BOBIGNY BLA BLA DRANCY NADA !

 

Le proche collaborateur de la maire de Drancy parle…

A mi – temps à Drancy, sur un emploi fonctionnel, comment ce 1er Maire adjoint associe son plein temps d’élu politique à Bobigny … ??? Les journées de 24 h ne rentre pas dans un poste et demi de « politique » comme le citait dans la presse Jean Christophe Lagarde…

11 552 €. C’est le salaire mensuel net de Jean‑Christophe Lagarde, député français de l’Assemblée nationale. Insuffisant, selon ce dernier, qui, selon ses propres estimations, gagnerait moins que le salaire moyen des Français, établi à 2 225 € nets par mois.

Cette menue entorse au bon sens se justifierait, selon l’élu, par le calcul de son salaire horaire. En effet, il consacrerait, selon ses dires, « plus de 15 heures par jour à son mandat de député ». Une charge de travail considérable, dans laquelle il inclut, notamment, les nombreuses heures passées avec « des groupes d’enfants, qui posent des questions ».

Alors 15 h pour un politique à  Bobigny  + 3,5 heures au cabinet du Maire de Drancy, reste 5 heures pour vivre, dormir, loisirs etc…

Nous avons des SUPER MAN ET DES SUPER GIRL             A DRANCY / BOBIGNY

Mais à Drancy qu’en est t il des emplois fictifs comme le pose l’express

BOBIGNY MEA CULPA DRANCY NADA.jpg

Personne ne comprend comment Madame Lagarde, était : Maire adjoint à plein temps, Conseillère à plein temps et attaché parlementaire de Jean Christophe LAGARDE (on ne connait pas son temps de travail) … sans compter le reste dit « charge mental »

Le mode de recrutement à la mairie de Drancy mériterait le meme regard que celui de la Ville de Bobigny. La cour des comptes avait déjà évoqué des éléments interressant. Une transparence serait un minimum des élus.

Il existe bien un lien de procédure dans ces memes villes…

Les perquisitions à la chaine, ne sont pas anodines. Et il suffit d’écouter le personnel communal pour comprendre leurs insatisfactions.

Ceux qui sont lésés sont bien les agents communaux et les habitants de Drancy / Bobigny…

Mais par un aveuglement sectaire, les adeptes de la LAGARDERIE, ne voient rien, n’entendent rien, ne disent rien…

Tous comme les Balkany, Fillon, Le Pen etc…

tous pourris

Cette vision que donne certains politiques amenent la mémoire et la citation de George Orwell sur la responsabilité…

citation-georges-orwell.png

Et pour finir, sur nos super mans

Le saviez vous ?

Les élus locaux peuvent-ils exercer leurs fonctions pendant un arrêt maladie ?

Le sénateur du Puy-de-Dôme Éric Gold a questionné mardi dernier la ministre des Relations avec les collectivités territoriales sur l’attitude de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) vis-à-vis d’élus qui, bien qu’en arrêt maladie, tiennent à assumer tout de même les fonctions de leur mandat.
Le sénateur a décrit une situation « ubuesque » dénoncée par une conseillère municipale de son département, à qui la CPAM demande « le remboursement de l’ensemble des indemnités journalières qui lui ont été versées dans le cadre de son arrêt maladie », au motif qu’elle était allée à « trois réunions du conseil municipal pendant son arrêt », alors même que son arrêt de travail lui autorisait les sorties libres. La CPAM a précisé à l’élue que dans ce cas, le médecin doit expressément préciser sur l’arrêt de travail que les activités liées au mandat sont autorisées, « ce que la plupart des élus et des médecins ignorent ».
L’élue se voit réclamer « plusieurs milliers d’euros », ce qui scandalise Éric Gold : « Cette conseillère municipale a eu le courage de poursuivre son mandat malgré la maladie. Le devoir de l’État n’est-il pas d’encourager toutes les formes d’engagement ? ». Il a donc demandé à la ministre comment « améliorer le dispositif et l’information des élus et des médecins ». Et posé une question précise et importante : « Si l’on considère (qu’un maire) ne doit pas poursuivre ses activités d’élu pendant toute la durée de son congé maladie, doit-on, dès lors, considérer que son pouvoir de police est inopérant, ce dernier n’étant pas transférable ? »

Nécessité de prévenir expressément le médecin
Le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, a reconnu que la situation est conforme à la description du sénateur : « Un salarié, par ailleurs élu local, placé en congé de maladie ne peut régulièrement exercer son mandat électif que si son médecin l’y autorise expressément sur l’arrêt de travail. » Faute de quoi, il devra rembourser les indemnités journalières comme l’a confirmé la Cour de cassation.

