DRANCY JC LAGARDE DOIT FAIRE UN CHOIX

JC LAGARDE VINCENT CAPO CANELLAS

Deux élus (JC LAGARDE / VINCENT CAPO CANELLAS) qui doivent choisir

Entrée en vigueur ce 31 mars, la loi sur le non-cumul des mandats concerne plus de 250 élus. Tous vont devoir choisir entre leur mandat municipal et celui de député ou de sénateur.

Le glas des députés et sénateurs-maires a sonné. Les élus cumulards vont devoir choisir entre leur fonction nationale ou locale. La règle, qui concerne notamment 263 élus de l’Assemblée ou du Sénat, simultanément maires, change à compter de ce 31 mars et sera appliquée dès les prochains scrutins. Soit après élections législatives de juin 2017 pour les députés et après les élections sénatoriales de septembre 2017 pour les sénateurs. D’autres fonctions exécutives locales sont concernées par ce texte comme celles, entre autres, de président et vice-président de conseils régionaux ou départementaux.

Moins de cumulards au Sénat

D’après les données du registre national des élus de février 2017, les élus de droite sont les plus cumulards (voir interactif ci-dessous). Chez Les Républicains, on compte 90 députés-maires, soit près de la moitié de leurs effectifs, puisqu’ils sont 199 membres de ce groupe. À l’aile gauche de l’Assemblée, 44 députés socialistes cumulent leur mandat national avec un mandat de maire. Côté Sénat, les élus cumulent moins. Ils sont 97 à être aussi maires, dont 48 LR et 15 socialistes.

Source LE PARISIEN

Pour Jean-Christophe Lagarde, patron de l’UDI invité dimanche d’Europe 1, la fin du cumul des mandats risque de produire des élus « déconnectés » des réalités locales.

INTERVIEWNon, il n’y touchera pas. Malgré des protestations dans les rangs des Républicains, François Fillon a été très clair, il ne reviendra pas sur le non-cumul des mandats voulu par François Hollande. « Je pense que cette loi est une crétinerie, une imbécillité démagogique faite par monsieur Hollande parce que l’on va, malheureusement, – peut-être pas cette fois-ci mais dans le mandat d’après -, avoir des parlementaires déconnectés du terrain et qui fréquenteront plus les couloirs des partis politiques que les électeurs », a pour sa part estimé Jean-Christophe Lagarde, le président de l’UDI invité dimanche du Grand Rendez-vous d’Europe 1/Itélé/Les Echos, et qui est toujours en train de négocier avec le Sarthois l’adhésion des centristes au projet de la droite.

Une mesure inabrogeable. « Mais je pense que personne ne reviendra dessus parce qu’un président de la République, dans la situation à laquelle nous avons affaire, qui arriverait au pouvoir et qui dirait : ‘la première des choses, c’est de rétablir le cumul des mandats’, il ne serait pas entendu des Français », souligne néanmoins le député-maire de Drancy, qui précise n’avoir lui-même pas encore tranché entre son mandat de maire et son siège de député. Le chef de file de l’UDI a déclaré qu’il annoncerait sa décision « au printemps ».

« C’est une petite satisfaction donnée aux Français, c’est totalement démago mais personne ne peut revenir dessus », conclut Jean-Christophe Lagarde.

SOURCE EUROPE 1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s