JC LAGARDE « NON A LA RECONNAISSANCE D’ UN ETAT PALESTINIEN »

logo_paix_comme_palestine

OUI MAIS….

110 parlementaires français : “nous nous opposons à la reconnaissance unilatérale palestinienne”

Initié par les présidents des groupes d’amitié France-Israël à l’Assemblée nationale et au Sénat, Claude Goasguen (UMP) et Jean-Pierre Plancade (RDSE), le texte réunit des élus de droite, du centre et de gauche.

Monsieur le Président de la République,

Nous, parlementaires français issus de la majorité présidentielle et des rangs de l’opposition, réaffirmons notre engagement en faveur d’une résolution pacifique et négociée du conflit israélo-palestinien reposant sur le principe de deux Etats pour deux peuples.

Nous sommes convaincus que seule la voie du dialogue peut garantir l’établissement d’une paix juste et durable. Aussi, nous appelons Israéliens et Palestiniens à reprendre sans plus tarder le chemin des pourparlers et les exhortons à s’abstenir de toute démarche unilatérale. C’est la raison pour laquelle, nous nous opposons à la stratégie de contournement des négociations visant à imposer la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien lors de la session de septembre de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Certes, le chemin qui mène à la paix est parsemé d’obstacles et le blocage actuel des pourparlers pourrait conduire un certain nombre d’entre nous à estimer qu’une telle démarche est frappée au coin du bon sens.

Elle est en réalité dangereuse, contreproductive et illusoire. Dangereuse, car loin de résoudre le conflit, elle ne fera que le perpétuer et l’exacerber en suscitant des attentes au sein de la population palestinienne que la réalité du terrain ne saurait combler. La frustration générée par ces attentes déçues pourrait alors rapidement déboucher sur un nouveau cycle de violences. Cette démarche est également contreproductive et illusoire, car aucune « solution miracle » ne soustraira les parties à la laborieuse mais nécessaire négociation des dossiers relatifs au statut permanent (Jérusalem, les frontières, la sécurité, les implantations, les réfugiés, l’eau) sans laquelle aucune paix n’est envisageable.

Il n’y a en effet pas d’alternative aux négociations qui implique de part et d’autre des concessions douloureuses. Comme l’a rappelé le Président américain Barack Obama lors de son allocution du 19 mai 2011 devant le Département d’Etat, une paix durable et équitable n’est possible qu’au moyen d’une approche reposant sur une démarche de type bilatérale. “Les actes symboliques destinés à isoler Israël aux Nations unies en septembre ne créeront pas un Etat indépendant”, a-t-il ajouté.

Cette position a été récemment réaffirmée par le Président du Parlement européen, Jerzy Busek, qui a estimé pour sa part lors d’une conférence de presse le 15 juin 2011 à Ramallah, que la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien serait « … inutile et dangereuse ».

De même, au sein de l’Autorité palestinienne, cette stratégie de contournement des négociations est loin de faire l’unanimité. Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad a publiquement fait part de ses doutes quant au bien fondé d’une telle démarche. Elle ne fera, selon lui, pas avancer la cause palestinienne et risquerait au contraire d’éloigner son peuple de la réalisation de sa légitime aspiration.

En outre, cette manœuvre politique sape les fondements juridiques sur lesquels repose le processus de paix et viole les accords conclus entre Israël et l’Autorité palestinienne, accords dont la France et avec elle, l’ensemble de la communauté internationale, se sont portées garantes. En effet, les résolutions 242 (1967) et 338 (1973) du Conseil de Sécurité de l’ONU, les accords d’Oslo (1993) et la Feuille de route adoptée par le Quartet (Nations-Unies, Etats-Unis, Russie, Union Européenne), rejettent toute démarche unilatérale et invitent les parties à négocier ensemble une résolution du conflit reposant sur le principe de « deux Etats pour deux peuples vivant côte à côte dans la paix et la sécurité ». Ce principe à été rappelé à de maintes reprises, notamment en Février 2011 par le Quartet qui « …réaffirme qu’une action unilatérale de l’une ou de l’autre des parties en présence ne peut anticiper sur les négociations à venir et ne serait pas reconnue par la communauté internationale. »

Par ailleurs, la reconnaissance unilatérale d’un Etat palestinien conduira les parties dans une impasse et condamnera le processus de paix à une mort certaine. Elle limitera inévitablement les marges de manœuvre de la direction palestinienne et sa capacité à faire des compromis. Toute concession sera à l’avenir interprétée et vécue par la population palestinienne comme un renoncement et un recul inacceptable.