 

source MAIRE INFOS

AFFICHE SPÉCIALE DRANCY

LE PREMIER DE LISTE UDI CACHE SON JEU..

Nous habitant de Drancy n’aurons pas droit à la double version UDI de l’affiche européenne.

Jeu des 7 erreurs

affiche les européens mensongère« Lagarde qui ne cesse d’affirmer qu’il est un centriste (de centre-droit) accepte donc de conduire la liste d’un parti qui se dit lui-même centriste avec une affiche qui met en avant, d’abord, la Droite…

Des fois que des électeurs et des sympathisants de LR voudraient voter pour Lagarde et l’UDI…
Sur l’affiche, pour tenter, toujours de rameuter les électeurs de droite, la seule transfuge venue de LR et que l’UDI a réussi à trouver, la presque inconnue Nora Berra que Lagarde montre fièrement comme une prise de guerre et qui est numéro deux sur la liste.
Elle qui fut une bien discrète secrétaire d’Etat de Nicolas Sarkozy (même si son profil sur Wikipedia en fait une quasi superwoman et ressemble à un tract électoral!), cumule le fait d’être conseillère régionale élue sur la liste dirigée par Laurent Wauquiez et d’avoir démissionnée de LR parce que Laurent Wauquiez y avait été élu président!
Un problème qui ne semble pas gêner outre mesure Louis Giscard d’Estaing, le numéro trois de la liste. » Source Centre de recherche du centrisme

le-slogan-des-ces-affiches-de-l-udi-collees-dans-le-quartier-des-hauts-de-bayonne-a-horrifie-jean-rene-etchegarayElections européennes : une affiche de l’UDI sème le trouble à Bayonne

Nous sommes bien devant un « animal politique »

En voici une lecture qui s’adapte….

cameleon.jpg

Les victimes sont et seront elles, les habitants de Bobigny, Drancy ?

La vidéo qui permet de comprendre les acteurs…
Cette vidéo a été utilisé pour la campagne sur Bobigny, elle est étonnement filmée et scénarisée. Oublions l’énergumène moustachu.
Et observons L, agent public qui ne respecte pas la laïcité sur une affiche de candidature républicaine et qui a été embauché responsable du service enfance.. avec un casier (voir plus loin), la maire adjoint à l’enfance, qui a porté plainte contre le premier maire adjoint, toujours Directeur adjoint du cabinet de Jean Christophe Lagarde..

Commençons par la première victime de violence de L

Bobigny embauche  poste fonctionnaire avec delit inscrit casier judiciaire ( extrait)

Bobigny _ Le témoignage de la victime de Lynda Benakouche.

Lynda B(Clic pour agrandir)

Le tract qui avait dénoncé le recrutement à Bobigny d’un agent public dont le casier n’est pas si vierge est à la base de la dernière plainte. Mais le Maire de Bobigny n’en dit pas un mot de ce recrutement…

maire bobigny 1maire bobigny 2

Le lien avec Drancy

merci Depute Maires

association de bienfaiteurs a Bobignyextrait de Marianne sur Bobigny

L’utilité du net est d’archiver, les faits…

Dans ce lien, nous voyons comment JC LAGARDE député transmet à « l’association » dont la gestion est faite par une personne condamnée par la République…

https://mondrancy.org/2014/02/01/jc-lagarde-distribue-sa-reserve-parlementaire-etrangement/

Comment cela est possible, nous ne le savons pas…

 

PEPETTES A DRANCY, 3 conseillers touchent plus que le Maire

PEPETTES DRANCY

delib-10-04-14

(La source en PDF)

Non, ce n’est pas un geste chevaleresque du Maire devant les administrés, c’est juste que la loi l’interdit de dépasser un certain montant d’indemnité. Certains diront,  » Cela ne sort pas de la Famille ou du « Clan LAGARDE », nous n’iront pas jusque là.

Mais le résultat est bien étrange à Drancy..

D’autant que ce conseil municipal qui a su bien voté pour ses élus, a aussi « très » bien voté pour les 100 agents (2014) et les suivants  qui n’auront pas cette année de prime d’installation ( environ 2000 €uros). La CGT nous informe qu’elle attaque pour les agents  la décision au Tribunal administratif.

