DRANCY BOBIGNY MÊME COMBAT

parisien BobignyBOBIGNY.jpg

A DRANCY AU COMITE D’HYGIÈNE DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

DRANCY MEME COMBAT.jpg

BARBARES

L’UDI a perdu Bobigny, St Ouen, Noisy le sec, Le Bourget, … etc

Seules Drancy et Aubervilliers UDI restent aux mains de recrutements et de mutations.

Drancy, va t’elle voir arriver ce genre d’employés communaux des anciennes villes UDI ?

NOUS, HABITANTS DE DRANCY, NOUS NE VOULONS PAS DE CETTE VIOLENCE POLITIQUE !

 

PREMIER CONSEIL MUNICIPAL PUBLIC A DRANCY

JC LAGARDE, M. Stéphane Peu (député Communiste), Délégué CGT…

LAGARDE EN MANIFESTATION EST IL CGT OU COMMUNISTE ?

La situation du covid 19 permet aux collectivités de donner PAR DECRET PRIME COVID une prime aux agents de la ville de Drancy, nous avons interpeller le premier syndicat de la Ville.

Merci Monsieur le secrétaire général CGT de Drancy de répondre à notre interview internet

Nous avons assisté au premier conseil municipal public de Drancy ce jeudi 11 juin 2020 qui a fini à 1 h 30 du matin et à la délibération 33 sur la prime COVID du personnel, le Député conseillé municipal et président du groupe majoritaire s’est déchaîné sur vous en vous traitant de « syndicaliste communiste dévoilé », Mais que lui avez vous fait ?

Très heureux de pouvoir répondre dans l’un des seuls lieux démocratiques ou l’on peut échanger de la vie de Drancy, de la vie réelle à Drancy.

La CGT est habituée aux « fake news » de Lagarde, il a vu une photo de moi lors de la réunion de mon quartier (centre ville) dans la campagne de la liste PCF, PS, ELV, FI etc. Il semble être en recherche d’un autographe.

Il existe un film  » Elle voit des nains partout !   Lagarde, il voit des communistes partout ! »

Surtout quand on s’oppose à sa politique libérale en forme de changement de couleurs de caméléon.

L’intérêt n’est pas la photo d’un citoyen interréssé par le service public à Drancy, mais l’opposition à son choix Lagardien de destruction des Centres municipales de Santé, la réduction des espaces verts, la dégradation des services publics…

Alors Pourquoi la CGT est traitée de menteuse, sur le vote de la Prime aux agents, vous avez votez POUR selon le Député JC LAGARDE et vous avez menti à l’opposition ?

En fait, JC LAGARDE a bout d’argument sort de sa poche sa fixation sur le mensonge (CGT / PSA et les prières, Gagne « moins que le salaire moyen des Français », Le Maire et les barbares)

Mais la CGT a usé de sa transparence totale sur son site internet par publication du compte rendu le 6 juin 2020 de la réunion comité technique du 5 juin. http://mairiededrancy.reference-syndicale.fr/2020/06/06/journal-cgt-drancy-du-comite-technique-du-5-juin-2020-prime-covid-19/

Quand il y a une délibération sur le personnel, la CGT donne l’ensemble des éléments aux élus du conseil municipal pour les éclairer. Ces éléments comprenaient notre lettre au Maire et au Préfet. Cela a été le fait pour la maire, les deux groupes d’opposition. Bref, que les habitants de Drancy découvrent qui est qui sur notre site internet ou notre radio internet.

La CGT ne vote pas pour la prime COVID des Agents de la Ville ?

La CGT n’est aucunement contre un rétablissement du pouvoir d’achat des agents même si cela est temporaire et une petite goutte d’eau (ouverture des droits à 7 € jours). Elle sait que les agents ont souffert et souffrent depuis 10 ans de non augmentation de leurs salaires. Dans cette période , sans cantine gratuite, avec 20 % de budget en moins pour les couples dont l’un est en chômage partiel, l’augmentation des fruits…

Mais la CGT ne peut accepter le tri des agents à Drancy. Des agents ont demandé les attestations de déplacement employeur, cela a été refusé à certains ! Et après, on ne donne pas la prime…

La prime n’est pas pour tout les agents de la Ville ayant travaillés pendant le période d’état d’urgence ?

