L’imam de Drancy jugé pour diffamation

430444HassenCHalghoumicommmorationdeDrancy

Parfois, Hassan Chalghoumi, l’imam le plus médiatisé de France n’aime pas, c’est très rare, disons le franchement, être pris en photo. Enfin, ça dépend qui est le photographe ! Pour d’autres collègues, surtout s’ils vont dans son sens, Chalghoumi se prête volontiers à la pose.
Ce jeudi 12 juin, aux alentours de 14h, alors que les débats devant la 17ème chambre correctionnelle de Paris n’ont pas encore commencé, celui qui est poursuivi pour diffamation, pour des propos tenus le 18 février 2013, (il a accusé lors d’un colloque à l’Assemblée nationale l’association Europalestine d’avoir brûlé la voiture de Samy Ghozlan) s’approche de moi.

S’en suit quelques noms d’oiseaux et plusieurs tentatives pour s’emparer de mon appareil photo. En vain. Sa garde rapprochée vint à la rescousse raisonner « Hassan ». « Pas ici, Hassan, calme-toi ». C’est alors qu’approche le fameux Samy Ghozlan, président du bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) qui demande aux gendarmes de « vérifier ma carte de presse ».

« Elle est sans aucun doute fausse », ajoute-il tout haut. Le prévenu Hassan Chalghoumi et son entourage sont visiblement sur les nerfs. C’est la 1ère fois que Chalghoumi se retrouve devant le tribunal. L’imam, vêtu en civil, un costard bleu foncé et une cravate verte à rayures, est accompagné comme à son habitude de plusieurs gardes du corps.

Le juge prévient d’emblée que vu le nombre de témoins importants (5 au total, trois pour la partie civile, deux pour la défense), l’affaire sera jugée la dernière, « aux alentours de 16h30 », précise le juge. Les deux parties quittent la salle. Retour au tribunal quelques heures plus tard. Les débats commencent à 18h.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, le juge propose de visionner la vidéo du colloque. On y voit Hassan Chalghoumi assis, la caméra le filme en plan serré. Ce dernier déclare : « Je rends hommage à mon frère Samy (Ndlr : Samy Ghozlan) pour son excellent travail, non seulement en Seine-Saint-Denis mais aussi à l’échelle nationale. Je pars à Marseille, on me parle de Samy. Je pars à Nantes, on me parle de Samy. Malgré les difficultés, ces moments où ils ont brûlé sa voiture, le fameux Europalestine…(…) ».

Pour Olivia Zemor, la présidente de l’association, qui s’approche la première à la barre, il ne fait aucun doute : « Hassan Chalghoumi a bien désigné Europalestine comme étant le responsable de l’incendie de la voiture ». « Jamais, en 13 ans d’existence, nous avons eu recours à la violence, rappelle Zemor. Et c’est de notoriété publique ! C’est de la pure calomnie. D’ailleurs, je ne sais pas où Hassan Chalghoumi est parti chercher de telles accusations ».

«On ne peut parler ici de message ambigu, continue la présidente d’Europalestine. Tout le monde a compris ce que voulait dire M. Chalghoumi. A cause de ses propos, des militants ont été pris à partie. Ils ont, bien entendu, dit que c’était faux, mais que vaut leur parole face à quelqu’un qui a pignon sur rue, qui passe tous les jours à la télévision et qui est perçu comme beaucoup comme l’imam des lumières ?, se demande-elle ». « Pourquoi cette volonté de nous nuire ? », questionne encore Olivia Zemor.

« Nous subissons constamment le chantage à l’antisémitisme », déplore-t-elle. « Si M. Chalghoumi nous avait dit, « C’est un malentendu, ce n’est pas ce que je voulais dire », nous n’aurions pas porté plainte. Or, cela fait plus d’un an que les propos ont été diffusés partout sur le web, sans que ce dernier ne soit intervenu pour démentir ».