 

Mon Drancy.org toujours présent pour la transparence…

Chomeur à Drancy sans pole emploi… Merci JC LAGARDE

Chomage t oublie Le site de JC Lagarde 2014 fait comme si les années précédentes n’existaient pas… Ne vous inquiété pas, les années à venir, si il est élu, risque de faire de même, vu qu’il ne peut être Maire et Député.

Alors analysons un peu

tauxLe Maire nous parle d’embauches formidables du à sa capacité a faire…

parisienMais dans le même parisien il accusait Pole Emploi…

pole emploi fermePole emploi restait fermée à Drancy…

Mais alors qui sont ces sans emplois ?

chomeursLe chômage augmente t-Il ?

chomage source-linternaute-com-d-apres-l-inseeles créations d’entreprises alors ?

création d'entreprise  source-linternaute-com-d-apres-l-insee-1En fait qu’avons nous ?

donnees-2012-source-linternaute-com-d-apres-l-inseedonnees-2012-source-linternaute-com-d-apres-l-insee-1Vu la fin du bâtiment en raison d’interdit et de notre municipalité qui est devenue de  l’opposition au gouvernement… et l’explosion de service à la personne qui ne remplacera pas l’industrie, le résultat est bien maigre

 

 

Drancy, chercher l’erreur LoL

Mon Drancy. net a retrouvé les affiche de 2008, JC LAGARDE a t il des idées ?

slogan12008

2014
2014

CHERCHEZ L’ERREUR

Il y en a une très facile… ( Le rouge à levre en moins, je sais vous auriez dit de suite JC LAGARDE ( on le pense très fort mais on ne peut pas l’écrire, il va nous faire un procès d’assise) ( C’est de l’humour bien sur)

Il faut quand même avoir un certain manque d’imagination pour reproduire les mêmes idées ( si elles vous sont flagrantes)

Cela démontre la façon dont  l’UDI et l’UMP comprennent l’esprit citoyen des électeurs de Drancy. Sans doute pensent t ils que l’on perd la mémoire, est ce une aide pour notre électorat ancien en age, ou trop jeune ? Il est vrai qu’il en efface certaine… ( Une autre Pensée à Daniel FERY)

Alors Drancy n’ a aucune mémoire, et un slogan de continuer qui ne va pas très loin.

Mais Drancy a bien compris que la cantine gratuite sera finie, qu’il va être installer des parcmètres vu que Drancy ne peut plus se garer,  que le prix baissé des terrains de la gare  était du à l’initiative de communication « terroriste » et sans fondement de JC Lagarde, que la qualité du service public est en souffrance, que le centre de santé va mourir de sa belle mort, que le métro est un rêve, les interdits de concerts extérieurs ou de vie pour les jeunes,  le logement hors de prix ou hors de porté à Drancy c’est double choix, une sécurité qui cache ses chiffres comme le cout de la police de la majorité municipale, (responsable UDI), etc… et pour finir  que le Maire de Drancy, ne le sera pas jusqu’en 2020 si  jc LAGARDE est élu   !

Alors continuer à faire progresser l’injustice, les mensonges, les interdits.. Si vous aimez allez y !

J’oubliais, attaquer l’état, le préfet, la justice et les Drancéens, continuons la liste, le retour de bâton ne sera que pour les habitants de Drancy..

Drancy La réunion du 16 janvier 2014 sur la gare de triage

Compte rendu :

Comment peut-on, impunément, jouer avec la vie des gens ?
Les présidents de  SNCF et RFF n’ont pas l’air de se poser la question !
Il est vrai MM. Guillaume Pepy et Jacques Rapoport ne vivent vraisemblablement pas dans une zone « à risques » comme les habitants du Blanc-Mesnil, du Bourget ou de Drancy !

Pour autant, en apportant aucune réponse -pour l’instant – aux attentes légitimes de ses riverains de la gare de triage de Drancy, ils accentuent leurs désarrois et leurs inquiétudes.

Qui ne dit mot consent, dit l’adage. Sauf, que dans ce cas,le silence de la SNCF ( Société Nationale des Chemins de Fer) et de RFF (Réseau Ferré de France) est malsain.

