BOBIGNY DRANCY Violences ordinaires ça suffit !

Bobigny : tensions après la triple agression de la jeune militante PC

Bobigny, ce dimanche. Emma, 20 ans et militante communiste locale, a été agressée plusieurs fois à Bobigny alors qu’elle fait campagne dans le cadre des élections départementales.
Bobigny, ce dimanche. Emma, 20 ans et militante communiste locale, a été agressée plusieurs fois à Bobigny alors qu’elle fait campagne dans le cadre des élections départementales. (LP/Aurélie Lebelle.)

Elle a un regard fatigué et las. La lèvre inférieure et la tempe encore un peu rougies. Mais promet que « tout va bien ». « Le contrecoup viendra peut-être après les élections mais pour le moment, je suis très occupée », explique Emma, posément. Tractage, boîtage, rassemblements et réunions.

Voilà le quotidien de cette jeune militante communiste de 20 ans qui vit chez sa mère, cité Jean-Rostand à Bobigny. Responsable avec trois autres gaillards de la section jeunesse communiste de la ville-préfecture, Emma n’a pas le temps de chômer. Pourtant, elle a dû lever le pied ces derniers jours, a pris quelques affaires pour aller dormir à Paris « afin de s’éloigner un peu » et ne sort plus qu’accompagnée à Bobigny. Ses amis, ses camarades communistes ou ses parents se relaient pour être à ses côtés. Car Emma a été agressée à trois reprises ces derniers jours.

Ses agresseurs, qu’elle n’a pas pu reconnaître, avaient clairement ciblé la jeune étudiante en Histoire. Premier épisode, le samedi 28 février. Emma rentre chez sa mère, il fait déjà nuit et deux jeunes hommes la suivent jusqu’au pied de l’immeuble, la plaquent contre un mur et la giflent à plusieurs reprises. « Ils avaient des capuches et je n’ai pas réussi à voir leurs visages, confesse-t-elle. Ils m’ont juste dit “Vous n’êtes plus tout seuls, faites pas les fous !”» Emma file porter plainte. La nouvelle fait rapidement le tour des réseaux sociaux. Le lendemain matin, en route pour un rendez-vous avec d’autres militants, Emma est apostrophée par des jeunes qui font plusieurs fois le tour d’un rond-point, ralentissent et lui lancent entre deux insultes : « Alors, c’était bien hier ? ».

« Cela m’a inquiétée car ça commençait à faire beaucoup, précise-t-elle. Et puis, ça s’est un peu tassé. Jusqu’au jeudi. » Ce jour-là, la jeune femme retrouve des lycéens de Louise-Michel qui organisent un blocus. L’heure et le lieu du rendez-vous ont largement été communiqués sur Facebook. En partant de chez elle, trois hommes cagoulés attendent Emma. « Ils m’ont projetée contre un mur et m’ont donné plusieurs coups de poing dans le visage et le ventre.Ils m’ont juste dit : “Tu parles trop” et ils sont partis. » A l’hôpital Jean-Verdier de Bondy, les médecins lui prescrivent quatre jours d’ITT (interruption totale de travail). Emma est retournée porter plainte, une enquête est ouverte.

« Il y a un climat très lourd à Bobigny autour de ces élections, lance José Moury, l’un des responsables de la section PC de Bobigny et conseiller municipal d’opposition. On sent que certains jeunes ont l’impression de vivre la revanche des municipales. » Pointe-t-il donc du doigt l’UDI, qui a remporté la mairie communiste ? « Non, poursuit-il. En tout cas, s’il n’y a pas eu de communication officielle de la part du maire pour dénoncer cette triple agression, les adjoints de la majorité à qui j’en ai parlé m’ont assuré qu’ils ne voyaient pas de qui cela ne pouvait pas venir. Il ne s’agit certainement pas d’une commande. Mais je crois que certains jeunes se sentent libres de faire du zèle… » Contactée hier, la mairie n’a pas donné suite à nos appels.

Aurélie Lebelle | 15 Mars 2015, 17h46 | MAJ : 15 Mars 2015, 17h46

leparisien.fr

les élus udi sans les gens

les élus sans les gens 2les élus non violents ?

Les images parlent d’eux mêmes, « OU SONT LES GENS  » (on reconnaitra le personnel de la Ville de Drancy).  Le silence des deux maires est aussi parlant…Le lien avec la parution de l’article du Parisien démontre, si besoin est, la manœuvre politique UDI de ce rassemblement,  aux vus des violences précédentes dans nos deux villes du  » type règlement de compte à OK Corral »…

lettre jc La lettre met les points sur les I…

 

DRANCY LE MAIRE AU SECOURS DE LA POLICE MUNICIPALE

MOT POL

Constat 2015 :  » Réduction sévère des moyens matériels et humains alloués au commissariats de police notamment en seine saint Denis.. »

 

Jean-Christophe Lagarde crée un cinéma et une police municipale à Drancy

En 2002, est créée la police municipale ( l’article de 2002 fera sourire avec un équilibre  de la « gauche » de – 15 millions de francs ( – 2,3 millions d’ €uros) et le recours à l’emprunt « Lagarde » en 2010 qui a atteint 110 millions ).

