A Drancy aussi on joue de la censure

L’acharnement judiciaire sur les sites et blogs d’expression citoyenne, politique, parodiques et/ou satiriques prend des proportions de plus en plus inquiétantes. Après la disparition de Failbook sous la contrainte, la condamnation d’Antoine Bardet dit Fansolo, suite à la plainte du maire UMP d’Orléans Serge Grouard est tout simplement hallucinante. Mon Drancy.net est solidaire de la libre expression n’en déplaise aux personnes publics qui s’offusquent de l’être quand ils ont besoin de faire taire la population. A Drancy, la cour d’appel avait donner raison au syndicaliste dénonçant la précarité dans la mairie, et le Député Maire Jean christophe lAGARDE s’est vu débouté de sa plainte aux frais des Drancéens.

Il annonce aux Musulmans de Drancy en septembre 2007 la mosquée municipale

et il ment aux Drancéens et au conseil municipal

La CUISINE POLITIQUE A LA LAGARDE

Les bonnes recettes de Jean-Christophe Lagarde

chef-jcl.jpgJean-Christophe Lagarde, notre incontournable président exécutif est également un baron de la droite du neuf cube (la Seine-Saint-Denis en langage d’jeun). Ce département est un véritable laboratoire pour JC… il s’y est déjà livré à des expériences électorales assez curieuses, avec des résultats plutôt calamiteux… Et hormis son fief de Drancy, les effectifs du Nouveau Centre ne décollent pas… Lassé de contempler les chapelles éparses d’une l’UDF qu’il avait autrefois « dans la pogne » , JC a décidé de passer à l’action pour récupérer son bien ! Et c’est du grand art !

Chevreau_Oseille.jpgComme son ancien mentor béarnais, nous soupçonnons l’auteur des « Hypocrisies Françaises » d’avoir adopté la « stratégie du coucou » pour s’emparer du leadership du… Mouvement Démocrate de Seine-Saint-Denis !!! Sans se découvrir, JCL prépare cette manœuvre depuis des mois. Après avoir savonné la planche de l’actuelle présidente du Modem, battue aux municipales à Noisy-le-Sec, il téléguide en sous-main la prise de contrôle du mouvement bayrouiste par le maire d’Epinay-sur-Seine, un certain monsieur Chevreauex-villieriste (tendance dure) et ex-UDF (tendance sarkosiste du 2ème tour) et qui brillait depuis des mois au Modem par son absentéisme très remarqué (comme on le comprend)!

Lagarde n’aurait pas installé que Chevreau pour la mise en place des instances du MoDem 93.

Regardez plutôt les différentes listes d’Hervé Chevreau, il s’est fait un peu aider par celui qui mange décidément trop de soupe …

Mamadou N’D, conseiller municipal délégué aux affaires internationales à Drancy, sans étiquette (liste Lagarde)
Marjora C, conseillère municipale de Drancy, sans étiquette (liste Jean-Christophe Lagarde, refus de participation à la liste MoDem)
Nicandro C., Drancy, membre du Comité de soutien de Jean-Christophe Lagarde aux municipales, refus de participation à la liste MoDem
Christian P. conseiller municipal de Rosny sous bois, refus de participation à la liste MoDem
Samir B, conseiller municipal délégué de Rosny sous bois, refus de participation à la liste MoDem,
Georges A. employé de Jean-Christophe Lagarde, refus de participation à la liste soutenue par le MoDem
Ahmet C. ancien colistier d’Aude Lagarde aux élections régionales de 2004

et bien d’autres …

Sylvain R.
Olivier H.
Nathalie R.
Farid S.
Alain P.
Samira B.
Jean-Michel B.
Ahmet C.
Sylvain R.
Gaëlle V.
Thierry A.
Salah B.
Stéphanie C.
Pierre R.
Angélique L…

http://nouveaucentre.hautetfort.com/

La Lettre de Lagarde député de Drancy Bobigny

Lettre de Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy, à Jeanne Bourdillon

mardi 30 septembre 2008


Madame,

Votre propos intitulé « Humeurs laïques » paru sur le site « Riposte laïque » a retenu toute mon attention et je tiens à vous apporter quelques réponses pour nourrir, enfin je pense, votre réflexion.

D’abord, laissez-moi corriger une erreur dans la présentation des choses : le titre racoleur du Parisien, concocté par un journaliste frustré d’une information que je ne lui avais pas communiquée ne reflète pas la réalité dans cette affaire. En effet, les drancéens, et le Conseil municipal en premier lieu puisqu’il en a débattu, connaissent cette réalisation et son utilisation depuis que le projet a été présenté.