Et non, la municipalité a choisi de ne pas tenir compte de la période du décret dite « état d’urgence sanitaire » qui est du 24 mars au 10 juillet, mais de réduire au 24 mars au 11 mai. Ainsi nous passons à 48 jours alors que le texte national est de 108 jours. Cela exclu du personnel municipal ayant aider les habitants.

La délibération demande 20 % de présentiel, 50 % et 80 % pour ouvrir une somme d’argents graduée.

Au début le télétravail n’ était même pas retenu, puis ils ont ajouté, il faut faire 100 % de la période Lagarde.

Ce qui est impossible car dans les périodes, il y a les repos légaux qui enlève 44 % de temps de présence ou de télétravail.

Le 80 % ou 100 % est inaccessible avec cette délibération, il faut être présent 38 jours / 48 jours, et 48 jours sur 48 jours en télétravail..

Ainsi la prime ne fait qu’exclure et réduire le nombre d’agents pouvant avoir cette prime COVID, la CGT ne freine rien, mais elle ira au bout de l’application du décret pour que les ayants droit aient leur 7 à 10 € par jours de travail dans la période désignée par le gouvernement. La liberté de gestion était sur la graduation, le montant mais aucunement sur la période ou les trois catégories de travail, présentiel, télétravail ou assimilés. (cette dernière n’existant pas dans la délibération)

Et votre conclusion

Oui, nous nous opposons au choix négatifs de la municipalité Lagarde, nous lui avons dit que vous devriez mesurer que la perte de 13000 à 6900 voix en 2020 devrait vous faire redescendre sur Terre  (en réponse à sa «  la CGT perd des voix » 2014 : CGT Territoriaux Drancy  261 voix, 2018 : CGT Territoriaux Drancy 304 voix (+14 %))

Il semble qu’il reste dans leur monde Lagardien anti social… Anti agents de la Ville ceci sous un décor de cinéma dont les habitants ne voient que les apparences mais pas les coulisses.

Les délibérations sur leurs indemnités d’élus le prouvant ..

PARC JACQUES DUCLOS LADOUCETTE DRANCY ENCORE FERME

Drancy parc Jacques Duclos Ladoucette

voici-edouard-philippe-annonce-la-reouverture-des-restaurants-et-bars

Le premier sinistre annonce la réouverture des parcs et jardins.

Mais il semble que ce week end prolongé ne soit pas inclu dans cette liberté ré-ouverte.

La municipalité va elle encore suivre à la lettre, le gouvernement

ou va elle comme pour l’accès des handicapés freiné, ralentir cette ouverture du Parc du Centre Ville de Drancy..

Voyons cela samedi, dimanche, lundi ou mardi…

L’association Respire avait également annoncé lundi avoir déposé un référé-liberté devant le Conseil d’État pour la réouverture des parcs et jardins en zone rouge, estimant leur fermeture contre-productive dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19.

La fermeture de ces espaces entraîne actuellement des “attroupements sur la voie publique transformant les trottoirs ou de simples impasses en lieux de rassemblement”, au mépris de la distanciation, a fait valoir l’association.

Dimanche par contre vous pourrez vous promener sur le bitume de l’avenue Henri Barbusse avec le marché qui redevient piéton le long celle ci.

PARC DRANCY OUVERT MAIS

Le site de Drancy vient de publier cette information.

Parc ouvert sous obligation…

Il sera plus difficile pour les personnes en mobilité réduite puisque l’entrée n’est pas pavé au 77 rue Sadi Carnot pour profiter d’une partie du Parc (entrée pavé complétement coté Parking Centre culturel) .

 

SÉCURITÉ A DRANCY OU EN EST ON

Plusieurs articles  font état d’un malaise sur la police municipale de Drancy.

Les habitants s’interrogent sur leur sécurité.

Il est construit un nouveau lieu plus grand pour la police municipale, oui mais y aura t il encore des policiers, car le recrutement devient impossible…

Pendant ce temps, nos impôts, sur cette thématique en investissement ou en fonctionnement, s’affolent.

