Drancy et JC LAGARDE, a choisi son camp…

Sur le site de la CGT DRANCY

votez.jpgLa CGT Drancy a demandé des moyens pour que les travailleurs drancéens des très petites entreprises (moins de 11 salariés) puissent être informés de l’élection du 28 novembre au 12 décembre 2012 :

  • Supports et point pour affichage près des entreprises concernés.
  • Annonces dans le journal municipal.

Aucune réponse.

L’Union départementale CGT 93 a fait de meme, pas de réponse...

Vive la démocratie à Drancy !!!

Il semble que la municipalité majoritaire a choisi le Patronat représenté par le MEDEF au lieu des entrepreneurs des petites entreprises de Drancy et ses travailleurs  ?

Mon Drancy . net dénonçait déjà la situation illégale dans son article , cette annonce confirme qu’il y a peu d’expression opposée à l’actualité municipale. En sachant que l’encart sur le journal municipal, qui est devenu une obligation légale reste illégal par l’apport de la municipalité à coté de l’opposition.

Cela ne semble pas déranger la masse des Drancéens qui sont encore très nombreux à ne voir que ce qui brille à Drancy sans voir l’arrière du décor, ou même une pointe de hauteur.

Nous attendons de pieds fermes les actions du Député  d’opposition Lagarde pour défendre sa ville de Drancy ? Pour les autres villes de la circonscription.. A Drancy, il n’en a jamais parlé.

la radio DRANCY

JC LAGARDE & FRANPRIX Un record à Drancy !

Ils sourient et Franprix disparait. Il n’aura fallu qu’un an pour vérifier que les choix de nos élus n’était pas les bons. Pensent ils à nos personnes Agées n’ayant rien pour se déplacer. Depuis c’est la galère, carrefour brule et hop plus rien Merci qui ??? Merci Monsieur le Maire pour vos anticipations…

CANTINE JAMAIS GRATUITE.. LE BILAN

A NOTER LE BLOCUS DE L’INFORMATION, UN SCOOP DÉSASTREUX POUR L’ACCUEIL DES ENFANTS

Plus de six millions d’élèves (un élève sur deux dans le primaire, et deux collégiens ou lycéens sur trois) y mange chaque jour. Gérée par les municipalités, la cantine scolaire gratuite est-elle envisageable ?

Depuis juin 1881, l’école est gratuite. Mais qu’en est-il de la cantine ? A priori, hors du temps scolaire, la cantine est un service à facturer au même titre que les loisirs, les courses ou le loyer. Elle est payante car elle engendre des frais, salaires des cuisiniers ou des commis, des “dames de service”, matériel, repas… Pourtant certaines mairies qui ont tenté la cantine gratuite, comme Drancy et le Bourget  (mairies ) ouvrent le débat : alors, pour ou contre la gratuité de la cantine scolaire ?

  • Gratuit, mais pour qui ?

Les différences de moyens sont encore plus flagrantes à l’école : tenues vestimentaires, matériel, sorties, et surtout cantine ou pas. En effet, près d’un ménage sur huit vit avec moins de 950 euros par mois, et 30 % des foyers monoparentaux vivent sous le seuil de pauvreté (Source Le Point, sep.2010).

Selon Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy, il y a une contraction entre l’école obligatoire et la cantine facultative : « Il y a trop d’enfants qui ne vont pas à la cantine car ils n’en ont pas les moyens, et ne mangent pas ou mal quand ils rentrent chez eux », explique-t-il. Car certains parents dans le besoin optent pour des repas maison à moins de 1 ou 2 euros, pas forcément toujours équilibrés.

Dans sa commune (64.500 habitants), où le revenu moyen est de 1.300 euros, 73% des familles payaient le tarif maximum de 3,22 euros, seules 7 familles bénéficiant d’un repas à 50 cents d’euros. Il souhaite donc avec cette mesure offrir « un puissant coup de pouce au budget des familles » : C’est 130 euros par mois d’économie pour une famille de deux enfants…

Pour Alda Péreira, maire PS de Noisy-le-sec, c’est une fausse bonne idée : « Ce sont les familles les plus aisées qui en ont bénéficié ! ». En effet, la cantine est facturée selon un barème: en gommant son tarif, on gomme la participation proportionnelle des ménages.

