DRANCY : ET de Deux ?!

Bataclan : un autre drancéen impliqué ?

Décembre 21, 2015

C’est une piste qualifiée de sérieuse qu’explorent depuis plusieurs semaines les policiers antiterroristes. La sanglante attaque suivie d’une prise d’otages menée contre les spectateurs du Bataclan le 13 novembre pourrait avoir été élaborée, ou tout du moins coordonnée, par un Français déjà connu des services de renseignement. Le nom de Charaffe el-Mouadan, 27 ans, drancéen parti en Syrie à la fin de l’été 2013, est revenu à l’esprit des enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) après l’audition d’un survivant, pris au piège pendant plusieurs heures dans la salle de spectacle parisienne.

Entendu quelques heures après le carnage, ce témoin a expliqué d’emblée avoir tenté de se dissimuler en s’accrochant sur le rebord d’une fenêtre, alors qu’un des trois kamikazes venait d’être abattu par la police. Mais l’un des terroristes, décrit de petite taille, l’aperçoit et lui donne l’ordre de revenir vers lui.

« Cet homme était habillé avec un survêtement, se souvient ce précieux témoin. Il portait une barbe et il m’a donné l’impression d’être le leadeur. Il était plus posé que son complice. Ils nous ont ensuite placés comme boucliers humains autour d’un couloir et devant les fenêtres. »

Il avait fréquenté l’Association nationale de tir de la police

L’otage se remémore encore que ce même terroriste a demandé au négociateur de la police de faire reculer ses collègues, car ils « avaient des ceintures d’explosifs et qu’ils allaient tout faire sauter ». Le kamikaze échange pendant près d’une demi-heure avec les forces de l’ordre avant l’assaut final donné par la brigade de recherche et d’intervention (BRI).

Mais quelques instants avant, ce témoin se rappelle avoir entendu « le plus grand » des deux terroristes s’adresser à son complice pour lui demander s’il « comptait appeler Souleymane ». « Le petit a répondu que non et qu’ils allaient gérer ça à leur sauce, confie encore ce témoin. Il a aussi ajouté qu’il fallait parler en arabe. Après, il y a eu une discussion très tendue entre eux. J’avais l’impression qu’ils ne se connaissaient pas bien… »

En prenant connaissance des déclarations de ce survivant du Bataclan, les enquêteurs ont rapidement fait le rapprochement avec Charaffe el-Mouadan, également connu sous le nom de Souleymane. Un rapprochement conforté également par la présence de Samy Amimour parmi les terroristes du Bataclan…

Les deux hommes, amis d’enfance et originaires du même quartier à Drancy, avaient été mis en examen, en compagnie d’un troisième comparse, Samir Bouabout, en octobre 2012 pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme. A l’époque, El-Mouadan, Amimour et Bouabout nourrissaient le projet de gagner le Yémen ou l’Afghanistan pour y mener le jihad armé. Pour ce faire, Charaffe el-Mouadan, décrit comme le leadeur du trio, de par son charisme, avait suivi des cours de tir, dès mars 2012, au sein de l’Association nationale de tir de la police (ANTP) dans le XVIIIe arrondissement à Paris, avant d’y recommander ses deux amis. Lors de leur audition par les policiers de la DGSI, les trois candidats au jihad avaient finalement indiqué avoir abandonné leur projet initial au profit de leur installation dans un village musulman en Tunisie.

« Cette piste menant vers Charaffe el-Mouadan est aussi confortée par le fait que Ismaël Omar Mostefaï figurait parmi les kamikazes du Bataclan, confie un proche de l’enquête. Cet homme est passé en Syrie en compagnie d’Amimour et de Bouabout. On sait aussi qu’El-Mouadan et ses deux amis d’enfance se sont rejoints après avoir rallié les rangs de Daech. »

Le Parisien 21 décembre 2015

FRANCE INFO

Son nom vient d’apparaître dans l’enquête sur les attentats du 13 novembre. Selon des informations révélées, lundi 21 décembre, par Le Parisienun Français de 27 ans figure désormais sur la liste des hommes recherchés par les enquêteurs. Il est susceptible d’être impliqué dans les attaques terroristes qui ont fait 130 morts, à Paris et à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Son nom : Charaffe El-Mouadan, alias « Souleymane ».

Selon le quotidien, qui cite notamment le témoignage d’un rescapé, il aurait été mentionné par les tueurs du Bataclan le soir du drame.

Originaire de Drancy, comme Samy Amimour

Selon Le Parisien, Charaffe El-Mouadan est « un ami d’enfance » de Samy Amimour, l’un des trois kamikazes du Bataclan. Les deux hommes, qui ont à peu près le même âge – le second venait de fêter ses 28 ans -, ont grandi ensemble à Drancy (Seine-Saint-Denis), explique le quotidien.

Si Samy Amimour a été présenté comme une jeune homme « sérieux et apprécié » par ceux qui l’ont côtoyé, Le Parisien donne peu de détails sur la personnalité de ce nouveau suspect. Il est toutefois décrit comme charismatique. Il aurait été « le leader » d’un trio formé avec Samy Amimour et Samir Bouabout.

Formé au tir, puis mis en examen en 2012

En octobre 2012, le trio est mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme, relève Le Parisien. Selon le quotidien, les trois hommes projetaient « de gagner le Yémen ou l’Afghanistan pour y mener le jihad armé ». 

Dans le cadre de cette préparation, celui qui se fera appeler « Souleymane » a pris « des cours de tirs, au sein de l’Association nationale de tir de la police (ANTP), dans le 18e arrondissement [de Paris]« , poursuit le quotidien.

Passé par la Syrie

Un proche de l’enquête, cité par Le Parisien, confirme par ailleurs qu‘ »Charaffe El-Mouadan et ses deux amis d’enfance [Samy Amimour et Samir Bouabout] se sont rejoints après avoir rallié les rangs de Daech [acronyme désignant le groupe Etat islamique]. »

Si l’on sait que Samy Amimour a quitté Drancy le 11 septembre 2013, pour faire le jihad en Syrie, la date à laquelle « Souleymane » a rejoint les rangs de l’Etat islamique n’a pas été communiquée.

Identifié grâce à un rescapé du Bataclan

C’est un témoin, qui se trouvait à l’intérieur de la salle de concert attaquée le 13 novembre, qui a mis les enquêteurs sur la piste de « Souleymane », explique Le Parisien. Lors de son audition, le rescapé a confié avoir entendu une conversation entre deux des terroristes. L’un d’eux a demandé à l’autre s’il « comptait appeler Souleymane », raconte le quotidien. Un nom qui, couplé à celui de Samy Amimour, a suffi à mettre la puce à l’oreille des enquêteurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s