De même, elle enterrera définitivement les espoirs des partisans Israéliens et Palestiniens de la paix qui n’ont cessé d’œuvrer en faveur d’une solution négociée depuis l’inauguration du processus de paix à Madrid en 1991. Elle les marginalisera au profit des extrémistes qui refusent toute concession et n’hésitent pas à recourir à la violence.

Enfin, cette démarche unilatérale mettra en péril la coopération israélo-palestinienne dans les domaines de l’économie et de la sécurité qui a permis une croissance sans précédent en Cisjordanie et l’instauration d’un calme relatif dans les Territoires placés sous le contrôle de l’Autorité palestinienne. Elle conduira les parties à durcir leurs positions et risquerait de précipiter un nouvel affrontement à l’heure où les incertitudes planent sur l’avenir d’une région instable qui connaît de profonds bouleversements. Nous savons toute l’attention que votre gouvernement porte au processus de paix au Proche-Orient et partageons avec vous le souhait que la France et ses partenaires européens jouent un rôle plus actif dans les pourparlers israélo-palestiniens.

C’est pourquoi nous vous demandons solennellement, Monsieur le Président de la République, de réaffirmer l’engagement de la France en faveur d’une solution négociée au conflit en vous opposant à la résolution visant à imposer de manière unilatérale la reconnaissance d’un Etat palestinien. Seul un retour à la table des négociations et des concessions réciproques reposant sur le principe d’une reconnaissance mutuelle garantira l’établissement d’une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens. Nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République, en l’assurance de notre plus haute considération.

… Jean Christophe LAGARDE Député Drancy, Bobigny, Le Bourget…

Pourtant Bobigny et Drancy s’exprime autrement..



 

Petit rappel François Hollande Candidat à la présidence de la République Française

59 J’engagerai un retrait immédiat de nos troupes d’Afghanistan : il n’y aura plus de troupes françaises dans ce pays à la fin de l’année 2012. Je prendrai des initiatives pour favoriser, par de nouvelles négociations, la paix et la sécurité entre Israël et la Palestine. Je soutiendrai la reconnaissance internationale de l’État palestinien.

Jaurès est mort, il y a 100 ans

Huma-mort-jaures

« Il ne peut y avoir de révolution que là où il y a conscience.  »

Jean Jaurès

Jean Jaures Drancy

Hommage Jeudi 31 juillet 2014

18 h 30 Place de la Mairie

Buste Jean Jaures

Les victimes sont et seront elles, les habitants de Bobigny, Drancy ?

La vidéo qui permet de comprendre les acteurs…
Cette vidéo a été utilisé pour la campagne sur Bobigny, elle est étonnement filmée et scénarisée. Oublions l’énergumène moustachu.
Et observons L, agent public qui ne respecte pas la laïcité sur une affiche de candidature républicaine et qui a été embauché responsable du service enfance.. avec un casier (voir plus loin), la maire adjoint à l’enfance, qui a porté plainte contre le premier maire adjoint, toujours Directeur adjoint du cabinet de Jean Christophe Lagarde..

Commençons par la première victime de violence de L

Bobigny embauche  poste fonctionnaire avec delit inscrit casier judiciaire ( extrait)

Bobigny _ Le témoignage de la victime de Lynda Benakouche.