Hassan Chalghoumi est le suivant à être interrogé. Il commence à rappeler qu’il est « l’imam de Drancy, cette ville où ont été déportés les juifs, qu’il œuvre pour le rapprochement entre communautés ». Et d’enchaîner curieusement sur le « conflit israélo-palestinien ». « Je peux soutenir les Palestiniens et soutenir les Israéliens ». La suite, en réponse aux attaques dont il fait l’objet : « Je ne suis ni un collabo, ni un vendu, ni un sioniste. J’ai reçu plus de 11 menaces de mort. J’ai été à l’hôpital deux semaines en septembre dernier. Mes enfants ont été menacés aussi. Qu’est-ce j’ai fait de mal pour mériter ça ? », se plaint l’imam, visiblement très affecté. « Je suis un homme de paix. J’ai juste dénoncé l’intégrisme, la barbarie de Mohamed Merah ».

Le juge lui coupe la parole et lui demande de revenir à l’affaire qui concerne le tribunal. « Pourquoi avoir évoqué Europalestine lors de ce colloque ? », lui demande le magistrat. « Ca fait longtemps que cette association a des soucis avec Samy Ghozlan. Il m’en a déjà parlé. Je ne voulais pas dire qu’Europalestine a brûlé la voiture de Samy, mais il est tellement harcelé par eux, que peut-être que les gens ont été poussés à faire ça… ».

« Est-ce que vous-même, avez eu des soucis avec cette association ? » relance le juge. « Je ne peux pas vous dire, je ne suis jamais allé sur leur site ». Le juge s’interroge ensuite sur le fait qu’Hassan Chalghoumi, qui était au courant de la diffusion de la vidéo sur internet, puisqu’une plainte avait été déposée contre lui le 13 mai 2013, n’ait pas pris la peine de démentir ces accusations.  « Ca aurait peut-être permis d’éteindre l’incendie », tente le juge, par un jeu de mot. « Je ne savais pas que les vidéos étaient diffusées », répond Chalghoumi.

« C’est marqué sur la convocation », précise le magistrat. « Je ne l’ai pas lue, je l’ai donnée à mon avocat ». « Chacun se rejette la responsabilité. N’est-ce pas un peu paradoxal de ne pas vouloir faire un pas vers l’autre pour quelqu’un qui ne cesse de dire qu’il est un homme de paix ? », raille le juge. « J’ai transmis à mon avocat. On attendait d’avoir un contact ». « Est-ce qu’il y a, à votre connaissance, des actions violentes qui pourraient être imputées à Europalestine ? », continue le juge. « Non », dit Chalghoumi.

Mais il y a des sites qui utilisent la cause palestinienne et après il y a des victimes. Regardez Mohamed Mérah qui a tué des enfants juifs ». « Pensez-vous que le procès aurait pu être évité ? », questionne le magistrat. « Oui, s’il me demande, je l’ai fait », répond l’imam de Drancy. « Vous l’avez fait ? », croit comprendre le juge. « Non. S’il me l’aurait demandé, je l’aurais fait », rectifie Chalghoumi. « Vous êtes pourtant un adulte, pas besoin d’une licence en droit pour le faire », s’exaspère le magistrat.

Place aux témoins de la partie civile. Les trois membres d’Europalestine, qui n’étaient pas présents au colloque, mais qui ont pu voir la vidéo par la suite, se succèdent à la barre. Tous rappellent le caractère non violent d’Europalestine. « Brûler une voiture ne fait par partie de nos méthodes. Nous sommes dans une lutte pacifiste », précise l’un d’eux. Un autre : « Je n’aurai jamais accepté de faire partie d’Europalestine, si on avait recours à la violence ».

Les trois relatent comment ils ont dû se justifier auprès de leurs proches quant aux accusations portées par Chalghoumi à l’encontre de leur association, ainsi que de leur impact. « Nos proches étaient inquiets. On a été obligé de démentir sans pour autant être en mesure de fournir des preuves de notre innocence », déplore un témoin.

La défense appelle ses témoins à la barre. Samy Ghozlan, ancien officier de police et président du bureau national de vigilance contre l’antisémitisme, raconte au tribunal les attaques régulières de sites dont il est victime, « comme celui d’Europalestine ». « L’enquête sur l’incendie de ma voiture n’a pas abouti. Personne ne peut donc être accusé. Mais les incitations à la haine, comme celles d’Europalestine, peuvent pousser certains à passer à l’acte », continue-il.

