loir et porte-parole de l’UDI, un très proche d’Hervé Morin. «Il faut une personnalité qui ne considère pas que le groupe soit sa chose mais bien l’expression de notre famille politique», cadre le président du Nouveau Centre, prévenu il y a une semaine de la décision de Borloo. Le Parti radical valoisien devra convoquer lui aussi un congrès pour choisir son nouveau président.

Pyrénées. Le chef du Modem, François Bayrou, l’autre poids lourd du centre – réuni dans l’Alternative – affirme haut et fort qu’il n’entend se consacrer qu’à sa mairie de Pau. Les yeux fixés sur la chaîne des Pyrénées, il veut«rester le plus loin possible des querelles internes à l’UDI. Il faut simplement que le centre continue à aller vers une plus grande unité». Pas question pour l’ex-candidat à la présidentielle de laisser supposer qu’il souhaite reprendre la main sur le centre. Du moins pour le moment.

Photo Laurent Troude

Christophe FORCARI

LIBERATION
« Il faut un président pour les présidentielles »
A ceux qui pensait avoir élu leur Maire de Drancy, le réveil va être douloureux. Tous comme Gayssot, notre Maire va nous jouer la pirouette trompinette et va voler pour un autre trône.. Bravo au 12 000 votants de Drancy qui se sont encore trompés…

Municipales Drancy : 3 listes sont d’ores et déjà connues et déposées.

A quelques heures de la date limite de dépôt des listes à la préfecture, 3 listes ont été déposées à la préfecture de Bobigny.

  • La liste du maire sortant Jean-Christophe Lagarde « Continuons à faire progresser Drancy »
  • La liste Lutte Ouvrière d’Estelle Jaquet « Lutte Ouvrière Faire entendre le camp des travailleurs »
  • La liste de rassemblement PCF-PG-FDG-EELV de Nathalie Vasseur : « À gauche pour Drancy solidaires ensemble »

Toujours pas de nouvelles de la liste du PS « officielle » d’H. Chibane, plus occupé peut-être, plutôt qu’à finaliser sa liste, à s’en prendre au site de MonDrancy qu’il a voulu faire taire en réussissant à le faire fermer sans nous avoir prévenu au préalable de ce qui le gênait sur ce site et ainsi que la loi française le prévoit… Bel exemple de respect du droit d’expression ! qu’il nous montre là.

Au moins, les drancéens sont prévenus, et en dehors de toute considération politique, avec H. Chibane, c'est : « Vive la censure ! » et « Taisez-vous dans les rangs ! »

Toutes les infos que nous recevons à MonDrancy, des candidats, sont publiées sur la page Municipales 2014.

AU NOM DE LA ROSE A CHOISI LA GAUCHE UNIE

gilles-sauliere-public-senat-29-mai-2012-1Gilles Saulière, Président du groupe PS au conseil municipal de Drancy, explique son choix et celui de son association « Au Nom de la Rose » de soutenir la liste de rassemblement à gauche de Nathalie Vasseur « A Gauche pour Drancy, Solidaires ensemble ».

Cf. la communication complète
sur le site aunomdelaroz.com
.

Sa position en résumé :

La situation de la gauche à Drancy est fragile, moins qu’en 2008, mais elle n’est pas encore en mesure de se payer le luxe de la division au premier tour.. Le rassemblement est donc nécessaire, pour éviter la dispersion des voix, qui ne peut que servir les intérêts de Jean-Christophe Lagarde et de sa liste de droite.

Gilles Saulière affirme regretter la position de la direction du PS de Drancy d’avoir refusé l’alliance de premier tour et appelle les électeurs à soutenir la liste de rassemblement « A Gauche pour Drancy, Solidaires ensemble ».

Seule ambiguïté, au delà du soutien acquis, est-ce Gilles Saulière et les membres de l’association seront présents sur la liste. Ce n’est en fait pas clairement indiqué sur cette communication de l’association.

Affaire à suivre donc.

banniere

TWEET TWEET LAGARDE FAIT UNE REUNION DE LANCEMENT INCOGNITO !

mais dans quelle salle

 

 

 

Elle est Belle cette soiriée de lancement, nous voulons bien y croire.. Mais pourquoi est elle si incognito, pas de salle municipale , Pas d’information presse, pas d’information aux Drancéens mais ou est donc la transparence Mr le Candidat….

 

VIDEOS DRANCY VICTOIRE A VIL DRANCY !

Des vidéos par une militante qui n’apprécie pas la politique Lagardienne…

%d blogueurs aiment cette page :