Je n’ai rien caché mais j’ai seulement refusé de faire de la publicité, en période électorale, sur ce sujet. Je travaille en Seine-Saint-Denis pour que mes concitoyens apprennent à mieux vivre ensemble et les drancéens m’ont fait confiance pour cela avec près de 70 % des voix.

Comme vous, je suis attaché au principe de la laïcité mais je le suis encore plus aux valeurs républicaines de Liberté, d’Egalité et de Fraternité. Et que dire des citoyens français désireux de pratiquer le culte musulman et que l’on cantonne dans des caves sordides ? Que penser du sentiment de révolte et d’injustice qu’un tel traitement peut susciter quand on voit les prêcheurs intégristes s’en emparer ?

Alors oui, résolument, je crois en un islam à la française, au grand jour, capable de partager nos valeurs et de faire siennes les lois de notre République, une République apaisée qui donne à chacun sa place et respecte l’altérité.

Et je réfute cet extrémisme laïcard qui, sous couvert de « grand principe », refuse le monde tel qu’il est, nie à l’autre le droit de croire ou de ne pas croire et d’agir différemment et salit à plaisir ceux qui, loin des salons feutrés, partagent les difficultés de leurs concitoyens ; je ne vous ferai pas l’affront de vous donner un cours de démocratie mais la tonalité de votre propos m’y incline fortement. Mais le « tous pourris » et autres amalgames islamophobes relèvent de l’aveuglement ou de l’hystérie.

Vous souhaitant bonne réception de ce courriel, Je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Jean-Christophe LAGARDE

Député-Maire de Drancy

La réponse au mensonge de Drancy

Réponse à Jean-Christophe Lagarde, qui prétend défendre l’islam de France et la laïcité

mardi 30 septembre 2008, par Jeanne Bourdillon


Monsieur,

Vous prenez la peine de nous apporter « quelques réponses pour nourrir [notre] réflexion » (1). Vous allez être ravi, car votre lettre mérite en effet quelques commentaires.

Vous accusez tout d’abord un journaliste du Parisien d’avoir fait un « titre racoleur », parce qu’il serait, selon vous, « frustré d’une information » que vous ne lui auriez pas « communiquée ». Etrange de lui prêter un sentiment de frustration et de vengeance, le tout pour vous démarquer de son titre : « Quand le maire se félicite d’avoir menti » (2). Mais ce titre ne résume-t-il pas vos propres déclarations ?

En effet, vous dites à ce même journaliste : « Oui, je vous ai volontairement caché que ce serait une mosquée. Je voulais montrer la normalité d’un tel projet. Et aujourd’hui, tout prouve que j’avais raison de le faire. […] Tout prouve que j’avais raison de le faire. » Affirmer que « tout prouve » que vous auriez bien fait, n’est-ce pas vous féliciter vous-même ?

Vous reconnaissez avoir « volontairement caché que ce serait une mosquée », donc vous avez dû donner une autre version de la destination d’un grand bâtiment municipal en cours de construction (celle de la « salle polyvalente »). Si ce n’est pas un mensonge, qu’est-ce que c’est ? On se demande donc en quoi le titre du Parisien serait « racoleur », et qu’il ne reflèterait pas « la réalité dans cette affaire ».

Vous dites que « les Drancéens, et le Conseil municipal en premier lieu puisqu’il en a débattu, connaissent cette réalisation et son utilisation depuis que le projet a été présenté », donc depuis que la décision municipale de construire ce bâtiment a été prise. Si « les Drancéens » savaient, alors pourquoi vouliez-vous leur « cacher », comme vous le dites explicitement dans le Parisien : « Je n’ai pas voulu l’annoncer à la population car cela aurait forcément créé des tensions » ?

Quant au conseil municipal, ce que vous affirmer contredit ce que dit Monsieur Saulière, élu P.S. à ce même conseil (3) : « Je ne peux pas savoir si les élus de la majorité au conseil municipal étaient eux-mêmes au courant ou pas de la réalité de la destination de la salle polyvalente. Ce qui est certain, c’est que les élus de l’opposition ne n’étaient pas. » Monsieur Saulière dit que ces élus n’ont découvert le pot aux roses qu’après les élections, au conseil municipal du 21 mars 2008.

