CELA DEVIENT DU N’IMPORTE QUOI A DRANCY

Le syndicat représentant le personnel de la Ville de Drancy, s’exprime sur son site internet

ambiance Mairie drancy

ambiance 2 Drancy

QUELLE AMBIANCE !

Il est vraie que notre site reflète de graves dysfonctionnements dans le service public le plus proche de notre Ville.

Que ce soit à l’OPHLM, avec la disparition des emplois publics pour des emplois privés, les Centres de santé, ou les médecins municipaux disparaissent, pour une maison de santé ou les médecins sont à des tarifs exorbitants. Quand au transport, la municipalité joue à la CGT en bloquant les transports…

greve de la maire

C’est pourtant les mêmes qui traitent les travailleurs de « preneurs d’otages »…

Ce n’est pas une première d’ailleurs, la famille Lagarde serait elle « gauchiste »

Tract-5-octobre-version-2-1080x1496

Elus

Premier des gilets jaunes en 2013 !

( Les matières dangereuses circulent toujours (malgré la plainte pénal contre l’état de JC Lagarde) , et la municipalité, sous couvert du Préfet,  ne semble pas prendre les leçons de Rouen et de Lubrizol et des sites dangereux depuis la loi travail qui a amoindri les représentants du personnel.

Où en sommes nous du côté de la gare de triage ?

L’accident chimique de Rouen, encore chaud médiatiquement, rappelle aux riverains de la Gare de Triage de Drancy la problématique de leur sécurité. Cette sécurité a fait l’objet, depuis 2014, d’études, de prises de mesures, de réunions en Comité d’Information et d’Echanges auxquelles le CORIGAT a participé, toutes actions qui ont menées le 30 juin 2017 à la promulgation d’un nouveau « porter à connaissance » à destination des municipalités, moins restrictif du point de vue des préconisations d’urbanisme. Néanmoins la présence des wagons transportant des matières dangereuses subsiste dans notre voisinage avec les dangers inhérents.
Il n’est pas question ici de créer la moindre psychose obsessionnelle chez les riverains mais plutôt de vous informer de ce qu’il se passe près de chez vous. Il faut savoir que le risque de la survenance d’un accident majeur est extrêmement faible.
Les autorités, conscientes de la permanence de ces dangers. ont prévus l’application d’un PPI, le fameux Plan Particulier d’Intervention qui est le cas particulier du plan ORSEC localisé, en cas de survenance du plus grave accident possible. Ce cas serait celui de l’éventrement d’un wagon de chlore. Nous ne sommes pas dans un environnement du type Seveso mais la mise en œuvre des secours reste parfaitement identique.
Ce PPI est définitivement approuvé et devrait être mis en application dans un délai réduit car le calendrier prévisionnel est déjà retardé de 2 ans ! Espérons que la campagne électorale des municipales ne vienne pas interférer …
Sur ce dernier point il serait bon que les autorités informent les riverains, Le CORIGAT n’a toujours pas été renseigné suite à ses demandes.
Légende : ces 2 photos illustrent le risque de perforation d’une citerne de chlore par des ridelles de wagon ou par un chargement de tôles épaisses en cas de déraillement sur des voies parallèles.
sources Corigat

JC OPH CGT

Tiens comme on parle de danger à Drancy

C’est normal que les coffrets en tension électrique soient ouvert devant l’entrée du Parc Ladoucette ?

Encore des caches de drogue ou autres ?

Exif_JPEG_420

EH, HO, la municipalité de Drancy…. Des enfants jouent dans les rues….

CELA DEVIENT DU N’IMPORTE QUOI A DRANCY…

 

DRANCY VISITE PAR LA BRIGADE ANTI NÉGROPHOBIE B.A.N. AUX EXPATRIES

BAN.jpg

Un reportage sur la situation à Drancy par le B. A. N. source facebook

 

Gorée_-_Jumelage_Drancy

 

DRANCY LAGARDE « MIGRATION NOUS PROTÉGER… »

le-slogan-des-ces-affiches-de-l-udi-collees-dans-le-quartier-des-hauts-de-bayonne-a-horrifie-jean-rene-etchegaray

LE SLOGAN « MIGRATIONS : NOUS PROTÉGER AVEC DES GARDES COTES » FAIT DÉBAT DANS L’UDI

source SUD OUEST (article complet)

Mais la réalité est bien à Drancy…

50 personnes sans abri, ont été délogé des anciens locaux SNCF.

Ces personnes sans domicile fixe (SDF) sont depuis jeudi à la rue, place de la Mairie de Drancy.

Un délégué du Préfet est passé constaté les faits vendredi 11 mai 2019.

La municipalité ne semble pas être concerné par ce qui ce passe.

Sans doute attend elle ces « gardes côtes ou sa police des frontières » ?

Madame LAGARDE, Monsieur Le Député, Monsieur le candidat, les habitants de Drancy n’acceptent aucunement le peu de dignité que transmet la Ville de Drancy à ses SDF.

dehors drancy

 

 

 

 

 

Alors mesdames messieurs les élu(e)s, il serait bon d’appliquer juste la LOI !