Pour Stéphanie, maman de deux enfants, membre de nombreuses associations et à la tête du site www.milleetunefeuilles.fr, la solution serait une « gratuité à la carte ». Pour elle, la cantine doit être gratuite pour les parents qui n’ont pas les moyens, en raison de l’équilibre alimentaire : « malheureusement pour certains enfants c’est le seul repas chaud et équilibré qu’ils auront (voir le seul repas de la journée). Je pense que dans ce cas-là, la cantine devrait être gratuite ».

Camille, 29 ans, deux enfants, assistante de promotion, est plus pragmatique : « Je trouve ça très juste que ce soit calculé en fonction des ressources des parents ». En effet, le fameux quotient familial de la CAF (qui varie selon les revenus des parents) sert de base pour calculer le prix de la crèche, ou de la cantine.

  • Gratuit, mais pour quelle qualité ?

Mais si la gratuité parait dans l’idéal régler le problème du financement, elle pose la question de la qualité : Stéphanie confie que les cantines sont déjà surchargées… « Je n’ose pas imaginer si elles étaient gratuites ! ». Les mairies de Drancy et du Bourget (UDF devenus Nouveau Centre), qui ont dû s’adapter, en recrutant une vingtaine de surveillants par exemple, il n’est pas question de revenir sur la gratuité.

Pour Camille, le fait de payer garantie un minimum de qualité. « Dans la cantine de mon fils, ils ont certains plat “maison”, des produits “bio”, des fruits et légumes frais, … ». Elle préfère donc une cantine payante mais de qualité à une cantine low cost au service minimum. Mais elle émet tout de même une réserve : « A 4,30 € le repas, je trouve ça excessif pour la quantité qu’un enfant de cet âge mange ! ». En effet, une mini assiette de purée, une tranche de jambon, un fromage et une compote, cela ne revient pas très cher – même quand on ajoute les frais de personnel.

Alors passer à la gratuité, oui, mais en conservant des repas élaborés par des diététiciens, avec des produits frais, et un accueil de qualité.

  • Gratuit, mais à quel prix ?

Seules les rares communes ayant expérimenté le dispositif peuvent se rendre compte du manque à gagner : Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), par exemple, a annoncé un déficit budgétaire, pour 2008, de 2,5 millions d’euros, imputés en grande partie à la gratuité de la restauration scolaire, décidée par l’ancienne équipe MoDem-UMP. L’équipe de la nouvelle maire (PS) a donc décidé de ne pas poursuivre cette mesure…

En effet, dans cette ville de 38 600 habitants, la gratuité de la demi-pension a entraîné 300 000 € de recettes en moins pour la commune et 800 000 € de dépenses en plus (remise aux normes des cuisines, repas et salaire pour le personnel supplémentaire), (Source : Le Parisien, mars 2008).

Concernant Drancy et Le Bourget, la gratuité représentait en 2008 une perte de recettes d’1,1 million d’euros par an, compensée pour moitié par les économies liées notamment à la mise en commun des moyens et pour l’autre moitié par la dotation de l’Etat versée à la communauté d’agglomérations. Martine, ATSEM, 45 ans, trois enfants, exprime sa réserve sur la démarche : « Bien sûr, c’est une bonne mesure pour les parents qui n’ont pas d’argent. Mais il y a déjà les locaux à rénover, il faut plus de postes d’enseignants, plus de matériels, … L’argent mis dans la cantine fera défaut ailleurs. »

  • Alors, on fait quoi ?

Carole, 30 ans enseignante et mère d’élève dans une association de parents, s’est penchée sur la question : « Il faudrait un système de bons, comme les tickets restaurants pour les adultes. Par exemple, la CAF pourrait distribuer des bons de cantine aux parents les plus nécessiteux. Ou faire comme la coopérative scolaire, c’est à dire un don en début d’année, où chaque parent choisi le montant qu’il donne… ». Cela inciterait des parents à profiter du système ? Pas forcément. Une déléguée de parents d’élèves d’une ville aisée du 92 nous rapporte que la coopérative se chiffre chaque année en milliers d’euros, alors qu’elle est basée sur un volontariat de dons facultatifs.

Sortir la cantine d’une logique capitaliste de rendement permettrait par exemple de faire travailler des associations de réinsertion, des producteurs locaux, ou créer un système de parrainage entre la ferme et l’école, chaque classe prenant en charge un élevage. Carole poursuit : « L’école est trop souvent rabaissée aux grèves d’enseignants, aux fermetures de postes ou aux rythmes scolaires ! Il y a tellement de choses à réorganiser, la cantine fait partie intégrante de l’école, elle aussi aurait droit à ses états généraux… ».

