DRANCY AFIN DE SIGNER POUR GARDER PUBLIC ADP

La ville de Drancy a ouvert une campagne de signature pour garder les Aeroports de Paris (ADP) sous statut public. (+132 millions de dividende en 2017)

Référendum d’initiative partagée

Pour signer sur le site de la Ville de Drancy (suivre les liens)

Les chiffres actuels des votants de Drancy  au 30 juillet 2019.

ADP DRANCY.jpg

Les chiffres actuels des votants de Seine Saint Denis  au 30 juillet 2019.

ADP SEINE ST DENIS.jpg

SIGNEZ LE REFERENDUM

REFERUNDUM DRANCY.jpg

OPH DRANCY MON AMOUR

1

La municipalité UDI de Drancy, dans son rève bleu, déclare que tout est parfait à la Ville de Drancy.

La réponse du Directeur de l’OPH DRANCY et le rapport sur la situation de l’OPH Drancy peut laisser certains doutes.

Nous ne reviendrons pas sur les incidents ou les dysfonctionnements que chaque locataire peut constater encore actuellement.

A vous de voir… et de lire…. Ou va l’Office Public de l’Habitat Municipale de Drancy

ANCOLS DRANCY 2017.jpg

RD-2017-082 OPH de Drancy

ANCOLS REPONSE

DR-2017-082 OPH de Drancy

 

Une synhtèse du document

  • Une attribution de l’ensemble des logements fait par le service logement municipal (Mairie) Récidive d’irrégularité de l’ANCOLS précédents (2008-2012)
  • Location irrégulière à des personnes morales (hors dérogation) dont 3 logements de fonction.
  • Charges récupérables sur l’interessement des gardiens, entretien antenne TV, portes palières et VMC
  • Souci dans les entretiens ascenseurs
  • Un représentant est absent depuis 4 ans au conseil d’administration, si ce n’est plus… Il est aussi Président de l’UCAD, association qui est prestataire de services à l’OPH DRANCY. (nettoyage, etc)
  • Les orientations du CA en matière d’attribution ne sont pas rendues publiques. L’article R. 441.9 IV du CCH précise pourtant que « Ces orientations sont rendues publiques, selon des modalités incluant leur mise en ligne »
  • L’OPH a des choses a caché aux locataires qu’ils soient en ligne ou sans internet.
  • MAISON MEDICALISEE qui n’est pas dans les prérogatives de l’OPH DRANCY

ancienne clinique privée drancy

L’ancienne clinique privée de Drancy fermée pour etre installée dans un batiment public de l’OPH DRANCY dit « Maison de santé »

maison médicalisé privée

Cette Maison de Santé (de droit privé) n’est qu’une concurrence déloyale des batiments publics  Centre Municipal de Santé (CMS) que la municipalité laisse « mourir ».

Pourquoi l’oph Drancy et la Municipalité n’ont pas choisi une démarche citoyenne et de service public de réhabilitation des services médicaux de santé ???

Les habitants et locataires de Drancy, notent la facture à payer, sur la consultation médicale, sur leur impots et sur les frais financiers de ce batiment.

 

Droit de réponse de Madame le Maire Aude Lagarde sur l’article « Drancy, la mort d’un homme discret »

29 mai 2019 – Droit de réponse de Madame le Maire de Drancy, Aude Lagarde, sur l’article « Drancy, la mort d’un homme discret »

Bonjour,

J’ai fait le choix de présenter mes condoléances et de soutenir la famille ainsi que les proches de M. Ferrières dans un cadre privé, dès les premières suivant le décès.

Quant aux propos tenus par la presse, mes responsabilités m’imposent de m’abstenir de tout commentaire sur une enquête judiciaire en cours. Cela n’altère en rien le caractère héroïque de l’action de M. Ferrières.

Enfin, je tiens à rétablir la vérité quant aux mensonges habituels développés sur ce blog. Ma page Facebook ne fait l’objet d’aucune censure.

L’interrogation de l’internaute a été postée le samedi 25 mai à 18h37, soit le lendemain du premier message de condoléances du vendredi 24 mai à 21h35.

Votre capture d’écran laisse apparaître votre choix de lister les commentaires par pertinence, dont seul Facebook a le secret, plutôt que par ordre chronologique.