Il est 20h, l’un des magistrats a du mal à rester éveillé. Le juge demande si Olivia Zemor souhaite ajouter autre chose. « En tenant de tels propos, ils disent « Regardez Europalestine brûle les voitures des juifs ». Les conséquences de tels propos sont graves. Après, des groupuscules extrémistes, comme la LDJ (NDLR, la Ligue de défense juive), interdite partout sauf en France, nous agressent violemment. J’ai reçu des pots de peinture au visage qui m’ont valu une hospitalisation de plusieurs jours », conclut dépitée Zemor.

Place aux plaidoyers des avocats. Maitre Cochain, défenseur d’Europalestine tient à « rappeler que les propos tenus par M. Chalghoumi ont été retranscrits par un huissier de justice et non par la partie civile, comme j’ai pu l’entendre ». « Les propos de M. Chalghoumi sont clairs : il a dit qu’Europalestine avait brûlé la voiture de Samy Ghozlan, continue l’avocate. J’ai besoin que le tribunal le condamne pour ses propos. Si vous ne le faites pas, je n’aurais jamais de démenti de sa part et les gens vont continuer à croire que c’est vrai. Leur intérêt est de salir cette association parce qu’elle demande le respect du droit international pour le peuple palestinien. On n’a pas le droit de les prendre en otages en les traitant d’antisémites. Europalestine a été diffamée. Ces accusations sont donc fallacieuses », conclut dans sa plaidoirie Maitre Cochain.

Malgré les talents d’oratrice de l’avocate d’Europalestine, la procureure de la République ne semble pas convaincue. Pour cette dernière, « la phrase n’est pas claire. Cela est aussi dû au fait que le prévenu s’exprime mal en français. De plus, les propos ont été rapportés de l’oral à l’écrit. Ils peuvent être donc interprétés de différentes façons ». Verdict le 18 septembre prochain.

Nadir Dendoune

 

index

Ajout de commentaire de Saphir

Mais la procureure de la République a tout de même choisi de plaider la relaxe pour l’imam de Drancy. « La phrase n’est pas claire. Cela est aussi dû au fait que le prévenu s’exprime mal en français. De plus, les propos ont été rapportés de l’oral à l’écrit. Ils peuvent être donc interprétés de différentes façons », plaide-t-elle. Ce pourrait donc être son mauvais niveau de français qui l’aiderait à sortir de l’impasse… Le verdict sera rendu le 18 septembre prochain.  

CGT Drancy : une webradio militante !

Voici un extrait de l’article  unnamed

http://www.lalettre.pro/CGT-Drancy-une-webradio-militante-_a4540.html

La CGT fait passer son message via une webradio qui existe depuis 18 mois. Henri Tamar, secrétaire général à Drancy, raconte cette aventure syndico-radiophonique qui fait étrangement penser au début de l’aventure des premières radios libres au début des années 80…

 

CGT Drancy : une webradio militante !

Une webradio pour un syndicat ? Pourquoi pas après tout. Henri Tamar, secrétaire général du syndicat à Drancy et technicien du spectacle et fonctionnaire, s’est lancé dans l’aventure il y a 18 mois.

« Notre syndicat a pour mode d’expression reconnu le tract, explique Henri. Mais nous sommes ouverts et défendons la liberté d’expression et la modernité. Ma proposition d’une radio gratuite sur le web a été acceptée sur le web. Pour nous, c’est la continuité de notre mode d’expression.

« Le net et Radionomy, plate-forme sur laquelle nous avons créé la radio, correspondaient à nos valeurs, se félicite Henri, 50 ans. Cette radio a une réelle utilité car les médias ont tendance à caricaturer le syndicalisme alors que nous travaillons les convergences qu’elles soient culturelles ou sociales. Cette radio nous aide à faire passer notre message sans filtre. »

 

Chants de lutte

La programmation a forcément un vrai côté militant, avec toute l’information du syndicat, au niveau national comme local. « Côté musique, nous travaillons l’idée de l’histoire sociale, enchaîne Henri Tamar. Il y a donc des chants de luttes mais aussi de nombreuses nouveautés. Je consulte nos adhérents CGT, nous sommes 700 000, il y a du boulot ! Notre programme aujourd’hui, c’est un tiers de chants de lutte et poèmes, un tiers d’information et témoignages de syndicalistes et un tiers de multi-culturel. Et ça fonctionne plutôt. »

Une preuve supplémentaire de la souplesse d’utilité de la webradio et de son utilité démocratique.

A découvrir sur Radio CGT Drancy.