Lynda B(Clic pour agrandir)

Le tract qui avait dénoncé le recrutement à Bobigny d’un agent public dont le casier n’est pas si vierge est à la base de la dernière plainte. Mais le Maire de Bobigny n’en dit pas un mot de ce recrutement…

maire bobigny 1maire bobigny 2

Le lien avec Drancy

merci Depute Maires

association de bienfaiteurs a Bobignyextrait de Marianne sur Bobigny

L’utilité du net est d’archiver, les faits…

Dans ce lien, nous voyons comment JC LAGARDE député transmet à « l’association » dont la gestion est faite par une personne condamnée par la République…

https://mondrancy.org/2014/02/01/jc-lagarde-distribue-sa-reserve-parlementaire-etrangement/

Comment cela est possible, nous ne le savons pas…

 

Transparence à Drancy… Merci la politesse…

C’est très chiant et très con »

C’est la loi : les députés ont  remplit leur déclaration de patrimoine. Mais cette démarche de transparence n’enthousiasme pas tous les parlementaires. « C’est très chiant et très con », a lâché Jean-Christophe Lagarde, porte-parole des députés de l’UDI, disant y avoir passé « une partie de son week-end ». « Il a fallu que je déclare un livret A à 15 euros que j’ai ouvert pour ma petite fille il y a six mois. C’est un prétexte démagogique. Rien de cela n’aurait empêché M. Cahuzac de planquer son argent en Suisse. »

L’élu n’était toutefois pas obligé de se donner tant de mal. Conformément à la loi votée après l’affaire Cahuzac, les parlementaires ne doivent en effet déclarer que leurs biens mobiliers dont la valeur dépasse 10 000 euros. Les membres de cabinets ministériels et collaborateurs du président de la République, ainsi que des présidents de l’Assemblée et du Sénat sont également concernés.

Source : FranceTV info

A mort la transparence

Transparence

lagarde-jean-christophe-dia-depute-93

Notre Député de Drancy, Bobigny, Le Bourget n’aime pas la transparence, nous à Mon Drancy.org, on adore !!! Cela vient d’être publié, c’est déjà sur Mon Drancy.net.

Ce que nous apprenons :

Notre Député fait partie des 20 % des Députés ayant des proches comme « attaché » parlementaire.. Aude Lagarde, sa femme, déjà élue, de région, adjointe au Maire ( plus hautes indemnités à Drancy) et nous en passons…

Autre « Collaboratrice » qui triple les fonctions, communication à Drancy, communication Eric Woerth, enseignante école de commerce..

et Kianoush son assistant ou son ancien assistant ? Qui se fait enregistrer à Bobigny…     « Tu es rentrée sur un terrain qui est dangereux pour toi… […] Ferme ta gueule, ferme-la, ta gueule, tu crois que tu parles à qui ? Tu crois que tu parles à qui, ici ? Tu parles à Kianoush, là ! Réveille-toi, y a personne qui me parle comme ça dans cette ville ! » déclare Kianoush Moghadam l’ancien assistant parlementaire de Jean-Christophe Lagarde, dans un enregistrement diffusé par Marianne (« Comment la droite confie Bobigny à des petits caïds »).

On note que selon l’article et sa réponse,   Le Député Maire, n’a pas compris que certaines indications n’étaient pas utile… Bravo les Drancéens, nous avons notre Lagaffe… ( Mon Drancy.net tient les comptes des gaffes..)

On notera qu’élu ou assistant, ils viennent bien du caricatural 93 et donne une inquiétante image dans leurs communications…

Bref, que les Drancéens se fassent leurs idées, ils peuvent aller en Préfecture obtenir l’intégralité de la déclaration du patrimoine qui elle n’est pas diffusable ( par un amendement UDI)

Pour les curieux et dans le principe de la transparence citoyenne…

Le site pour es élus de Seine Saint Denis

Mieux que Dallas, ou comme le Dit l’UDI « Game of Trones »

L’UDI 93 avait annoncé sa campagne municipale comme une série..

Là on touche le fond…

Encore mieux que Dallas, la série « jeu de Trones » a trouvé ses intermittents à Bobigny Drancy…
Vous ne rêvez pas, le suspense est total..