Et vous, qu’en pensez-vous ? Êtes-vous pour ou contre la gratuité de la cantine ?

Alice Buckler

ET A NOISY LE SEC  Ville UDF puis Socialiste puis UDI :

A Noisy-le-Sec aussi, la cantine sera gratuite

Blandine Seigle | 11.01.2007 Le PARISIEN
LA DÉCISION des maires (UDF) du Bourget et de Drancy d’instaurer la cantine gratuite en primaire fait école en Seine-Saint-Denis. Un autre maire UDF, Nicole Rivoire, à Noisy-le-Sec, a décidé de leur emboîter le pas et a annoncé mardi soir lors de sa cérémonie des voeux que « la restauration scolaire sera gratuite dès septembre dans les écoles élémentaires de la ville ». Pour la maire, l’initiative de ses collègues Capo-Canellas et Lagarde est une « très bonne idée » qu’elle veut appliquer dès que possible même si, contrairement au Bourget et à Drancy, elle ne touchera pas de subventions supplémentaires liées à l’intercommunalité*. « Dans notre ville aussi, des enseignants nous signalent régulièrement le cas de gamins qui ne mangent pas correctement chez eux et dont les parents ne peuvent régler la cantine, explique-t-elle. Et puis nous avons trop de tarifs différents (de 0,24 à 4,49 le repas), pas mal d’impayés… Il fallait de toute façon qu’on révise notre système de quotient familial. Alors on s’est dit, avec mes adjoints, pourquoi ne pas passer à la gratuité ? » Annoncé lors de la cérémonie des voeux Ce choix a été fait il y a quelques jours seulement et, pour l’instant, le coût précis de cette mesure n’est pas encore connu (au Bourget et à Drancy, il est estimé à 1,1 million d’euro pour 3 000 enfants). On prévoit de la financer « par les économies réalisées dans les dépenses de fonctionnement de la commune ». Seule certitude, le principe de la gratuité doit être approuvé lors du prochain conseil municipal, le 18 janvier, jour du vote du budget primitif. Il faudra adopter plus tard dans l’année une décision modificative du budget de fonctionnement afin d’être prêt pour septembre. Actuellement, 2 400 élèves du CP au CM 2 fréquentent la cantine à Noisy-le-Sec – autant qu’à Drancy avant la gratuité -, soit 63 % des enfants scolarisés. La nouvelle mesure risque de provoquer une affluence dans les restaurants scolaires. « Il y aura toujours des critères pour s’inscrire, prévient Nicole Rivoire. Nous serons très rigoureux car nos capacités d’accueil sont limitées. » Priorité sera donnée aux enfants dont les deux parents (ou le seul le cas échéant) travaillent et aux familles en grande détresse. * Au titre de la communauté de communes créée au 1 e r janvier 2007, Le Bourget et Drancy vont toucher 500 000 de l’Etat, soit près de la moitié du coût de la mesure.

FIN DE LA CANTINE GRATUITE A NOISY LE SEC

 CONFIRMATION DE LA FIN

DE LA CANTINE GRATUITE A NOISY LE SEC :

Laurent Rivoire est maire UDI de Noisy-le-Sec (UDI comme JC LAGARDE maire de Drancy et le Maire du Bourget) depuis le 17 décembre 2010. Il applique le quotient..

La restauration scolaire

Le règlement intérieur de la restauration scolaire fixe une priorité à l’inscription des enfants dont les deux parents travaillent, ou le responsable légal dans le cadre d’une famille monoparentale, afin de pouvoir respecter les capacités d’accueil des réfectoires. Néanmoins, si vous vous trouvez sans emploi ou à la recherche d’un emploi, vous pouvez toujours préinscrire votre enfant. Ce n’est qu’àprès étude des demandes prioritaires, que votre préinscription pourrait être acceptée.
Les parents qui inscrivent leur(s) enfant(s) s’engagent à le(s) faire déjeuner, sauf cas particulier.

Tarifs

Les repas sont facturés en fonction de la consommation réelle de l’enfant.
Les tarifs sont applicables à partir de la rentrée 2010/2011 en fonction du quotient familial.
Ils peuvent être modifiés en cours d’année par délibération du conseil municipal.

