Scandale à la mairie de Drancy

img_m8d9i6wm

Depuis 34 ans désormais, la Fsgt (fédération sportive et gymnique du travail – 4800 associations – 270 000 pratiquants) développe des actions de solidarité avec la population palestinienne. Au départ, il s’agissait de faire reconnaître l’existence d’un sport palestinien totalement inconnu et ignoré du monde – n’oublions pas que le comité olympique palestinien ne sera reconnu qu’en 1993, suite aux accords d’Oslo. Une délégation palestinienne participera pour la 1ère fois de son histoire aux Jeux olympiques, à Atlanta en 1996.

p174-palestiniens7mai82_11

Des jumelages entre clubs FSGT et clubs palestiniens se mettent en place dès 1990. L’ASDrancy sera jumelé avec le centre social d’Askar, camp de réfugiés près de Naplouse. Depuis, beaucoup d’actions ont été entreprises, toujours soutenues par le ministère des affaires étrangères français. La coopération avec le ministère a été accentuée au cours des dernières années par un fort soutien financier de l’agence française de développement (AFD) pour la construction d’un centre socio-sportif au cœur de la ville d’Hebron, en zone occupée. Ce centre comprend une salle de lutte olympique (qui permet d’autres activités gymniques ou dansées – la zumba est très prisée chez les femmes – et un bassin d’apprentissage de la natation). La Fsgt a coordonné ce projet, la formation des enseignants d’éducation physique et éducateur-rice-s sportif-ce-s et le planning d’utilisation pour permettre aux scolaires, aux femmes et aux personnes en situation de handicap d’accéder à ce bel équipement.

Depuis décembre 2015, un projet encore plus ambitieux a été lancé au travers toute la Cisjordanie occupée et Gaza, pour concevoir un projet de développement des activités physiques et sportives, particulièrement pour les personnes en situation les plus difficiles. Le soutien de l’AFD est encore plus appuyé. Le croissant rouge palestinien, handicap international et le centre social Ibdaa de Bethleem sont nos partenaires, ainsi que 12 associations palestiniennes, sociales et/ou sportives.

Pourquoi je vous raconte tout cela ? Et bien voilà, pour fonctionner, nous avons embauché un coordonnateur palestinien qui travaille avec notre coordinateur en France.

Afin de lui permettre d’être reconnu pour faire les démarches sur place, nous devons adresser un dossier, ainsi qu’un courrier au ministère de l’intérieur palestinien lui donnant officiellement l’autorisation d’agir au nom de la Fsgt.

photo-dircom-maec-palestine-newyork-30-09-15-_images_thumb_medium280_210

Ce dossier doit être visé par le ministère des affaires étrangères. Le dossier est complet, mais il est nécessaire d’avoir une authentification de ma signature en tant que coprésidente de la Fsgt sur ce fameux courrier.

Autrement dit, la mairie de mon domicile doit certifier qu’il s’agit bien de ma signature. Elle n’a aucunement à intervenir sur la nature du courrier ou du projet qu’il concerne, juste attester que c’est bien moi, là assise en face d’eux après 42 minutes d’attente.

1787359_b6ad6112-31aa-11e1-b1fb-00151780182c_545x460_autocrop
La femme au guichet n°6 me regarde étrangement. Le courrier n’indique pas que j’habite à Drancy. Je lui explique qu’il ne s’agit pas d’un courrier personnel, mais que je signe en tant que responsable légale d’une fédération sportive. Je lui tends ma carte d’identité qui atteste de mon domicile.

Alors que je me dis que tout va s’arranger très vite, il faut vous dire que je suis en arrêt maladie pour sinusite et bronchite et qu’une forte fièvre me gagne.

amanda-seyfried-non-verbal-visage-grimace

Soudain les yeux de mon interlocutrice s’écarquillent, elle vient de lire le nom du destinataire : ministère de l’intérieur en Palestine. Elle me dit « en Palestine! » Je lui réponds oui, en Palestine. « Ah, non mais je vais me renseigner, ce n’est pas sûr que ce soit possible. »

Sidérée, je la laisse s’éloigner sans réaction. Quelques minutes plus tard, elle revient. « Non, ce n’est pas possible. »

Je lui dis ne pas comprendre, c’est le ministère des affaires étrangères français qui demande ce document, notre projet est soutenu et reconnu et puis on ne leur demande pas leur avis, juste de confirmer que moi c’est bien moi.

« Je ne sais pas, je ne suis qu’une petite fonctionnaire, ce n’est pas moi qui décide. »

les-perles-des-services-publics

Alors appelez moi un élu.

Elle essaie ou fait semblant d’appeler quelqu’un, aucun élu n’est disponible.

Qui a donc donné la consigne deux minutes plus tôt ?

Elle garde la lettre, prends mon numéro et me dit que quelqu’un me rappellera.

La fièvre se fait subitement plus forte.

C’est un vrai scandale.

Une non reconnaissance en acte de l’autorité Palestinienne, un obstacle mis à l’avancée d’un projet de solidarité et de paix, un véritable abus de pouvoir.

4 JOURS PLUS TARD…

Bon, les choses s’arrangent, j’ai eu un appel en fin d’après-midi pour me dire que ma signature serait authentifiée… Merci à Nathalie Vasseur (PCF DRANCY) qui avait interpellé le Député maire…

supergirl-logo11

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s