Le Soutien du Maire à la chaussette…

Et oui, on soutient le meneur de l’équipe dont l’un des présidents de bureau de vote avait dans ses chaussettes des bulletins de votes. Ils sont forts « les copains d’abord » !!!

Fête de Drancy 2008

La fête de la Ville par notre envoyé spécial  » Chiche »

Un accueil bien « sécurisant » :

25 agents de sécurité, 3 agents de police municipale et 2 agents de police nationale. (pour la deuxième entrée).

Et Ô surprise, une vraie fouille au corps et des sacs, vous êtes déjà dans le bain, on vous prend pour des « voyoux » dès l’accueil à Drancy. Perso, je refuse gentiment la sécurité privée, pour demander un inspecteur de police (ou une inspectrice de préférence) , il semble que mes exigences crées un trouble à l’ordre public. On veut me jeter dehors !

Moi, je suis rentré, j’y reste ! ( je suis envoyé spécial nom d’un binz !)

Rien a faire, je ne peux pas rentrer, je demande au policier municipal de me montrer sa carte professionnelle et d’appeler le maire. Eux.. c’est un magicien car j’ai rien vu de son jeu de carte… Trop fort et trop rapide. Mais il veut pas déranger le Maire qui aurait décidé la fouille et ma demande d’arrêté du Maire reste sans réponse.

Bref ça fait 10 minutes que j’attends pour entrer et j’admire certaines personnes entrée sans fouille et il me salut les travailleurs de la fête. Je fait cette remarque au policier d’état et il décide de me mettre de coté et de me fouiller. Bon j’aurais préféré sa collègue car c’est quand même très sensuel comme mission. Voilà que le policier d’état a failli se piquer avec mes collections d’épingles dans mes poches. Zut il est 11 heures 15 et j’ai raté mon rendez vous…

Bon il me libère  » je suis un voyou libéré » C’est beau Drancy sous le règne Lagardien.

Bon.. la fête, une sono, des enfants sur scène avec des parents obligés de voir leurs petits artistes (que c’est mignon). Bon.. ça fait très fête de village, mais elle me renvoie une fête fermée. Et voilà que je me remémore les cavalcades des drancéens venant des quartiers, les rues ouvertes enfin la vraie fête de la Ville. Bon mon rêve passé, je fais le tour des stands en 15 minutes chrono, vu que j’ai pas faim. Un petit arrêt à l’ARAC ou Mme NILES donne un émouvant échange sur Guy Mocquet, Pierre Sémard et sur Chateaubrillant. En fait, la mémoire de Drancy est aux Drancéens, le temps jugera…

Moi cet accueil sécurisé m’a rappelé de très mauvais souvenirs d’une période très noire pour Drancy et la nation. C’est incroyable que cela plaise aux Drancéens ou alors , nous sommes maso…

Et demain ce sera cela :

Super président

Piques et répliques entre Accoyer et Lagarde

Le président de l’Assemblée, Bernard Accoyer, énervé par l’attitude de Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy (Seine-Saint-Denis), lors des débats à l’Assemblée, l’a invité, en vain, à plus de modestie. « Ne faites pas de complexe d’infériorité, monsieur Lagarde, vous ne nous y avez pas habitués ! » lui a-t-il lancé, s’attirant cette réplique de l’élu du Nouveau Centre en séance : « Rassurez-vous, monsieur le président, lorsque vous présidez, je n’ai aucun complexe ! »

Mais entre ces jeux de mots, il est ou notre Maire de Drancy pour gérer la Ville ?