Diffuser de fausses informations au sujet d’un événement tragique afin d’assurer votre coup de com’ est tout simplement honteux et répugnant. Je doute que la famille apprécie…

Aude Lagarde,
Maire de Drancy

DRANCY L’ECOLE EN QUESTION

drancy.jpgdrancy3.jpg

drancy2

parents profs

arabe tamoul francais drancy

arabe tamoul drancy 2

arabe tamoul drancy 1

delacroix drancy.jpg

DRANCY LAGARDE « MIGRATION NOUS PROTÉGER… »

le-slogan-des-ces-affiches-de-l-udi-collees-dans-le-quartier-des-hauts-de-bayonne-a-horrifie-jean-rene-etchegaray

LE SLOGAN « MIGRATIONS : NOUS PROTÉGER AVEC DES GARDES COTES » FAIT DÉBAT DANS L’UDI

source SUD OUEST (article complet)

Mais la réalité est bien à Drancy…

50 personnes sans abri, ont été délogé des anciens locaux SNCF.

Ces personnes sans domicile fixe (SDF) sont depuis jeudi à la rue, place de la Mairie de Drancy.

Un délégué du Préfet est passé constaté les faits vendredi 11 mai 2019.

La municipalité ne semble pas être concerné par ce qui ce passe.

Sans doute attend elle ces « gardes côtes ou sa police des frontières » ?

Madame LAGARDE, Monsieur Le Député, Monsieur le candidat, les habitants de Drancy n’acceptent aucunement le peu de dignité que transmet la Ville de Drancy à ses SDF.

dehors drancy

 

 

 

 

 

Alors mesdames messieurs les élu(e)s, il serait bon d’appliquer juste la LOI !

Textes de loi : ( source DAL)

Accueil inconditionnel des sans abri :

Article L345-2-2 (code de l’action sociale)
« Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence.
Cet hébergement d’urgence doit lui permettre, dans des conditions d’accueil conformes à la dignité de la personne humaine, de bénéficier de prestations assurant le gîte, le couvert et l’hygiène, …»

Article L345-2-3 : « Toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir y bénéficier d’un accompagnement personnalisé et y demeurer, dès lors qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée. Cette orientation est effectuée vers une structure d’hébergement stable ou de soins, ou vers un logement, adaptés à sa situation. »

Loi de réquisition des logements vacants:
Article L641-1 (code de la construction) : « Sur proposition du service municipal du logement et après avis du maire, le représentant de l’Etat dans le département peut procéder, par voie de réquisition, pour une durée maximum d’un an renouvelable, à la prise de possession partielle ou totale des locaux à usage d’habitation vacants, inoccupés ou insuffisamment occupés, en vue de les attribuer aux personnes mentionnées à l’article L. 641-2. »

On a retrouvé la Maire de Drancy

Vendredi, au même moment des faits de la place de la Mairie, à 50 mètres, elle admire des statues et se voile des réalités de 2019…

maire.jpg

Notez les tentes pour la pluie et le rien pour les personnes sur la place de la Mairie de Drancy…

Trêve hivernale : la police va expulser des migrants d’un squat à Drancy

Reportage dans un bâtiment désaffecté de SNCF Mobilités, d’où 77 migrants et migrantes sont sur le point de se faire expulser. Une décision « disproportionnée », selon les avocats des occupants [1/2].

Jeudi 22 novembre, Drancy (Seine-Saint-Denis). Mamadou Camata, Ivoirien de 30 ans, m’accueille dans son squat. Avec plusieurs autres migrants, en situation régulière ou irrégulière, originaires de Côte d’Ivoire et du Burkina Faso, il a élu domicile dans cet immeuble désaffecté appartenant à SNCF Mobilités. Souriant malgré l’expulsion prévue pour la fin du mois, il tient une comptabilité des entrées et sorties. « En ce moment, nous sommes 77. » Ce chiffre peut évoluer dans les jours à venir, notamment à la baisse si certains occupants préfèrent partir avant l’expulsion par les forces de l’ordre, rejoignant d’autres squats ou hébergements de fortune. « Nous ne savons pas où aller. Nous demandons simplement à passer l’hiver ici, mais le juge nous a refusé la trêve hivernale« , résume-t-il.

Pas de trêve hivernale ? Dans la cour, je pianote sur mon smartphone à la recherche d’une explication. Mes recherches Internet m’apprennent que les occupants sans droit ni titre entrés dans un lieu par effraction (les « squatteurs« , dans le langage courant) ne sont pas officiellement visés par le dispositif protecteur de la trêve hivernale (1er novembre – 31 mars). C’est ce que vient d’ailleurs rappeler noir sur blanc la loi ELAN (non-appliquée dans cette affaire car publiée le 24 novembre au Journal Officiel). Cette restriction est censée éviter que des locataires ou propriétaires d’un logement ne se retrouvent à la rue pendant la trêve hivernale, parce que des squatteurs entrés en leur absence ne seraient, précisément, pas expulsables en raison de la trêve.