L’intrigue  » Devant une soif de pouvoir, après avoir conquit son territoire, il place ses pions, mais le roi sera t il mis en échecs ? » Vous avez aussi le résumé du Parisien du 19 juillet 2014 qui place le scénario…

games_of_thrones

Lettre ouverte bobigny

Lettre ouverte bobigny verso

parisien Bobigny 1972014

 

JC LAGARDE A MORIN  » Il ne connait pas nos adhérents UDI »

Bobigny Marianne page 18 a 21

Bobigny 1 Marianne N°900 du 18 au 24 Juillet 2014

Bobigny 2 Marianne N°900 du 18 au 24 Juillet 2014

DRANCY / BOBIGNY meme combat ?

MARIANNE EXCLUSIF


Comment la droite confie Bobigny à des petits caïds

Exclusif

Jeudi 17 Juillet 2014 à 05:00 | Lu 21520 fois I 10 commentaire(s)

 

Perrine Cherchève et Mathias Destal

 

L’UDI a ravi au PCF la mairie de Bobigny au printemps dernier. Pour y parvenir, l’équipe centriste, activement soutenu par l’un des secrétaires généraux du parti, Jean-Christophe Lagarde, a noué de curieuses alliances dans les cités qui ont débouché sur un climat détestable. Pressions, menaces, intimidations, la ville de Seine-Saint-Denis vit dans une ambiance digne d’un (mauvais) polar comme le révèlent les enregistrements que nous nous sommes procurés. Une enquête à lire dans son intégralité dans « Marianne » en kiosques demain et disponible, dès aujourd’hui midi, au format numérique. Extrait.

 

La ville de Bobigny vue du ciel - HALARY/SIPA

La ville de Bobigny vue du ciel – HALARY/SIPA

Il est 18 heures, ce mardi 8 juillet. La mairie de Bobigny est déserte. La quasi-totalité du personnel et des élus municipaux ont fini leur journée. Seul le 2e étage, où sont installés les bureaux du nouveau maire UDI, Stéphane De Paoli, et de ses adjoints, montre des signes d’activité. Derrière la porte de son premier adjoint, Christian Bartholmé, chargé des finances, du personnel et de l’économie, se déroule une bien étrange scène… Autour de la table, Christian Bartholmé est en compagnie de Kianoush Moghadam, Jonathan Berrebi et Ramdan Ould-Ahmed. Trois trentenaires récemment promus à des postes clés : Moghadam est à la tête de la direction du développement territorial ; Berrebi préside l’office HLM ; Ould-Ahmed est à la direction de l’animation du territoire.

Ces quatre hommes encadrent une cinquième personne : Sabrina Saidi, adjointe au maire chargée de la petite enfance. Ils soupçonnent la jeune femme de 33 ans d’être à l’origine d’un tract anonyme distribué fin juin dans les boîtes aux lettres des Balbyniens. Le document, intitulé « J’attire votre attention », fait état des antécédents judiciaires et de la vie conjugale de Lynda Benakouche, fraîchement embauchée à la mairie comme chargée de mission des politiques sociales urbaines. Elle « a été condamnée, dans le passé, pour avoir séquestré et violenté en réunion une jeune femme enceinte de six mois ». Le tract enchaîne sur le CV de son compagnon, Jean-Christophe Soumbou, dit « Crapaud » : « Incarcéré pour séquestration, acte de barbarie, meurtre sur le jeune Ilan Halimi. »

 

La plupart des faits mentionnés sont exacts : Lynda Benakouche est bien l’amie de l’ancien bras droit de Youssouf Fofana, cerveau du « gang des barbares », dont elle attend un enfant. Et, selon le Parisien, elle a bien été condamnée en 2005, à l’âge de 21 ans, à une peine d’emprisonnement de un mois ferme pour avoir enlevé avec une amie une fille de Bobigny, avant de la passer à tabac au sous-sol d’un immeuble. Une information manque à ce « palmarès » : elle a aussi été condamnée pour des faits de violence en 2003. Mais, pour Christian Bartholmé et ses ouailles, la diffusion de ce tract est seulement… un affront fait à leur équipe, laquelle vient seulement de conquérir la ville, après quatre-vingt-quinze ans de gestion communiste. La chasse au corbeau est décrétée.