Les pépettes pour pepette…

Détermination des indemnités des adjoints, Les socialistes demandent des précisions sur les montants et leur répartition. 2 adjoints sont en effet rémunérés nettement au-dessus des autres, le 2ème et le 9ème, M. Mangin, 3.724 € et Mme Aude Lavail-Lagarde, 4338 €. Jean-Christophe Lagarde l’explique que ces deux adjoints sont rémunérés ainsi car ils sont employés à temps plein en tant qu’adjoint. C’est une bonne raison. Il reste cependant à comprendre dès lors ce que fait Mme Aude Lavail au Conseil Régional, si ses activités au Conseil municipal l’occupe à 100% de son temps…

Le Parisien ajoute  » A Drancy, l’indemnité du député-maire Jean-Christophe Lagarde (NC) a été fixée à 6 238 €. Dans la réalité, l’élu ne touchera que 2 050 €, qui s’ajouteront à son indemnité parlementaire de 5 300 € net. « Le reste sera reversé à d’autres élus. Mais nous avons malgré tout voté ce montant maximal, car il sert de base pour calculer les indemnités de mes adjoints. »  »

Peut être madame Aude Lagarde (maire adjoint de Drancy à 100 %) ou Madame Aude Lavail (conseillère régionale à 0 %) . . .

Devinez qui ?

J’ai la vérité entre mes doigts…

Au conseil d’avril 2008, Sur le rapport 2000-2005 de la cour des comptes sur la ville de Drancy, le maire, Jean-Christophe Lagarde, n’a pu s’empêcher de répondre aux questions que personne ne lui posait, et au passage, d’accuser la Chambre régionale des Comptes de « raconter des bobards ».

C’est lui qui le dit…

Vu sur le site de Grozbulles :

Vodpod videos no longer available.

Monsieur PROPRE… ??????

Derrière Hervé Morin, le maire de Drancy est le n°2 du Nouveau centre, qui a tenu samedi à Nîmes son congrès fondateur.

Profil

Il allume une énième Marlboro rouge, s’essuie le front, et répond. Le discours est précis, la réflexion étayée, le débit rapide. À part la défense des récifs coralliens, il ne parle et ne pense que politique. Un peu histoire, pourvu qu’elle serve l’avenir de la politique. Ainsi court Jean-Christophe Lagarde, le boulimique député-maire de Drancy, ville communiste de 1935 à 2001, qu’il redresse avec de l’imagination et des bouts de ficelles. « Je suis une serpillière de la République », dit-il pour résumer, plus rageur que découragé.

Car il y est réélu. Et brillamment ! Voilà qui aide à se faire un nom et une expérience. Et qui vaut à cet ex-bayrouiste affligé par « la stratégie personnelle de François » d’avoir été promu, samedi, à 40 ans, président exécutif du Nouveau Centre. Autrement dit, la cheville ouvrière du parti que préside Hervé Morin, le ministre de la Défense.

Un livre décoiffant

Son expérience et sa réflexion, il vient d’en livrer quelques parcelles dans un livre entretien plutôt décoiffant (1). Il y explique comment les non-dits, les mensonges, les idées reçues et les hypocrisies frappent en définitive les pauvres, fragilisent la société, discréditent notre démocratie. « À l’Assemblée, il y a 400 députés qui ne servent à rien. » Lui qui, tout gamin, rêvait d’y entrer…

Avec son air poupin, il tient des propos et soutient des propositions sur le droit de vote des immigrés, le mariage des homosexuels ou la politique de santé à faire rosir la gauche. D’ailleurs, qu’est-ce qui le sépare d’un Manuel Valls ? « Rien, sinon qu’il est au PS. »

Un exemple : Jean-Christophe Lagarde propose de rendre inéligible un maire qui ne respecte pas les quotas de logements sociaux. « Il faut s’attaquer parallèlement aux ghettos de riches et aux ghettos de pauvres. » Un second, parmi tant d’autres : pour libérer des HLM pour les dizaines de milliers de mal-logés qui attendent, il demande que l’on puisse obliger les locataires devenus aisés à passer à la caisse.

Haro sur les politiques ? « Les hypocrisies françaises sont largement partagées, analyse-t-il pour mieux expliquer pourquoi les bonnes idées peinent à se concrétiser. Les citoyens choisissent toujours le candidat qui leur raconte de belles histoires. Quitte à être déçus au bout de trois mois. » Suivez son regard d’allié, malgré tout, de l’UMP.

Michel URVOY.