VOTEZ A DRANCY

VOTER

DRANCY MUNICIPALES 2020 NON A L’ABSTENTION

index

jaime

DRANCY CERTAINS FERAIENT MIEUX DE LA FERMER

Séquestrée et prostituée de force, une ado alerte sa mère sur Snapchat

Séquestrée depuis près de deux semaines et forcée à se prostituer pour le compte de deux hommes, une adolescente de 14 ans a prévenu jeudi soir sa mère par Snapchat.

La maman a contacté la police et leur a fait part du message qu’elle venait de recevoir de sa fille qui avait fugué de son foyer, et qui affirmait être séquestrée dans un immeuble d’une résidence se trouvant rue Diderot à Drancy (Seine-Saint-Denis).

Les policiers se sont rendus sur place et ont pénétré dans un logement squatté où se trouvait la jeune fille.

Âgé de seulement 15 ans, un adolescent qui se trouvait à l’intérieur et a été immédiatement interpellé par les forces de l’ordre, a reconnu être le «geôlier» de la jeune fille, la forçant à rester dans cet appartement.

L’adolescente âgée a déclaré aux policiers qu’elle avait fugué à la mi-décembre d’un foyer situé dans le XIXe arrondissement de Paris où elle se trouvait, avant d’arriver dans ce logement squatté, il y a environ 15 jours.

Forcée de se prostituer de jour comme de nuit

L’adolescente a ensuite expliqué aux policiers qu’elle était forcée par deux hommes à se prostituer de jour comme de nuit, tout comme une autre jeune fille qui n’était pas présente.

De nombreux relevés et prélèvements ont été effectués par les enquêteurs et les techniciens de l’identité judiciaire sur place et l’appartement a été placé sous scellés pour les besoins de l’enquête. Plusieurs voisins ont par ailleurs confirmé aux policiers les nombreuses visites de jour comme de nuit dans cet appartement.

L’adolescente a été conduite à l’hôpital et à l’Unité médico-judiciaire (UMJ) puis entendue longuement par les enquêteurs avant d’être placée dans une structure spécialisée pour la nuit.

Les investigations ont été confiées au commissariat de Drancy.

 

 

DRANCY ALLO POLICE MUNICIPALE

MAIS C’EST FERMÉE…

allo police.jpg

Après une rapide enquête de MONDRANCY on trouve la réponse sur le site CGT des agents territoriaux DRANCY

 

J CT NOV 2019 1.jpg

J CT NOV 2019 2.jpg

Ainsi on découvre que les 50 postes budgétés, il ne reste que 23 postes pourvus de policiers municipaux soit impossible de répondre au 3×8 heures du lundi au dimanche du planning…soit du 7 jours sur 7…

Ahrr les promesses des politiques sur la sécurité….

 

 

 

DRANCY LE 24 C’EST RÉVEILLON MAIS PAS DE SPORT VERT LE LENDEMAIN

LE PARC LADOUCETTE DE DRANCY DIT SADI CARNOT ENCORE FERME

Les sportifs du matin ont trouvé portes clauses, ce jour de Noël…

Exif_JPEG_420

HORAIRE OUVERTURE PARC DRANCY.jpg

25122019.jpg

FERMEE 25122019.jpg

Mon Drancy a beau chercher la raison de la fermeture, les publications n’expliquent rien.

FERMETURE SERVICES PUBLICS.jpg

Donc le parc de Drancy est bien ouvert, mais dans ton rêve…

csm_Fe__e__ries_de_Noe__l_2018_-_9_e407d9bef7

Il sera ouvert le 26 décembre 2019…

La municipalité est incompétente dans sa communication.. Comme c’est cadeaux de Noël, ont s’arrêtera là.

ET OUI FERMÉ AU PUBLIC LE PARC DE DRANCY

 

VIENS BOIRE UN PETIT COUP A DRANCY

LE JOURNAL MUNICIPAL AU DESSUS DE LA LOI ANTI ALCOOL DITE LOI EVIN

Dans le Drancy média n° 396 du 13 décembre 2019 et sur internet par le site de la Ville de Drancy, on lève le coude chez Nicolas… Mais que dit parfaitement la loi…

ALCOOL.jpg

ALCOOL 2.jpg

Le magasin Nicolas de Drancy  précise les choses sur son site internet clairement

NICOLAS DRANCY.jpg

Mais le journal municipal de Drancy et le site internet de la ville de Drancy sont dans un autre monde

La loi du 10 janvier 1991, dite loi « Evin » ne prohibe pas la publicité des boissons alcooliques mais l’encadre strictement quant à son contenu et à son support. Ainsi, la propagande ou la publicité en faveur des boissons alcoolisées sont interdites sur les supports qui s’imposent à tous, notamment aux mineurs, tels que la télévision et le cinéma.