Donc soit vous mentez sur ce point (comme vous avez – selon vos propres déclarations – menti aux Drancéens), soit c’est Monsieur Saulière qui ment. Dans la première hypothèse, vous trompez non seulement vos administrés, mais aussi vos collègues au conseil municipal. Ce n’est pas à votre honneur. Dans le second cas, cela veut dire que tous les conseillers municipaux sont complices de votre mensonge, ce qui est également très grave.

Vous dites ensuite, dans votre réponse, « Je n’ai rien caché mais j’ai seulement refusé de faire de la publicité, en période électorale, sur ce sujet. »

Seulement en période électorale, alors que vous dites au Parisien avoir « volontairement caché que ce serait une mosquée » dès le début du projet. Il faudrait donc savoir si vous n’avez « rien caché », ou si vous avez « volontairement caché » quelque chose. Vos explications manquent pour le moins de cohérence. Et il est étrange de ne pas vouloir de « publicité » sur une décision que vous avez prise en tant que maire, alors que votre action doit justement être publique et transparente ! Mais que craigniez-vous donc, en « période électorale », pour ne pas dire à quoi servira ce bâtiment municipal de 1,8 million d’euros ?

Vous vous réjouissez ensuite que les Drancéens vous « ont fait confiance » en votant pour votre liste « avec près de 70 % des voix ». Le mot « confiance » est tout de même un peu surréaliste, puisque vous avez trahi cette confiance en leur « cachant volontairement » la véritable destination de 1,8 million d’euros du budget municipal. Vous ne pouvez donc évoquer cette « confiance », ni vous prévaloir d’un score électoral obtenu par de telles méthodes, qui consiste à privilégier une communauté tout en « cachant » ce privilège aux autres électeurs.

Vous dites être « attaché au principe de la laïcité » mais « plus encore aux valeurs républicaines de Liberté, d’Egalité et de Fraternité ». Pourquoi « plus encore » ? En quoi la laïcité s’opposerait à ces « valeurs républicaines » ? Et vous êtes tellement « attaché au principe de laïcité », que vous le bafouez sans aucune gêne en finançant le culte musulman au très de « votre » mosquée municipale.

En effet, comme le démontre Roger Heurtebise (3), le loyer mensuel de 4.000 euros est très sous-évalué, d’au moins 5.000 euros pour un tel investissement immobilier, et d’autant plus que tous les frais d’entretiens sont à la charge de la municipalité, comme vous le reconnaissiez vous-même dans un conseil municipal. Donc quand vous affirmez votre attachement « au principe de laïcité », vous êtes loin de le prouver ! A moins que là aussi, cet « attachement » est soigneusement « caché » à vos administrés.

Vous nous faites ensuite le couplet classique sur « l’islam de France » et « l’islam des caves » : « Et que dire des citoyens français désireux de pratiquer le culte musulman et que l’on cantonne dans des caves sordides ? Que penser du sentiment de révolte et d’injustice qu’un tel traitement peut susciter quand on voit les prêcheurs intégristes s’en emparer ? Alors oui, résolument, je crois en un islam à la française, au grand jour, capable de partager nos valeurs et de faire siennes les lois de notre République, une République apaisée qui donne à chacun sa place et respecte l’altérité. »

Dans notre pays laïque, Monsieur Lagarde, si les musulmans veulent pratiquer dans des mosquées, ils se les financent par leurs deniers publics. Ce n’est pas aux collectivités locales de le faire, et c’est même contraire à nos principes et à nos lois.

Et c’est tout de même étrange que subitement, parce cet « islam des caves » dispose d’une « mosquée municipale », il va devenir un « islam à la française », « capable de partager nos valeurs et de faire siennes les lois de notre République » ! Quel beau miracle républicain ! Mais quelle preuve avez-vous de cela ? Jamais aucun élu n’a apporté le moindre élément de démonstration dans ce sens.

Dans votre cas, on peut même en douter, puisque vous devenez l’obligé de l’UOIF qui était à vos côtés lors de l’inauguration de cette mosquée, à la veille des élections municipales (quel heureux hasard), et qui vous renvoie l’ascenseur dans un compte-rendu sur son site internet (6). Il serait donc intéressant de savoir quel type de « valeurs » défend l’UOIF.