Une expulsion « disproportionnée »

Mais dans le cas présent, il ne s’agit pas d’un logement mais d’un bâtiment désaffecté, habité depuis un an par les occupants actuels (et depuis plus longtemps par de précédents squatteurs, partis depuis). « Je ne comprends pas, c’est injuste. La SNCF n’a même aucun projet pour ce bâtiment, alors on ne dérange personne !« , se désespère Mamadou Camata. C’est ce que me confirmera ensuite Me William Mak, l’un des avocats en charge du dossier aux côtés de Laura Pasquier et Alexandre Koenig. « SNCF Mobilités, propriétaire et demanderesse dans cette affaire, n’a pu justifier d’aucun projet pour ce bâtiment. A nos yeux, cela rend l’expulsion en pleine trêve hivernale particulièrement disproportionnée, tout comme la grande vulnérabilité des migrants et migrantes concernés. » Parmi eux, des demandeurs d’asile.

Les occupants se partagent un mafé. © Cyrielle Chazal Les occupants se partagent un mafé. © Cyrielle Chazal

J’entre. Je suis frappée par le caractère ordonné des lieux. Un homme se brosse les dents devant un lavabo installé dans une salle vide, inspectant sa mine matinale dans un petit miroir mural. Plus loin, un matelas deux places est redressé contre un mur, indiquant que l’heure n’est plus au repos. Et pour cause : la plupart des occupants s’activent, le jour, pour ramener quotidiennement quelques euros. « Ici, on s’entraide, on partage les courses« , m’explique S. (à droite sur la photo), désignant d’un geste le mafé qu’il savoure, assis sur un canapé aux côtés de deux « colocataires ».

« C’est ça, la France des droits de l’Homme ? »

Suite ….

source Médiapart

Source twitter de la Journaliste Cyrielle Chazal

(Photos supplémentaires)

Législatives à Drancy-Bobigny-Le Bourget : que se passe-t-il à gauche ?

Récapitulons :

  • PCF : Nathalie Vasseur : choix logique, dans la continuité des précédentes élections.
  • Insoumis : Ugo Portier : ex PS au parcours sinueux : membre du PS, il s’était présenté aux cantonales de 2011,  contre le candidat soutenu par son propre parti : cf. article de l’époque sur mondrancy.org.
  • PS : Valérie Méry : une candidate crédible, tendance frondeurs pro Hamon,, opposée la politique du gouvernement Valls.
  • En Marche : Malika Chibane : peu crédible, choix risqué de En Marche : ex adjointe de l’équipe municipale de Jean-Christophe Lagarde, passée ensuite par le MoDem, puis ralliée au PS lorsque Hacène Chibane en a pris la tête, lequel s’est mis momentanément en sommeil du PS pour la campagne de En Marche…
  • UDE : pas d’information à ce jour.
  • + les petits partis de gauche habituels.

Jean-Christophe Lagarde, s’il se présente, ce qui parait acquis, a de nouveau un boulevard devant lui.

DISCUSSIONS A DRANCY

A Drancy, marcher sur les trottoirs relève de l’exploit. Y’en a marre !
Une tribune de Ludovic BU LOCKO, publié sur Facebook et repris intégralement dans ces colonnes avec son autorisation

caca

voiture

trotoir

« Des obstacles par centaines, tous les mètres ou presque. Des poubelles postées entre les arbres et les murs des habitations (vous pensez qu’elles jouent à cache cache ou quoi, pour les mettre là où elles gênent ?), des merdes de chiens à profusion, des voitures et camions garés sur les trottoirs qui ne laissent pas un centimètre pour passer, des transformateurs posés trop près des arbres… Les photos ci-dessous ont été prises sur 150 mètres.

Que fait la mairie ? Rien. Pas une campagne d’information sur les dangers que courent les enfants et les personnes âgées à cause de ça, pas un geste de répression. Empêcher les Drancéens de marcher, c’est tellement normal…

Par contre, si tu as le malheur de laisser ta voiture un jour ou deux du mauvais côté de la rue lors du changement bimestriel de côté de stationnement, là, les amendes pleuvent. Voir l’enlèvement direct. Et hop, 300€ d’amende.

Deux poids deux mesures que je ne supporte plus. Et vous ? »

Ludovic Bu Locko

La suite du débat…