La publicité en faveur des boissons alcoolisées, dont la fabrication et la vente ne sont pas interdites, est autorisée sur les supports prévus à l’article L 3323-2 du Code de la santé publique :

  • Dans la presse écrite, à l’exception des publications destinées à la jeunesse
  • A la radio, pour certaines catégories et dans des tranches horaires déterminées par décret en Conseil d’Etat
  • Sous forme d’affiches et d’enseignes, ainsi que d’affichettes et d’objets à l’intérieur des lieux de vente à caractère spécialisé, dans les conditions définies par décret en Conseil d’Etat
  • Sous forme d’envoi par les producteurs, les fabricants, les importateurs, les négociants, les concessionnaires ou les entrepositaires, de messages, de circulaires commerciales, de catalogues et de brochures, dès lors que ces documents ne comportent que les mentions prévues à l’article L.3323-4 et les conditions de vente des produits qu’ils proposent.
  • Par inscription sur les véhicules utilisés pour la livraison des boissons, mais l’inscription ne doit comporter que la désignation des produits, le nom et l’adresse du fabricant, des agents ou des dépositaires.
  • En faveur des fêtes et foires traditionnelles consacrées à des boissons alcooliques locales et à l’intérieur de celles-ci, dans des conditions définies par décret
  • En faveur des musées, universités, confréries ou stages d’initiation œnologique à caractère traditionnel, ainsi qu’en faveur de présentations et de dégustations, dans des conditions définies par décret
  • Sous forme d’offre, à titre gratuit ou onéreux, d’objets strictement réservés à la consommation de boissons contenant de l’alcool, marqués à leurs noms, par les producteurs et les fabricants de ces boissons, à l’occasion de la vente directe de leurs produits aux consommateurs et aux distributeurs ou à l’occasion de la visite touristique des lieux de fabrication.

L’article 97 de la loi du 21 juillet 2009, modifie l’article L3323-2 du code de la santé publique afin d’autoriser la publicité en faveur de l’alcool sur internet, qui ne figurait pas à la liste limitative des supports autorisés par la loi Evin.
Pour autant, l’article L3323-2 qui autorise la publicité ou la propagande « sur les services de communications en ligne », sous réserve qu’elle ne soit pas intrusive ni interstitielle, exclut toute publicité en faveur des produits alcooliques sur les sites principalement destinés à la jeunesse, ou dédiés au sport et/ou à l’activité physique.

Sur tous les autres supports autorisés, y compris internet, la loi définit strictement le contenu des messages publicitaire : la publicité ne peut comporter d’autres éléments que ceux listés à l’article L3323-4 du code de la santé publique (indication du degré volumique d’alcool…).

Par ailleurs, toute publicité doit être assortie d’un message sanitaire « L’abus d’alcool est dangereux pour la santé ». 

 

La publicité pour les boissons alcoolisées  est strictement réglementée par les articles L3323-2 et L.3323-4 du code de la santé publique et par le code de la consommation comme le rappelle l’ arrêt 10-887 rendu par la Cour de cassation le 23 février 2012. Apposer la formule « l’abus d’alcool est dangereux pour la santé » ne suffit pas à autoriser toute forme de publicité pour l’alcool.