Journaliste presse écrite et multimédia. Créateur de Radio Mozart. En savoir plus sur cet auteur

 

La CGT Drancy a publié sur face book son taux d’audience:

TAUX audience CGT DRANCY RADIO 1015 hsur 24 heures

 

et les pays de ses auditeurs internautes.

RADIO CGT DRANCY LOCALISATION

Encore un autre outils de liberté à Drancy, ville assiégé par bien des mensonges…

Tabou à Drancy : le passage à la Caisse…

Conseil communautaire de la Communauté d'agglomération de l'Aéroport du Bourgetprésident vice president 14 Conseil communautaire de la Communauté d'agglomération de l'Aéroport du Bourget 2

Ce 3 avril 2014 à l’Hôtel de Ville du Bourget se tenait la première réunion du Conseil communautaire de la Communauté d’agglomération de l’Aéroport du Bourget, dont les membres ont été élus par les citoyens du Bourget, de Drancy et de Dugny en même temps que les élections municipales. Désormais installés dans leurs fonctions, les conseillers communautaires ont notamment procédé à l’élection du Président puis des Vice-Présidents. Salini Stéphane a été élu Président. Les 12 vice-présidents élus de la CAAB sont : Vincent Capo-Canellas, Maire du Bourget, André Veyssière, Maire de Dugny, Anthony Mangin (Drancy), Denis Desrumaux (Le Bourget), Aude Lagarde (Drancy), Severine Levé (Dugny) Fredy Mahon (Le Bourget) Sylviane Micault (Drancy), Frédéric Nicolas (Dugny), Merzouba Coccoza (Drancy), Maryline Marchois (Le Bourget), Hamid Chabani (Drancy).

Par mois cela fait pour le président : 3135 € soit 37 629 euros soit pour le mandat 225 774 €uros
12 vice-présidents : 1254€x12 = 15048 € par mois soit 180 576 € par an soit pour le mandat
1 083 456 €uros. Total pour les élus de droite qui se vote comme a Drancy les maximums d’indemnité = 1 309 230 €uros
Pour le conseil municipal de Drancy,
Maire 50 172 € par an soit 301 032 €uros pour le mandat
14 maires adjoints soit 23 408€ soit pour un an 280 896 € soit pour le mandat 1 685 376 €uros et un total de 1 986 408 €
Drancy devra donc dépenser pour la démocratie citoyenne d’élu qui seront à l’assemblée nationale, à leur boulot de directeur, d’instituteur, de patron d’entreprise la somme 3 295 638 €.. Trois millions, deux cent quatre vit quinze mille sic cent trente huit €uros.

drancy dugny le bourgetdrancy

Nous ne sommes pas dans le tous pourris mais un élu par cumul de mandat peux il étre bien au dessus des traitements de ses salariés. Nous ne sommes pas dans une entreprise. Et ces montants qui ne sont pas des paies, sont déductible d’impôt, et devraient être proche de la réalité du travail fournie. Ils prônent tous des économies à Droite et pourtant 3 millions d’euros ce n’est pas rien..

 

La parole est aux citoyens, alors qu’on propose à droite des petits boulots en dessous du smic, parlons indemnité des élus cumulard…

Pour ne pas oublier notre Député, car Drancy aussi paie son indemnité par l’impôt

Traitement mensuel : 7 100,15 € brut par mois (5 148,77 € net par mois), dont :

  • Indemnité parlementaire de base : 5 514,68 € brut mensuel
  • Indemnité de résidence : 165,44 € brut mensuel
  • Indemnité de fonction : 1 420,03 € brut mensuel
  • Supplément familial de traitement pour les députés chargés de famille
  • En cas de cumul avec un mandat local (maire, président de Conseil général…), l’indemnité est écrêtée à 2 757,34 € par mois (maximum : 9 857,49 )

Pour leur activité de parlementaire, les députés disposent de plusieurs budgets :

  • Indemnité représentative de frais de mandat (frais de représentation) : 6 412 €
  • Crédit informatique : 15 000 € pour les cinq années du mandat.
  • Crédit mensuel pour la rémunération de collaborateurs : 9 504 € (si la somme n’est pas totalement utilisée, la différence peut être versée au groupe politique du député, sinon, elle reste acquise au budget de l’Assemblée nationale)

Avantages en nature :

  • Accès gratuit au réseau SNCF (1re classe)(carte payée par l’Assemblée Nationale)
  • Taxis gratuits à Paris
  • Quotas de déplacements aériens
  • Lignes téléphoniques et courrier (forfait annuel)
  • Allocation d’aide au retour à l’emploi pendant 3 ans pour assurer un revenu brut mensuel égal à l’indemnité parlementaire de base pour les députés non couverts par les Assedic, dégressive tous les 6 mois.
  • Prêts d’aide au logement, supprimé en 2007
  • Retraite de député : 1 549 € mensuels pour un seul mandat de cinq ans.