Avant de se rendre à ce rendez-vous, Sabrina Saidi s’est procurée un Dictaphone pour enregistrer l’échange. Au cas où. Cette bande sonore, Marianne a pu se la procurer. Elle révèle des méthodes digne d’un film mafieux, où menaces et intimidations émaillent l’ensemble d’un échange qui aura duré près de 2 heures.

 

D’emblée, Kianoush Moghadam sonne la charge : « Le mari de Lynda est un ami. […] Le mari de Lynda est en prison, il a fait un truc… Il est en prison depuis huit ans. Il a pris dix-huit ans. Pas huit ans, dix-huit ans. Lynda, je me sens responsable vis-à-vis d’elle quelque part… » Le cas de Lynda, compagne d’un des meneurs du « gang des barbares », est une histoire de famille, de clan, qu’il faut régler vite et bien. « Pourquoi on ne parle pas devant les gens, à ton avis ? Parce que ça reste entre nous […] Et ça n’arrivera surtout pas aux oreilles de Lynda, surtout pas… »

 

« Tu es rentrée sur un terrain qui est dangereux pour toi… » glisse-t-il plus loin. Avant de perdre patience et d’exploser : « Ferme ta gueule, ferme-la, ta gueule, tu crois que tu parles à qui ? Tu crois que tu parles à qui, ici ? Tu parles à Kianoush, là ! Réveille-toi, y a personne qui me parle comme ça dans cette ville ! »

 

Kianoush Moghadam l’intouchable ? Celui qui a la charge du développement territorial de la ville est en tout cas très proche du député-maire UDI de la commune voisine de Drancy, Jean-Christophe Lagarde. Jusqu’à très récemment, il était même assistant parlementaire du secrétaire général de l’UDI. Lagarde est aussi un proche parmi les proches de Christian Bartholmé. Pour preuve, le premier adjoint de Bobigny est toujours directeur de cabinet adjoint du maire de Drancy…

Jusque-là en retrait, Christian Bartholmé entre en scène. « J’ai 50 ans, je ne fais pas beaucoup confiance aux gens, entame Bartholmé. En revanche, il faut que je tienne compte de ce qu’on me dit… Je vais te dire un truc : des fois, il faut que tu te contrôles. Tu dis des choses… Il faut que tu fasses attention. […] Tu ne te rends pas compte de la connerie que tu racontes, alors réfléchis bien. […] Je suis un peu loin, mais je suis quand même lié à Lynda. On est passés par des trucs compliqués avec Lynda, avant qu’on ne te connaisse. C’est une fille que j’aime bien. […] C’est vachement dangereux pour elle. […] Super dangereux pour la cohésion du groupe, pour la municipalité, pour la réputation de chacun d’entre vous. Donc, si tu as la moindre info, crache-la. […] Parce que c’est aussi dangereux pour tes miches… A toi, maintenant. »

 

Choquée, Sabrina Saidi a déposé plainte pour menace de mort le lendemain. Hier, mercredi 16 juillet, dans la matinée, les quatre hommes ainsi que l’adjointe au maire ont été convoqués au commissariat de Bobigny…

 

 

Comment la droite confie Bobigny à des petits caïds

>>> Lire la suite de notre enquête dans le numéro 900 de Marianne en vente en kiosques demain et disponible dès aujourd’hui, à midi, en version numérique.

 

 

 

LE PARISIEN

http://www1.alliancefr.com/bobigny-sequestration-et-menaces-contre-une-maire-adjointe-temoignages-accablant-de-sabrina-saidi-news0,1,28501.html

Sabrina Saidi est soupçonnée d’avoir distribué le fameux tract à Bobigny dénonçant Lynda Benakouche -responsable de la politique de la ville et à la tête d’une association pour soutien scolaire  » Crescendo »- d’avoir frappé à coup de tournevis une jeune femme de 19 ans Nathalie*, et d’être la femme du bras droit du Gang des Barbares dans l’affaire d’Ilan Halimi.

 

Elle a été convoqué et subitune garde à vue à l’ancienne dans le bureau mêmede Christian Bartholmé 1er maire adjoint, mercredi 9 juillet.