Article L 3323-4 du code de la santé publique

” La publicité autorisée pour les boissons alcooliques est limitée à l’indication du degré volumique d’alcool, de l’origine, de la dénomination, de la composition du produit, du nom et de l’adresse du fabricant, des agents et des dépositaires ainsi que du mode d’élaboration, des modalités de vente et du mode de consommation du produit.
Cette publicité peut comporter des références relatives aux terroirs de production, aux distinctions obtenues, aux appellations d’origine telles que définies à l’article L. 115-1 du code de la consommation ou aux indications géographiques telles que définies dans les conventions et traités internationaux régulièrement ratifiés. Elle peut également comporter des références objectives relatives à la couleur et aux caractéristiques olfactives et gustatives du produit.
Le conditionnement ne peut être reproduit que s’il est conforme aux dispositions précédentes.
Toute publicité en faveur de boissons alcooliques, à l’exception des circulaires commerciales destinées aux personnes agissant à titre professionnel ou faisant l’objet d’envois nominatifs ainsi que les affichettes, tarifs, menus ou objets à l’intérieur des lieux de vente à caractère spécialisé, doit être assortie d’un message de caractère sanitaire précisant que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. ”

Article L 3323-2 du code de la santé publique
La propagande ou la publicité, directe ou indirecte, en faveur des boissons alcooliques dont la fabrication et la vente ne sont pas interdites sont autorisées exclusivement :
Dans la presse écrite à l’exclusion des publications destinées à la jeunesse, définies au premier alinéa de l’article 1er de la loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse ;
2° Par voie de radiodiffusion sonore pour les catégories de radios et dans les tranches horaires déterminées par décret en Conseil d’Etat ;
3° Sous forme d’affiches et d’enseignes ; sous forme d’affichettes et d’objets à l’intérieur des lieux de vente à caractère spécialisé, dans des conditions définies par décret en Conseil d’Etat ;
4° Sous forme d’envoi par les producteurs, les fabricants, les importateurs, les négociants, les concessionnaires ou les entrepositaires, de messages, de circulaires commerciales, de catalogues et de brochures, dès lors que ces documents ne comportent que les mentions prévues à l’article L. 3323-4 et les conditions de vente des produits qu’ils proposent ;
5° Par inscription sur les véhicules utilisés pour les opérations normales de livraison des boissons, dès lors que cette inscription ne comporte que la désignation des produits ainsi que le nom et l’adresse du fabricant, des agents ou dépositaires, à l’exclusion de toute autre indication ;
En faveur des fêtes et foires traditionnelles consacrées à des boissons alcooliques locales et à l’intérieur de celles-ci, dans des conditions définies par décret ;
En faveur des musées, universités, confréries ou stages d’initiation oenologique à caractère traditionnel ainsi qu’en faveur de présentations et de dégustations, dans des conditions définies par décret ;
Sous forme d’offre, à titre gratuit ou onéreux, d’objets strictement réservés à la consommation de boissons contenant de l’alcool, marqués à leurs noms, par les producteurs et les fabricants de ces boissons, à l’occasion de la vente directe de leurs produits aux consommateurs et aux distributeurs ou à l’occasion de la visite touristique des lieux de fabrication ;
9° Sur les services de communications en ligne à l’exclusion de ceux qui, par leur caractère, leur présentation ou leur objet, apparaissent comme principalement destinés à la jeunesse, ainsi que ceux édités par des associations, sociétés et fédérations sportives ou des ligues professionnelles au sens du code du sport, sous réserve que la propagande ou la publicité ne soit ni intrusive ni interstitielle.
Toute opération de parrainage est interdite lorsqu’elle a pour objet ou pour effet la propagande ou la publicité, directe ou indirecte, en faveur des boissons alcooliques.”

Article L 115-1 du Code de la consommation
Constitue une appellation d’origine la dénomination d’un pays, d’une région ou d’une localité servant à désigner un produit qui en est originaire et dont la qualité ou les caractères sont dus au milieu géographique, comprenant des facteurs naturels et des facteurs humains.”