Savez-vous que pour enseigner ces « valeurs », elle dispose d’un centre de formation à Saint-Denis (tout près de chez vous) et à Château-Chinon, qui se nomme l’« IESH : Institut Européen des Sciences Humaines » (sic !), et dont le mentor idéologique n’est autre que le fameux prédicateur Youssouf Al Quardawi. Ce « prêcheur » intervient à l’UOIF et à l’IESH, et il est également le « gourou » des Frères Musulmans dont la devise est « Allah est notre objectif. Le prophète Mahomet est notre chef. Le Coran est notre loi. Le djihad est notre voie. Mourir dans les voies d’Allah est notre plus grand espoir ». Drôle d’« islam à la française » que voilà, « capable de partager nos valeurs et de faire siennes les lois de notre République ».

C’est sans doute ces « valeurs » et ces « lois » que le petit-fils d’Al Quardawi est venu psalmodier dans « votre » mosquée municipale de Drancy le 7 septembre dernier (7). Et peut-être qu’on y verra bientôt un autre « prêcheur intégriste » de l’UOIF, Hassan Iquioussen, spécialiste en discours antisémites qui vont jusqu’à prétendre qu’Hitler avait comploté la Shoah avec les Juifs (8). L’UOIF n’a jamais désavoué Hassan Iquioussen, qui fait toujours des prêches et des conférences dans les mosquées de France, et qui est régulièrement l’invité aux congrès du Bourget de cette UOIF. Il est donc étonnant que la présence de l’UOIF à l’inauguration de la mosquée de Drancy ne vous choque pas. Mais sans doute ne connaissiez-vous ni Al Quardawi, ni Iquioussen, ni leur implication à l’UOIF et dans l’endoctrinement des jeunes de banlieue.

Vous dites au Parisien que « Juifs et chrétiens sont les bienvenus » dans votre mosquée municipale. On ne voit pas trop ce qu’ils viendraient y faire, mais pour notre part, nous comprendrions fort bien qu’ils n’aient pas envie d’y rencontrer par hasard les héritiers d’Al Quardawi ou les émules d’Hassan Iquioussen, malgré votre légitime volonté de « vivre ensemble ». Encore une fois, on n’a jamais vu en France une mosquée résoudre les problèmes de « vivre ensemble », ou alors il faut nous en apporter la preuve et non des vœux pieux. Vous-même avouez que le risque est plutôt une aggravation de ces problèmes, puisque vous dites au Parisien : « Je n’ai pas voulu l’annoncer à la population car cela aurait forcément créé des tensions ».

Nous pourrions multiplier les exemples de cet « islam à la française auquel vous offrez en catimini une mosquée… aux frais des contribuables drancéens. Mais peut-être que votre ami Djamel Bouras que vous avez soutenu et promu aux législatives de 2007 (9) pourra compléter votre information, lui qui a soutenu la chaîne antisémite et jihadiste Al Manar du Hezbollah. Vous déclariez alors « Cette description de Djamel n’a rien à voir avec celui que je connais », et peut-être que c’est vrai. (Comme vous mentez, il devient difficile de vous croire.) Mais si vous avez ignoriez à ce point le passé de Monsieur Bouras, comment pourriez-vous affirmer que vous ne faites pas aujourd’hui les mêmes erreurs sur ceux qui pourront utiliser – ou qui utilisent déjà – votre mosquée municipale ?

Vous nous accusez d’« extrémisme laïcard », alors que juste avant vous vous disiez « attaché à la laïcité ». Mais où est l’« extrémisme » dans ce que nous avons dit ? Prouvez ce que vous dites, car sinon il ne s’agit que de diffamations ou d’insultes que vous alignez. Vous dites par exemple que notre « extrémisme laïcard […] nie le droit de croire ou de ne pas croire ». Mais où avez-vous lu cela dans Riposte Laïque ? Aucune part ! Vous nous accusez d’être dans des « salons feutrés ». Quel rapport ?

Et quand vous nous accusez d’« amalgames islamophobes », prouvez-le ! Dites-nous, des « amalgames » entre quoi et quoi ? Et quel sens donnez-vous à « islamophobes » ? Celui de « peur de l’islam », de crainte de l’islam, de critique de l’islam ? Mais dans ce cas, respectez « le droit de croire ou ne de pas croire », et donc de croire que l’islam est une mauvaise religion, ou dites que vous voulez rétablir le délit de blasphème ! Et vous dites « islamophobe » dans l’acception « raciste », prouvez vos accusations : où est le racisme dans tout cela ? Où est « l’aveuglement et l’hystérie » que vous nous reprochez ?