L’image de marque de ces sociétés nationales devraient encore plus en pâtir.  Mépriser à ce point, l’inquiétude et la peur de milliers d’habitants n’est pas une attitude responsable.

Elle l’est encore moins après le rapport accablant du bureau études accident qui a fait apparaître de graves négligences ainsi qu’un défaut flagrant de maintenance, lors du déraillement qui a eu lieu en gare de Brétigny-sur-Orge. Rien ne dit, que les déraillements successifs des 11 et 23 décembre derniers, à Drancy, ne sont pas dû aux mêmes causes.

Le rapport ministériel qui devrait être communiqué le 16 janvier prochain, lors d’une table ronde organisée par le Préfet de  Seine-Saint-Denis, en présence des ministres concernés , des élus locaux et de toutes les associations, devrait apporter des éléments de réponses.  Pour autant, sera-t-il aussi corrosif que celui du BEA ? Rien n’est moins sûr.

En attendant, les habitants des villes concernées vivent dans la peur d’un accident grave. Cette angoisse permanente se comprend aisément lorsqu’on sait que la gare de triage de Drancy ne dispose que d’un moyen « primitif »  d’alerte: la sirène. Imaginons qu’un nouveau incident intervienne un mercredi, jour d’essai des sirènes d’alerte de la ville, et c’est la mort assurée de milliers de personnes.

N’étant pas classée Seveso, l’aspect sécuritaire se limite au strict minimum. Pour Alain Ramos, conseiller municipal du Blanc-Mesnil, fortement impliqué dans ce combat, « la sécurité est inexistante ». C’est également l’avis du député-maire  UDI  de Drancy, Jean-Christophe Lagarde qui a , interpellé, une nouvelle fois, le premier Ministre, lors des questions au gouvernement.

« Par deux fois, j’ai attiré votre attention, sur les dangers reconnus par l’Etat (…) 30.000 personnes sont en danger de morts et on m’a répondu « Circulez, il n’y a rien à voir ». Je demande que le principe de précaution prévu constitution soit appliquée ».

Frédéric Cuvillier, le ministre délégué aux Transports, à la mer et à la pêche, lui a répondu en lieu et place de Jean-Marc Ayrault.  Il est notamment revenu sur les mesures d’urgences mises en place dès l’accident survenu et a insisté sur les mesures prises, à savoir, la limitation de la vitesse à 30  km/h,  ainsi que les engagements supplémentaires demandés à la SNCF et RFF.  Il a également insisté sur le fait que « le transport ferroviaire était plus sûr que le routier » Bref, c’est ce que l’on appelle « noyer le poisson ».

Il est à noter, que dans ce dossier sécuritaire,  l’étiquette politique  est passée outre. L’union entre les édiles s’est faite afin d’obtenir gain de cause et redonner une tranquillité relative à leurs administrés.
Didier Mignot, le maire du Blanc-Mesnil,  est lui aussi fortement impliqué dans ce dossier. Il a dernièrement saisit la justice, par voie de référé, afin de mettre l’Etat devant ses responsabilités.

Cette situation est d’autant plus inexplicable que la SNCF et RFF savent, tous deux,  tout comme le gouvernement, que le risque zéro n’existe pas en matière de transports de marchandises dangereuses, comme dans bien d’autres domaines, d’ailleurs. Les habitants le savent également et pourtant, aucune concertation n’a eu lieu pour l’établissement du « porté à connaissance »  du 22 avril 2013.

C’est la publication de ce document qui fait état de graves dangers encourus par les riverains du site de triage de Drancy qui a créé la mobilisation qui ne cesse depuis de s’amplifier. Leur courroux porte bien entendu sur le transit et le stationnement de matière dangereuses en gare de triage de Drancy, mais également sur le périmètre de sécurité retenu par le « porté à connaissance ». En effet, il  en délimite la zone à 620 mètres.

 Or, bizarrement, le chlore n’a pas été inclus dans ce document. Et pour cause: en l’excluant volontairement, les auteurs de ce document, ont réduit au strict minimum le périmètre de sécurité qui aurait dû être de 2.600 mètres.  « L’incompétence de l’administration nous fait peur« , assène Alain Ramos. Et, on ne peut pas lui donner tort.

Lui, comme toutes les personnes qui suivent de près ce dossier ne veulent qu’une chose: l’arrêt du transit et du stationnement  sur le site de Drancy  des wagons transportant des matières dangereuses et toxiques. « La sécurité publique et sanitaire, n’est pas négociable« , affirme Alain Ramos. Même son de cloche du côté du Collectif des Riverains de la Gare  de triage de Drancy (Corigat), animé par Jean-Pierre Quinet.