La cour de cassation cite également les précisions apportées par le Bureau de vérification de la publicité dans une recommandation de 2004
” a préconisé, dans une recommandation « ALCOOL BVP » de juillet 2004, les règles suivantes : « La publicité autorisée pour les boissons alcoolisées est limitée à l’indication.
Le terme “indicationpermet l’expression publicitaire par le texte, le son ou l’image. La représentation de personnages doit traduire une fonction professionnelle effective, passée ou présente, dans l’élaboration, la distribution ou la présentation du produit au consommateur (sommelier, maître de chai, chef de cuisine, etc….).
Cette publicité peut comporter en outre des références relatives aux terroirs de production. Le terme “référence” permet l’expression publicitaire au niveau du texte, du son, ou de l’image ; la notion de terroir s’étend non seulement au lieu de production, mais aussi à tout l’environnement (…), ce sont également les aspects culturels et l’ensemble des éléments types tenant au sol, aux habitudes, aux goûts des hommes, etc.., d’une campagne, d’une région ou d’un pays de production. Le lien avec le produit doit être incontestable.
Le message à caractère sanitaire doit être lisible et visible (…). Toutefois, la taille et le corps gras des caractères peuvent être adaptés pour des raisons liées à la taille du support, avec un décalage par rapport au bord de l’annonce d’au moins deux fois la hauteur des lettres et être exprimé selon la formule “l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération” ; mais cette formule peut être réduite à la première partie de la phrase pour des raisons de dimension du support » ; que ces recommandations du BVP, si elles n’avaient pas valeur législative ou réglementaire, avaient la portée d’usages professionnels“.
Dans l’arrêt rendu le 23 février 2012, le litige portait sur des affiches : l’ANPAA a considéré que ces affiches ne respectaient pas les règles de la publicité concernant l’alcool, ce qui a été confirmé par la Cour de cassation :
” le tribunal avait exactement décrit les sept affiches litigieuses mettant en scène des hommes habillés de chemises, de pulls ou des femmes en robes ou en débardeurs ou, pour certaines d’entre elles, un groupe d’hommes et femmes ; que sur ces affiches, chacun des personnages tenait un verre dans la main, rempli d’un liquide de couleur rouge ou blanche et « faisant penser à du vin » rouge ou blanc, et plus précisément du vin de bordeaux, et portant une légende mentionnant le prénom de ces personnages et leur profession, soit de viticulteur ou de négociant à Bordeaux, que certaines affiches portent la mention suivante : « les bordeaux, des personnalités ô découvrir » et les différentes appellations du bordelais, telles « Bordeaux, Bordeaux supérieur, Bordeaux Clairet, Bordeaux rosé, Sainte-Foy Bordeaux, Crémant de Bordeaux » ou « Côtes de Bourg, Côtes de Castillon, Côtes de France, Premières Côtes de Blaye, Première Côtes de Bordeaux, Graves de Vayres

ALORS QUE, selon l’article L.3323-4 du code de la santé publique. « toute publicité en faveur de boissons alcooliques, à l’exception des circulaires commerciales destinées aux personnes agissant à titre professionnel ou faisant l’objet d’envois nominatifs ainsi que les affichettes, tarif.’, menus ou objets à l’intérieur des lieux de vente à caractère spécialisé, doit être assortie d’un message de caractère sanitaire précisant que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé » ; qu’il résulte de ces prescriptions que la mention « l’abus d’alcool est dangereux pour la santé » doit figurer sur les publicités en faveur des boissons alcooliques et qu’il ne doit y être adjoint aucune formule qui en amoindrirait la portée ; que pour avoir décidé le contraire, en considérant que seul « le sens » de cette exigence de mise en garde de la dangerosité de l’abus d’alcool devait figurer sur les affichages dont s’agit, la cour d’appel a violé le texte susvisé.”
Par conséquent, La Cour de cassation précise que le message publicitaire qui, en
matière de boissons alcooliques, ne se borne pas à la reprise des caractéristiques objectives et techniques du produit, mais comporte des références visuelles étrangères à ces indications et vise à promouvoir une image de convivialité associée à ces boissons alcooliques, de nature à inciter le consommateur à la consommation des produits vantés, n’est pas autorisé.

La publicité en faveur de l’alcool ne doit donc pas inciter à en consommer…C’est un peu paradoxal, toute publicité vante les mérites d’un produit dans le but de le vendre aux consommateurs…

Drancy média, le site internet de la ville de Drancy  sont publiés par de l’argent public de nos impôts, ils n’ont pas à inciter à la consommation d’alcool à notre jeunesse de Drancy, ni aux habitants de Drancy.

Même en période de fêtes !

Les commerçants savent le faire et ont déjà des subventions municipales par l’association de Drancy

enfin presque le faire (il manque le rappel de la loi évin)… … site des  commerçants..

NON AU LOBBY DE L’ALCOOL VERS LES JEUNES

https://www.anpaa.asso.fr/

arrêté municipal  anti alcool DRANCY