 

Par mesure de sécurité Sabrina décide d’enregistrer l’entretien. Elle dissimule un dictaphone,dans ses sous-vêtements. Son témoignage est accablant.

 

L’enregistrement ne laisse aucun doute quand à la nature de cet interrogatoire dominé par Christian Bartholmé 1er maire adjoint et Kanouche Yadegar directeur de l’OPHML de Bobigny ,ancien assistant parlementaire de Jean-Christophe Lagarde député et maire de Drancy.

 

Les menaces sont claires sans ambiguité aucune.

 

Elle avait contacté le 7 juillet, par SMS , Christian Bartholmé, pour savoir où en était son dossier pour son re-logement, il lui fixe un rendez-vous pour le lendemain.Elle sy rend, ne se doutant pas que quatre hommes sont prêt à l’écouter, elle.

 

Elle se retrouve ainsi, assise, encadrée entre Jonathan Berrebi président de l’OPHLM de Bobigny et Ramdane un autre employé de la municipalité, en face d’elle sont assis, Christian Bartholmé et Kanouche Yadgar directeur l’OPHLM.

 

Très rapidement ils rentrent dans le vif du sujet, Kanouche Yadegar lui ordonne de se dénoncer.

 

« C’est toi ! On t’a vu tracter ce tract qui accuse Lynda, quelqu’un t’a dénoncé, on a même un enregistrement. » Hurle-t-il. La pression s’intensifie les menaces fusent.

 

« Quand tu vas te manger trois ou quatre coup de bate de base ball un de ces jours,tu vas parler, moi je vais te dire que tu vas parler. Et l’autre le black qui était avec toi  je ne vais pas citer son nom, pareil, quand il va se manger des baffes dans la gueule on verra si il ne parlera pas « .

 

Elle jure que ce n’est pas elle, pleure, se lève pour quitter le bureau, on lui ordonne de se rasseoir. Ramdane bloque la porte avec son pied et l’empêche de sortir.

 

Karnouche reprend : « Pourquoi tu crois qu’on est dans ce bureau ? Pourquoi on ne parle pas devant les gens ,à ton avis ? Parce que cela doit rester entre nous, t’as compris ce que je veux dire ou pas et ça n’arrivera surtout pas aux oreilles de Lynda, surtout pas, t’as compris ce que je veux dire ou pas? » (sic).Aujourd’hui il y a trop de choses qui sont avancées , par contre moi j’ai besoin de savoir pourquoi ?Je veux savoir pourquoi ?  »

 

« Je ne l’ai pas fait. Je te jure que je ne l’ai pas fait « Crie-t-elle. Elle jure sur le Coran.

 

Kanouche  « Celui qui touche à Lynda a signé son arrêt de mort, pas question qu’elle perde encore son bébé elle en a déjà perdu un. Si tu ne dénonces pas qui a fait le tract tu vas t’arranger avec ces gens là… »

 

Rappelons que Kanouche n’est autre que le meilleur ami de Jean-Christophe Soumbou le bras droit de Youssouf Fofanna du Gang des Barbares. Une fine équipe…

 

« Sabrina ça va être trés compliqué je ne peux pas rester avec d’un côté quelqu’un qui me dit que c’est toi et de l’autre toi qui me dit que ce n’est pas toi » explique Christian Bartholmé.

 

Il poursuit  « (sic) Vous ne vous rendez vous pas compte ce que nous avons réussi à faire (cf. prendre une mairie, communiste depuis 95 ans… ) et vous êtes en train de vous bouffer la gueule pour des conneries. »

 

 » Ca fait 25 ans que je fais de la politique je serais choqué très choqué d’apprendre qu’il s’agit de toi »

Selon eux ,depuis la sortie de ce tract, Lynda Benakouche est en danger, d’ailleurs il ajoute :

«  Un accident est vite arrivé, un mec passe en moto cagoulé et « quick » des extrémistes il y en a chez vous comme chez eux( cf.les Juifs) des fous il y en a partout sans qu’on sache qui est le coupable »

Ici c’est la loi du milieu qui domine.