Textes de loi : ( source DAL)

Accueil inconditionnel des sans abri :

Article L345-2-2 (code de l’action sociale)
« Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence.
Cet hébergement d’urgence doit lui permettre, dans des conditions d’accueil conformes à la dignité de la personne humaine, de bénéficier de prestations assurant le gîte, le couvert et l’hygiène, …»

Article L345-2-3 : « Toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir y bénéficier d’un accompagnement personnalisé et y demeurer, dès lors qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée. Cette orientation est effectuée vers une structure d’hébergement stable ou de soins, ou vers un logement, adaptés à sa situation. »

Loi de réquisition des logements vacants:
Article L641-1 (code de la construction) : « Sur proposition du service municipal du logement et après avis du maire, le représentant de l’Etat dans le département peut procéder, par voie de réquisition, pour une durée maximum d’un an renouvelable, à la prise de possession partielle ou totale des locaux à usage d’habitation vacants, inoccupés ou insuffisamment occupés, en vue de les attribuer aux personnes mentionnées à l’article L. 641-2. »

On a retrouvé la Maire de Drancy

Vendredi, au même moment des faits de la place de la Mairie, à 50 mètres, elle admire des statues et se voile des réalités de 2019…

maire.jpg

Notez les tentes pour la pluie et le rien pour les personnes sur la place de la Mairie de Drancy…

Trêve hivernale : la police va expulser des migrants d’un squat à Drancy

Reportage dans un bâtiment désaffecté de SNCF Mobilités, d’où 77 migrants et migrantes sont sur le point de se faire expulser. Une décision « disproportionnée », selon les avocats des occupants [1/2].

Jeudi 22 novembre, Drancy (Seine-Saint-Denis). Mamadou Camata, Ivoirien de 30 ans, m’accueille dans son squat. Avec plusieurs autres migrants, en situation régulière ou irrégulière, originaires de Côte d’Ivoire et du Burkina Faso, il a élu domicile dans cet immeuble désaffecté appartenant à SNCF Mobilités. Souriant malgré l’expulsion prévue pour la fin du mois, il tient une comptabilité des entrées et sorties. « En ce moment, nous sommes 77. » Ce chiffre peut évoluer dans les jours à venir, notamment à la baisse si certains occupants préfèrent partir avant l’expulsion par les forces de l’ordre, rejoignant d’autres squats ou hébergements de fortune. « Nous ne savons pas où aller. Nous demandons simplement à passer l’hiver ici, mais le juge nous a refusé la trêve hivernale« , résume-t-il.

Pas de trêve hivernale ? Dans la cour, je pianote sur mon smartphone à la recherche d’une explication. Mes recherches Internet m’apprennent que les occupants sans droit ni titre entrés dans un lieu par effraction (les « squatteurs« , dans le langage courant) ne sont pas officiellement visés par le dispositif protecteur de la trêve hivernale (1er novembre – 31 mars). C’est ce que vient d’ailleurs rappeler noir sur blanc la loi ELAN (non-appliquée dans cette affaire car publiée le 24 novembre au Journal Officiel). Cette restriction est censée éviter que des locataires ou propriétaires d’un logement ne se retrouvent à la rue pendant la trêve hivernale, parce que des squatteurs entrés en leur absence ne seraient, précisément, pas expulsables en raison de la trêve.

Une expulsion « disproportionnée »

Mais dans le cas présent, il ne s’agit pas d’un logement mais d’un bâtiment désaffecté, habité depuis un an par les occupants actuels (et depuis plus longtemps par de précédents squatteurs, partis depuis). « Je ne comprends pas, c’est injuste. La SNCF n’a même aucun projet pour ce bâtiment, alors on ne dérange personne !« , se désespère Mamadou Camata. C’est ce que me confirmera ensuite Me William Mak, l’un des avocats en charge du dossier aux côtés de Laura Pasquier et Alexandre Koenig. « SNCF Mobilités, propriétaire et demanderesse dans cette affaire, n’a pu justifier d’aucun projet pour ce bâtiment. A nos yeux, cela rend l’expulsion en pleine trêve hivernale particulièrement disproportionnée, tout comme la grande vulnérabilité des migrants et migrantes concernés. » Parmi eux, des demandeurs d’asile.

Les occupants se partagent un mafé. © Cyrielle Chazal Les occupants se partagent un mafé. © Cyrielle Chazal

J’entre. Je suis frappée par le caractère ordonné des lieux. Un homme se brosse les dents devant un lavabo installé dans une salle vide, inspectant sa mine matinale dans un petit miroir mural. Plus loin, un matelas deux places est redressé contre un mur, indiquant que l’heure n’est plus au repos. Et pour cause : la plupart des occupants s’activent, le jour, pour ramener quotidiennement quelques euros. « Ici, on s’entraide, on partage les courses« , m’explique S. (à droite sur la photo), désignant d’un geste le mafé qu’il savoure, assis sur un canapé aux côtés de deux « colocataires ».

« C’est ça, la France des droits de l’Homme ? »

Suite ….

source Médiapart

Source twitter de la Journaliste Cyrielle Chazal

(Photos supplémentaires)

DRANCY

La Gare de Triage DRANCY / LE BOURGET

Alors que la municipalité c’est attaquée pénalement à l’état sur le site de Drancy.

Et qu’aucune nouvelle n’arrive dans le journal Drancy information, grande source de propagande municipale UDI.

Nous vous permettons de proposer une partie peu connue de cette gare de triage..

SNCF DRANCY GARE ET BLA BLA DE LA MAIRIE

Voici comment la Municipalité de Drancy traite l’information
SNCF REPONSE SUR GARE DE TRIAGE DRANCY

aucun suivie de la plainte de JC LAGARDE contre l’état

aucune communication des informations de la SNCF

scnf c est possible

Ce document pourtant devrait intéresser les habitants de Drancy du long de la voie ferrée de la gare de triage

réponse sncf

En bref, l’annulation au tribunal administratif n’a eu aucun effet, les habitations, la construction le long de la voie ferrée reste limitée…

Quand au bruit, la lettre du 21 octobre 2015 souligne l’intérêt de la SNCF..