Vous dites : « je ne vous ferai pas l’affront de vous donner un cours de démocratie ». Vous êtes effectivement mal placé pour le faire, en « cachant volontairement » à vos administrés des décisions prises en leur nom et qui utilisent leur argent public. Vous prenez seul, ou en complicité avec d’autres élus, une décision anti-laïque, que vous masquez par une attitude anti-démocratique, et vous trouvez moyen de vous contredire et nous traiter de tous les noms sans répondre le moins du monde à nos arguments.

Pour notre part, nous basons des articles sur des faits et des écrits, pas des accusations gratuites, insultantes et diffamatoires. Nous aurions attendu de votre part le même sens du débat démocratique.

Jeanne Bourdillon

(1) http://www.ripostelaique.com/Lettre-de-Jean-Christophe-Lagarde.html

(2) http://www.leparisien.fr/abo-seine-saint-denis/quand-le-maire-se-felicite-d-avoir-menti-06-09-2008-201427.php

(3) http://www.mediaslibres.com/tribune/index.php/2008/09/19/699-mosquee-municipale-de-drancy-lopposition-socialiste-sexplique

(4) http://www.mediaslibres.com/tribune/index.php/2008/09/08/682-quand-un-depute-maire-se-felicite-d-avoir-volontairement-menti et http://www.ripostelaique.com/De-Kaboul-a-Drancy-la-politique.html

(5) http://modemdrancy.hautetfort.com/tag/mosqu%C3%A9e : « le Maire considère que la date choisie (un mois avant chaque élection municipale) garantit une jouissance permanente de cette salle à l’association en question sans les inconvénients de certains bails qui mettent les frais d’entretien à la charge du locataire. »

(6) http://www.uoif-online.com/webspip/spip.php ?article276

(7) http://le-rappel.over-blog.com/article-22583214.html

(8) http://www.humanite.fr/2004-01-17_Societe_Islamisme-Iquioussen-ou-la-culture-de-la-haine-antijuive

(9) http://www.20minutes.fr/article/159793/France-Djamel-Bouras-candidat-MoDem-mais-pas-modele.php

Drancy, Je vous ai menti….

Cest de la langue de bois tu sais...

C'est de la langue de bois.. tu sais...

Pendant le conseil municipal du 25 septembre, le Député Maire Jean Christophe ému par l’émotion du mensonge sur la mosquée municipale de Drancy a décidé d’ouvrir le débat avec ceux qui voulait discuter en fin de conseil.

Les socialistes s’expriment pendant 2 minutes

http://drancydavenir.wordpress.com/2008/09/27/toujours-plus-fort-drancy-la-democratie-locale-par-lexemple-illustration-par-le-maire-jean-christophe-lagarde/

Le Maire s’octroie 35 minutes pour dire en gros :

Qu’il a menti au journaliste du Parisien qui nous relate les informations

Que l’express, vendu à 2500 exemplaires à Drancy, laissait deviner qu’une mosquée allait être construite. (Mais en aucune façon une transformation de salle polyvalente municipale en mosquée municipale)

Finalement en fin démocrate, le maire arrete les débats et l’expression des autres élus (communistes, lutte ouvrière, modem) et majorité municipale…

Bravo de bravo.

Ce que nous remarquons c’est que l’express précise que les 1,8 millions serons remboursés par la location de la salle (contrat de 6 ans).

Actuellement c’est du 4000 euros par mois !

Mais pour rembourser sur 6 ans il faut du 25 000 €uros par mois !!!!

Le journaliste de l’express aurait subit le meme sort que celui du Parisien, on lui aurait menti !!!!

a l’insu de mon plein gré…

Ahrrr La langue de Bois de notre Robin des bois à encore fourchée…

Après la cantine gratuite

voilà donc la mosquée municipale de Drancy gratuite !!!

ON NE VOUS DIT RIEN A DRANCY

Le conservatoire vient de sortir son guide… et ne fait que fermée.

Oui, le service public n’est plus assuré, enfin presque. La cause l’odeur est insupportable… Oui vous lisez bien. Des spécialistes sont à pied d’œuvre mais c’est pas du Mozart, ni du Bach. Finalement le cabinet du Maire (sans doute des habitués du problème du conservatoire) a pris la décision de fermer le conservatoire de musique et de théâtre et les 500 élèves se voient privés de cours (sauf la danse).

Une chanson avait mis en musique « le bruit et l’odeur », nous espérons que la municipalité va apprendre à  communiquer sur son éternel projet de « nouveau » conservatoire…