Ce qui lui importait, elle, c’était d’être relogée pour elle et sa famille, déjà une première demande à la précédente municipalité n’avait pas aboutie.C’est ainsi que  Sabrina se tourne vers la nouvelle liste de l’UDI de Jean-Claude Lagarde député maire de Drancy.

 

On lui promet,dés lors  un poste à la mairie, un nouvel appartement, une nouvelle famille, un esprit d’équipe.

 

D’ailleurs Kanouche le lui rappelle « Personne ici ne pourra dire que tu as volé ta place, surtout pas moi, je sais ce que tu as fait pour nous et rien que pour ça je ne peux pas oublier »

 

C’est vrai, elle s’est donné à fond , ils l’ont gagné leur mairie, elle gagne un poste de maire adjointe, mais toujours pas d’appartement en vue.

 

 » Moi maire adjointe ? … » dit-elle avec son accent de cité « Je voulais juste avoir une chambre de plus pour mes enfants ».

 

Sa rencontre avec Lynda Benakouche s’est faite au cours de la campagne municipale.

 

«  Des amis, sont venus me voir, et m’ont mis en garde contre Lynda Benakouche « .

 

 » Je ne savais pas ce que c’était le Gang des Barbares »

« J’ai compris qu’elle m’avait menti, son mari était en prison. Condammé à 18 ans. Alors pourquoi me disait -elle, que c’était son mari qui l’avait déposé en bas de chez moi quand elle venait dîne chez moi ? »

 

« Pourquoi quand je l’a raccompagnait chez elle, elle me disait habiter au Blanc-Mesnil alors qu’elle habitait à Drancy! »

 

Lynda Benakouche a été condamnée pour acte de violence et agressions en 2003 et 2005  elle était majeure.

 

Pourtant ,Christian Bartholmé, a déclaré à la rédaction d’Alliance le 27 juin qu' »Elle était mineure au moment des faits ce qui n’empêchait donc pas son embauche. »

 

Kanouche donne jusqu’à minuit à Sabrina pour se dénoncer ou de dénoncer l’auteur du tract.

 

Si il apprend que c’est elle, continue-t-il de menacer« Je viens en bas de chez toi, je te  traines par les cheveux et ce sera vite réglé, rien à foutre de ton mari et de tes enfants ».

 

Sabrina Saidi décide de porter plainte. Dans la journée même, c’est la Police judiciaire de la sécurité du territoire qui l’a convoque afin de leur remettre l’enregistrement. L’affaire est donc prise très au sérieux.

 

Hier, mercredi 16 juillet, Christian Bartholmé, Jonathan Berrebi, Ramdane ont été convoqué à la Police judiciaire,une enquête est ouverte.

 

Sabrina a eu du courage d’enregistrer tout cet interrogatoire et de porter plainte .

 

De nombreuses personnes, sous le couvert de l’anonymat, depuis que cette affaire a été publiée nous appellent.

 

Quand Christian Bartholmé lui demande de retirer sa plainte en échange de ce fameux appartement dont elle rêve depuis trois ans , quand il lui promet en échange de son silence d’obtenir tout ce qu’elle veut, encore une fois Sabrina tient tête et dit non.

 

Nous espérons à travers cet article  que la majorité silencieuse s’exprimera pour dénoncer à son tour.C’est le silence qui tue.Ilan Halimi a été la victime de ce silence

 

Quand on pose la question à Sabrina mais pourquoi faites vous tout ça ?

 

Sans hésiter elle répond « Quand j’ai milité c’était pour un beau et grand changement pour les habitants de ma ville, les Balbyniens, j’y ai cru à ce changement .J’ai réussi à convaincre. Nous avons gagné cette mairie. Aujourd’hui, je me suis rendu compte que je me suis faite avoir tout comme les Balbyniens. Nous avons cru aux belles paroles, aux promesses. »

 

Claudine Douillet

 

* Nous avons modifier le prénom de la victime de Lynda Benakouche.

 

La suite trop amusante..

Lol la droite est la municipalite a bobigny