DRANCY LAGARDE « MIGRATION NOUS PROTÉGER… »

le-slogan-des-ces-affiches-de-l-udi-collees-dans-le-quartier-des-hauts-de-bayonne-a-horrifie-jean-rene-etchegaray

LE SLOGAN « MIGRATIONS : NOUS PROTÉGER AVEC DES GARDES COTES » FAIT DÉBAT DANS L’UDI

source SUD OUEST (article complet)

Mais la réalité est bien à Drancy…

50 personnes sans abri, ont été délogé des anciens locaux SNCF.

Ces personnes sans domicile fixe (SDF) sont depuis jeudi à la rue, place de la Mairie de Drancy.

Un délégué du Préfet est passé constaté les faits vendredi 11 mai 2019.

La municipalité ne semble pas être concerné par ce qui ce passe.

Sans doute attend elle ces « gardes côtes ou sa police des frontières » ?

Madame LAGARDE, Monsieur Le Député, Monsieur le candidat, les habitants de Drancy n’acceptent aucunement le peu de dignité que transmet la Ville de Drancy à ses SDF.

dehors drancy

 

 

 

 

 

Alors mesdames messieurs les élu(e)s, il serait bon d’appliquer juste la LOI !

Textes de loi : ( source DAL)

Accueil inconditionnel des sans abri :

Article L345-2-2 (code de l’action sociale)
« Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence.
Cet hébergement d’urgence doit lui permettre, dans des conditions d’accueil conformes à la dignité de la personne humaine, de bénéficier de prestations assurant le gîte, le couvert et l’hygiène, …»

Article L345-2-3 : « Toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir y bénéficier d’un accompagnement personnalisé et y demeurer, dès lors qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée. Cette orientation est effectuée vers une structure d’hébergement stable ou de soins, ou vers un logement, adaptés à sa situation. »

Loi de réquisition des logements vacants:
Article L641-1 (code de la construction) : « Sur proposition du service municipal du logement et après avis du maire, le représentant de l’Etat dans le département peut procéder, par voie de réquisition, pour une durée maximum d’un an renouvelable, à la prise de possession partielle ou totale des locaux à usage d’habitation vacants, inoccupés ou insuffisamment occupés, en vue de les attribuer aux personnes mentionnées à l’article L. 641-2. »

On a retrouvé la Maire de Drancy

Vendredi, au même moment des faits de la place de la Mairie, à 50 mètres, elle admire des statues et se voile des réalités de 2019…

maire.jpg

Notez les tentes pour la pluie et le rien pour les personnes sur la place de la Mairie de Drancy…

Trêve hivernale : la police va expulser des migrants d’un squat à Drancy

Reportage dans un bâtiment désaffecté de SNCF Mobilités, d’où 77 migrants et migrantes sont sur le point de se faire expulser. Une décision « disproportionnée », selon les avocats des occupants [1/2].

Jeudi 22 novembre, Drancy (Seine-Saint-Denis). Mamadou Camata, Ivoirien de 30 ans, m’accueille dans son squat. Avec plusieurs autres migrants, en situation régulière ou irrégulière, originaires de Côte d’Ivoire et du Burkina Faso, il a élu domicile dans cet immeuble désaffecté appartenant à SNCF Mobilités. Souriant malgré l’expulsion prévue pour la fin du mois, il tient une comptabilité des entrées et sorties. « En ce moment, nous sommes 77. » Ce chiffre peut évoluer dans les jours à venir, notamment à la baisse si certains occupants préfèrent partir avant l’expulsion par les forces de l’ordre, rejoignant d’autres squats ou hébergements de fortune. « Nous ne savons pas où aller. Nous demandons simplement à passer l’hiver ici, mais le juge nous a refusé la trêve hivernale« , résume-t-il.

Pas de trêve hivernale ? Dans la cour, je pianote sur mon smartphone à la recherche d’une explication. Mes recherches Internet m’apprennent que les occupants sans droit ni titre entrés dans un lieu par effraction (les « squatteurs« , dans le langage courant) ne sont pas officiellement visés par le dispositif protecteur de la trêve hivernale (1er novembre – 31 mars). C’est ce que vient d’ailleurs rappeler noir sur blanc la loi ELAN (non-appliquée dans cette affaire car publiée le 24 novembre au Journal Officiel). Cette restriction est censée éviter que des locataires ou propriétaires d’un logement ne se retrouvent à la rue pendant la trêve hivernale, parce que des squatteurs entrés en leur absence ne seraient, précisément, pas expulsables en raison de la trêve.

Une expulsion « disproportionnée »

Mais dans le cas présent, il ne s’agit pas d’un logement mais d’un bâtiment désaffecté, habité depuis un an par les occupants actuels (et depuis plus longtemps par de précédents squatteurs, partis depuis). « Je ne comprends pas, c’est injuste. La SNCF n’a même aucun projet pour ce bâtiment, alors on ne dérange personne !« , se désespère Mamadou Camata. C’est ce que me confirmera ensuite Me William Mak, l’un des avocats en charge du dossier aux côtés de Laura Pasquier et Alexandre Koenig. « SNCF Mobilités, propriétaire et demanderesse dans cette affaire, n’a pu justifier d’aucun projet pour ce bâtiment. A nos yeux, cela rend l’expulsion en pleine trêve hivernale particulièrement disproportionnée, tout comme la grande vulnérabilité des migrants et migrantes concernés. » Parmi eux, des demandeurs d’asile.

Les occupants se partagent un mafé. © Cyrielle Chazal Les occupants se partagent un mafé. © Cyrielle Chazal

J’entre. Je suis frappée par le caractère ordonné des lieux. Un homme se brosse les dents devant un lavabo installé dans une salle vide, inspectant sa mine matinale dans un petit miroir mural. Plus loin, un matelas deux places est redressé contre un mur, indiquant que l’heure n’est plus au repos. Et pour cause : la plupart des occupants s’activent, le jour, pour ramener quotidiennement quelques euros. « Ici, on s’entraide, on partage les courses« , m’explique S. (à droite sur la photo), désignant d’un geste le mafé qu’il savoure, assis sur un canapé aux côtés de deux « colocataires ».

« C’est ça, la France des droits de l’Homme ? »

Suite ….

source Médiapart

Source twitter de la Journaliste Cyrielle Chazal

(Photos supplémentaires)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.