 

Mais pourquoi Jean Christophe LAGARDE n’a pas alerté  » ses amis » politiques… sur les défaillances sécuritaires en 2002…

Nicolas Sarkozy (UMP) (Intérieur, Sécurité intérieure et Libertés locales) 7 mai 2002 31 mars 2004
Dominique de Villepin (UMP) (Intérieur, Sécurité intérieure et Libertés locales) 31 mars 2004 31 mai 2005
Nicolas Sarkozy (UMP) (Intérieur et Aménagement du Territoire) 31 mai 2005 26 mars 2007
François Baroin (UMP) (Intérieur et Aménagement du Territoire) 26 mars 2007 15 mai 2007
Michèle Alliot-Marie (UMP) (Intérieur, Outre-Mer et Collectivités territoriales) 18 mai 2007 23 juin 2009
Brice Hortefeux (UMP) (Intérieur, Outre-Mer et Collectivités territoriales, puis à partir du 14 novembre 2010, Intérieur, Outre-Mer, Collectivités territoriales et Immigration) 23 juin 2009 27 février 2011
Claude Guéant (UMP) (Intérieur, Outre-Mer, Collectivités territoriales et Immigration) 27 février 2011 10 mai 2012
Manuel Valls (PS) 16 mai 2012 31 mars 2014
Bernard Cazeneuve (PS) 2 avril 2014

Ce n’est pas nouveau, Nicolas Sarkozy est fâché avec les chiffres. Qu’il s’agisse de la période 2002-2011 ou du seul quinquennat (2007-2012), les effectifs de police et de gendarmerie ont baissé.

Selon les chiffres publiés dans un rapport de la Cour des comptes en mars 2013 ainsi que ceux disponibles dans les projets de loi de finances, la police et la gendarmerie ont perdu plus de 9 000 postes entre 2007 et 2012. Le résultat, notamment, du non-remplacement d’un départ à la retraite sur deux, une règle instaurée par… Nicolas Sarkozy lui-même.

Les effectifs avaient en revanche augmenté entre 2002 et 2007 (+ 7 000 postes), d’où une baisse relativement faible sur la totalité de la période entre 2002 et 2012 (– 2 000 postes). Mais il s’agit bien d’une baisse, contrairement à ce qu’affirme M. Sarkozy. Si l’on s’arrête à 2011, comme le fait l’ancien chef de l’Etat, la diminution des effectifs est un peu moindre (– 1 500 postes) mais « les chiffres parlent [toujours] d’eux-mêmes ».

Le monde

Pour la seine saint Denis me direz vous !
Jean Christophe serait il aussi fâché avec les chiffres ?

La lettre du préfet Jean-François Cordet au ministre de l’Intérieur, en 2006. Sur la question des effectifs de gardiens de la paix depuis 2002, le préfet de Seine-Saint-Denis écrivait :

« Les effectifs en question ont subi une diminution très perceptible à laquelle les élus et l’opinion publique sont très sensibles. Cette situation génère de plus en plus de remarques syndicales au sein de la police et de commentaires des maires qui suivent très précisément la situation de leur commissariat. »

Conclusion La DROITE a bien diminué les effectifs pour Drancy ! Ce que ne dit pas Notre Maire dans son mot du Maire….

Notre Maire qui est aussi Député n’a pas pu éviter de constater que pour 2014 dans le vote du Budget :  L’Intérieur – Avec un budget légèrement en hausse, Manuel Valls peut s’estimer bien loti. Ses crédits de paiement pour 2014 s’élèvent à 21,6 milliards d’euros au global contre 21,2 milliards en 2013. (source Figaro) Pour 2015 : le budget comprend la création de 405 emplois dans la police et la gendarmerie.

Sur la question de l’utilité ?

« Demande de la population » ou « surenchère sécuritaire à des fins électorales » ?

données infraction et policiers municipaux

données infraction et policiers municipaux contradictoire

Ce que donne l’état pour Drancy  pour son fonctionnement général :

Rapporté aux 67 438 habitants de Drancy en 2012, cela représente 294 € par habitant.

Dans le même temps, la Dotation Globale de Fonctionnement accordée aux communes françaises similaires à Drancy était de 280 € par habitant, en 2012.

A Drancy, en 2012 un habitant reçoit donc plus de subventions au titre de la DGF que pour des communes similaires.
Pour l’état français, un habitant de Drancy vaut donc 14€ de plus que la moyenne française pour des communes similaires.

La différence entre communes voisines de Drancy :

Enquête et résultat des polices municipales dans les villes moyennes

Enquete PM