 Continuez à vous taire, vous ferez des heureux à Droite qui n’avancent aucune transparence sur l’utilisation de l’argent public pour les indemnités des élus, pour le patronat et qui pourtant critique si facilement les aides publiques pour la maladie, pour les sans emploi, pour les pauvres, pour le logement…. 

Si ces élus étaient si logiques avec leurs dires, il refuseraient cet argent public.. !!

Non MAIS TU REVES…!!!

L’argent public, l’impôt est un moyen de créer la colère mais quand il est dans certaines poches, il est très bien dans les poches…

 

Que de vidéos citoyennes à Drancy

Des vidéos par une militante qui n’apprécie pas la politique Lagardienne…

NB : Nous sommes informé que les vidéos ne font pas partis des  campagnes des listes actuellement déclarées il est apprécié la liberté d’expression citoyenne. L’auteur nous confirme ces dires et que cela est  bien une démarche citoyenne.

Municipales Drancy : 3 listes sont d’ores et déjà connues et déposées.

A quelques heures de la date limite de dépôt des listes à la préfecture, 3 listes ont été déposées à la préfecture de Bobigny.

  • La liste du maire sortant Jean-Christophe Lagarde « Continuons à faire progresser Drancy »
  • La liste Lutte Ouvrière d’Estelle Jaquet « Lutte Ouvrière Faire entendre le camp des travailleurs »
  • La liste de rassemblement PCF-PG-FDG-EELV de Nathalie Vasseur : « À gauche pour Drancy solidaires ensemble »

Toujours pas de nouvelles de la liste du PS « officielle » d’H. Chibane, plus occupé peut-être, plutôt qu’à finaliser sa liste, à s’en prendre au site de MonDrancy qu’il a voulu faire taire en réussissant à le faire fermer sans nous avoir prévenu au préalable de ce qui le gênait sur ce site et ainsi que la loi française le prévoit… Bel exemple de respect du droit d’expression ! qu’il nous montre là.

Au moins, les drancéens sont prévenus, et en dehors de toute considération politique, avec H. Chibane, c'est : « Vive la censure ! » et « Taisez-vous dans les rangs ! »

Toutes les infos que nous recevons à MonDrancy, des candidats, sont publiées sur la page Municipales 2014.

Ouvrir un restaurant à Drancy ! Facile enfin presque…

La Ville de Drancy face à la recrudescence sauvage de Kebab et autres restaurations a décidé de racheter en priorité le bail des commerces pour gérer une offre de commerce diversifiée. Aussi sur le site de la Ville vous verrez  à l’exception de tous types de restaurations  :internetOu encore sur  Drancy Immédiat articleMais, l’interdiction de toutes restaurations est à géométrie variable à Drancy !  Prenons cet exemple restaurants

qui est donc le propriétaire ??? Car ce restaurant à pu se ré-implanter sans soucis !?

resto

Remise à neuf voici les photos (pub gratuite) ancien magasin de vétements

10002937_274598582709237_194296337_n1798554_274599009375861_1932478455_n1978615_274599412709154_1233282622_n1782024_274599502709145_2061102195_n

communauté

Et Oui, Restaurant nouveau interdit à Drancy  mais notre nouvelle candidate sur la liste de JC LAGARDE  a pu ouvrir son jolie commerce de restauration.

Alors, alors, vous voyez bien que c’est facile à Drancy…

Venez ouvrir votre restaurant

POLITIS SUR LA GARE DE TRIAGE DE DRANCY

Un bel article sur la dernière gare de triage d’Ile de France par le magazine POLITIS qui donne enfin la parole aux citoyens et aux cheminots
GARE EN ALERTE A DRANCY

POLITIS622014