Là où le bât blesse, c’est que Drancy est la seule gare de triage encore en service pour toute l’Ile-de-France. Il y en avait cinq auparavant. Forcément, tout passe par elle. Aujourd’hui, le trafic est de 220.000 wagons à l’année, dont 12 à 13.000 dangereux et/ou toxiques. Et, le développement de ce mode de transport ne verra qu’accroître les risques.

Dans ce dossier, le silence du gouvernement est assourdissant. Hormis la réponse sibylline du ministre des Transports, on ne peut pas dire que le sujet met en « émoi » la République.

La vie des riverains de la gare de triage de Drancy vaut-elle moins que celle des usagers de la route ?
On est en droit de se poser la question, surtout lorsqu’on voit les moyens mis en oeuvre pour sauver quelques vies. L’effort est louable. Mais, il vous faut aussi avouer que, dans ce domaine, le sécuritaire rime avec le répressif « pécunier ».

En effet, inutile pour le gouvernement – comme tous ceux qui l’ont précédé – de se voiler la face: la sécurité routière fait rentrer des millions d’euros dans les caisses de l’Etat. Même si,chose incompréhensible, l’entretien et la gestion des radars sont confiés à une société privée – dont le PDG est le frère de Gilles De Robien, ancien ministre – qui fait payer chèrement ses services.

Dans le cas de la gare de triage de Drancy, c’est tout le contraire. Mais, inutile de s’affoler du côté  des sociétés publiques,   – comme au sommet de l’Etat – que sont la SNCF et RFF.  Et pour cause. « Ils ont cinq ans pour mettre en oeuvre les mesures de sécurité recensées dans le porté à connaissance« , s’insurge Alain Ramos. Autant dire que les riverains de cette gare de triage peuvent être rayés de la carte sans que cela inquiète la SNCF et RFF.

Quelle solution ?

Alain Ramos et tous ceux qui se battent pour que leur quotidien ne soit pas identique à celui qu’a connu la population de Mississauga, en 1979  dans la banlieue de Toronto, en Ontario, au Canada, c’est-à-dire  une évacuation d’urgence afin de parer au plus pressé, verrait d’un bon oeil,  l’éloignement de ses wagons indésirables.

La coordination des associations de riverains des sites Seveso s’est même proposé de leur prêter main forte. Le soutien de cette organisation est un plus qui pourra peut-être, faire pencher la balance du bon côté, comme l’espère Alain Ramos.

La solution ? Pourquoi pas la « réouverture » d’une des anciennes gares de triage éloignée de toute population ? Celle de la forêt d’Achères pourrait être une réponse. Mais, il est bien évident que les habitants de la commune de Saint-Germain-en-Laye, ne l’entendent pas de cette oreille.

Alain Ramos comme tous les élus et les riverains ne s’opposent pas à la gare de triage, ils en connaissent l’impact économique. Dans un  passé pas si lointain, les responsables politiques de ces villes étaient issus de la SNCF, ils connaissaient donc toutes les incidences que pourraient avoir cette gare.

Silencieux depuis le début de cette affaire, la SNCF et RFF se cachent derrière le fait que depuis sa création en 1863, la gare de Drancy n’a connu aucun accident grave qui ait pu porter atteinte aux riverains. Elles oublient toutes deux que le trafic a changé. Le transport des matières dangereuses et toxiques est de plus en plus important.

Alors que faire ?  Faut-il attendre qu’il y ait des morts  dans ce périmètre, pour que ces sociétés publiques fassent quelque chose ? Ce n’est pas à espérer.

Gageons que ces sociétés publiques et l’Etat seront assez responsable pour prendre la décision qui s’impose et permettre ainsi, aux riverains de la gare de triage de Drancy de dormir sur leurs deux oreilles, en toute quiétude.

Pour parvenir à leurs fins, les élus et tous ceux qui se mobilisent ont, d’ores et déjà prévu, de battre le pavé jusqu’au mois de juin prochain. Et plus encore s’il le faut.

Source : http://epsorg.fr/actus/la-vie-des-riverains-de-la-gare-de-triage-drancy-vaut-elle-moins-que-celle-des-usagers-de-la-route/