Quotient familial de 0 à < 300 : 0,53 €
Quotient familial de 1100 à < 1300 : 3,15 €
Quotient familial de 300 à < 500 : 1,05 €
Quotient familial de 1300 à < 1500 : 3,68 €
Quotient familial de 500 à < 700 : 1,58 €
Quotient familial de 1500 à < 1700 : 4,20 €
Quotient familial de 700 à < 900 : 2,10 €
Quotient familial de 1700 à < 1900 : 4,73 €
Quotient familial de 900 à < 1100 : 2,63 €
Quotient familial de 1900 et plus : 5,25 €

source site internet de la ville de Noisy le sec 2012

A NOTER L’EXPLOSION DU NOMBRE D’ENFANTS DANS LES ÉCOLES

A L’ORIGINE LES CANTINES EN PRIMAIRE NE MONTAIENT QUE 2420 repas A DRANCY. LES ÉLÈVES PRIMAIRES SONT PASSES A 4600 ENFANTS

A mon simple avis, rien n’est gratuit, il y a toujours un payeur et c’est le citoyen. Le rôle des parents est a prendre en considération, l’alimentation de ses enfants est une vrai valeur. Les américains prépare bien le « lunch » du midi  de leurs enfants, nous sommes bien dans l’assistanat volontaire qui ne doit pas être une directive imposée par la municipalité.

La municipalité n’est pas la mère, ni le père du foyer familiale…

Est ce certain que l’argent économisé va à l’enfant, ou plutôt vers les alcools, le tabac ou les jeux vidéos des parents ? Le ticket repas serait il plus efficace ?  Est ce que l’enfant mange à la cantine son repas ? Est ce que la réduction des horaires de l’éducation nationale va désorganiser la cantine ?
Alors pourquoi n’est pas donné le prix décomposé et moyen d’un repas ?
Alors pourquoi n’est pas pesé et estimé financièrement les repas jetés ?
Alors pourquoi n’est pas donné le cout annuel de ce gachi ?

Conservatoire Municipal de Drancy état des lieux ?

Souvenez vous !

Qu’en est il au conservatoire de musique danse et théâtre de Drancy

Comparons le guide municipal (édition incontestable de la ville de 2003)

et voyons l’état du nombre d’enseignants en comparaison en 2010 soit 7 ans plus tard…

Résultat près d’une vingtaine d’enseignants en moins démontrés par les guides municipaux mais en 2011/2012 on mélange avec les associations et nous n’avons plus de données
A ceux qui pense que Drancy est bien mieux.. Démonstration est faite..

Merci qui ?

De l’oxygene pour JC Lagarde

SATUTS_931000743 8092011

Mon drancy. net a publié les photos des barbecues de « OXYGÈNE » dont les plaintes sont étudiées à Bobigny. En sachant, que dans le premier acte, les plaintes en diffamation et propos mensongers qui avaient été déposé par la Ville de Drancy ont été débouté. Nous informons nos concitoyens payeur des dérives juridiques de la Ville que l’association Oxygène a de nouveaux statuts depuis aout 2011.. 9 mois après les plaintes de novembre 2010.

Un nouveau président et une nouvelle secrétaire adjointe ! Plus de 700 personnes (et non « adhérents » car nous ne pouvons vérifier les comptes de l’association) étaient au barbecue du 20 septembre 2008 !

No d’annonce : 1394
Paru le : 01/10/2011

Association : OXYGENE.

Identification R.N.A. : W931000743

No de parution : 20110040
Département (Région) : Seine-Saint-Denis (Île-de-France)

Lieu parution : Déclaration à la préfecture de la Seine-Saint-Denis.
Type d’annonce : ASSOCIATION/MODIFICATION

Déclaration à la préfecture de la Seine-Saint-Denis. OXYGENE. Nouvel objet : informer les drancéens des problèmes communaux et de faire des propositions pour y remédier ; elle vise à rassembler toutes les bonnes volontés, par delà les différences d’opinions politiques, philosophiques ou religieuses, qui souhaitent contribuer à l’animation associative, évènementielle, festive et solidaire de la commune ; fidèle à ses activités, l’association cherche à nouer le maximum de partenariats avec les associations drancéennes et à participer aux manifestations municipales. Siège social : 16/18, rue Jules Mailly, 93700 Drancy . Transféré ; nouvelle adresse : 78, avenue Henri Barbusse, 93700 Drancy. Date de la déclaration : 8 septembre 2011.

Sylvie Neil avec l’ancien Président d’oxygene

Président Planas en apport d’oxygène