Jean-Christophe Lagarde et les « étrangers », une longue histoire de désamour

Jean-Christophe Lagarde et les « étrangers », une longue histoire de désamour

février 16, 2013 par gillessauliere sur le site www.drancy2014.net  0 Commentaire

Souvenez-vous cela se passait le 30 mars 2010, à l’assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault avait déposé un projet de loi sur le Droit de vote des étrangers aux élections locales. La droite, toujours aussi en avance côté émancipation des individus, avait poussé ses cris habituels d’orfraie puis avait voté contre, comme un seul homme bien réac.

Notre député maire Jean-Christophe Lagarde avait brillamment expliqué son vote « CONTRE », tenant de le faire paraître comme quelque chose d’encore plus progressiste que ce projet de loi, en expliquant qu’il souhaitait que les étrangers résidant en France acquièrent plutôt la nationalité française, afin notamment de pouvoir voter, plutôt que de demeurer, je cite, « des demis, des quarts ou des dixièmes de citoyens »

Ainsi donc, pour M. Lagarde, un étranger résidant en France est une sorte de sous-quelque chose…gal-1562937

Pour M. Lagarde, un étranger est une sorte de sous-quelque chose, quelqu’un qui n’aurait droit qu’à quelques miettes de droits : « un demi, d’un quart ou d’un dixième de droit ». M. Lagarde estime qu’il faut absolument prendre la nationalité française pour se voir reconnu autant de droits qu’un français. Sinon ? Sinon, on reste « celui qui ne veut pas s’assoir à la table de famille »… l’affreux qui dédaigne ou rejette cet honneur immense et incommensurable de prendre la nationalité française ! Quel être méprisable ! Honte sur lui….

Celui-ci n’aura pas le droit de s’intéresser à la vie de la communauté dans laquelle il vit, où sa famille vit, où ses enfants vont à l’école, où il achète son pain tous les matins, voire, participe à l’une des nombreuses associations drancéennes….

Curieuse conception de l’hospitalité, non ? Tout petit, on m’a expliqué qu’il fallait toujours laisser une place vide à table, pour l’étranger qui passe et que l’on se doit d’accueillir à bras ouverts… Pas vous ? En tous cas pas pour M. Lagarde, apparemment.

Ne confondez pas élections nationales et élections locales !

2399031

Sa mauvaise foi est de plus, évidente lorsqu’il argument ainsi : « Pourquoi, si l’on ne décide pas de participer à la vie de la nation, aurait-on le droit de voter ? » . Mais M. Lagarde, un étranger qui vit en France peut tout simplement avoir très envie de conserver sa nationalité d’origine ! Que savez-vous de son histoire, de son passé de sa culture ? Peut-être est-il sentimentalement attaché à son pays d’origine ! Peut-être vivrait-il comme un déchirement de devoir abandonner sa nationalité, peut-être veut-il continuer à pouvoir voter pour les élections nationales de son pays d’origine ! Etc. Etc. il peut y avoir des milliers de raison à ce qu’un étranger souhaite conserver sa nationalité ! Cela n’en fera pas, pour autant, un être vil qui méprise la France et ses valeurs, M. Lagarde. Cela n’en fera pas pour autant un être incapable de penser, observer, vivre en France et donner un avis aussi judicieux que tout français de nationalité…

Mais surtout, M. Lagarde, il n’est pas question ici de voter sur de grands enjeux politiques nationaux et internationaux, il ne s’agit pas de voter ‘nationalement’, terme qui correspond effectivement au concept de ‘nationalité’ mais de voter localement, dans nos villes ! Qui parle de droit de vote aux élections nationales ? Personne ! Nous parlons du vote de quelqu’un pour les élections locales de la ville où il vit au quotidien, achète son pain, va au marché, ouvre une boutique, a un emploi, … et peut avoir le souhait de donner son avis et apporter sa contribution à la vie de la Cité (avec un grand ‘C’, bien sûr). Alors, où est le problème ? De quoi, de qui avez-vous peur ?

Le débat se ré-ouvre sur cette question depuis que la gauche progressiste et émancipatrice a succédé aux années de régression des libertés sarkozystes, nous allons porter une attention particulière aux prises de position de M. Lagarde. Seront-elles aussi péremptoires et à côté de la plaque qu’en 2010 ? Ou l’effet Taubira post mariage pour tous (pour lequel il a voté « pour », Bravo M. Lagarde, ce vote vous honore.) sera encore dans les esprits et il se rendra compte de son erreur de jugement ?

Gilles Saulière
Président du groupe Socialiste au Conseil municipal de Drancy


Texte complet de Jean-Christophe Lagarde à l’assemblée nationale le 30 mars 2010 : (à noter qu’à chaque fois, il sera chaudement applaudi par ses amis de l’UMP sarkozyste, malgré l’éternelle image de centriste très modéré et souvent anti-sarkosyste qu’il proposait à Drancy avant de se rallier ouvertement à lui lors de la dernière ligne droite de la présidentielle 2012).

1ère contribution aux débats :

Le groupe Nouveau Centre, à l’exception notable de Stéphane Demilly et de Maurice Leroy, votera contre cette proposition de loi – mauvaise réponse à une vraie question.

La citoyenneté ne se découpe pas, ne se « saucissonne » pas, ne se disperse pas. On est citoyen ou on ne l’est pas. L’octroi du droit de vote aux étrangers extra-communautaires aux élections locales et pas aux autres nous paraît anormal en démocratie et, surtout, totalement surpassé par une autre notion : la citoyenneté française, qui permet de jouir de tous les droits de citoyen et non pas d’un demi, d’un quart ou d’un dixième de droit qu’on accorderait à un étranger au prétexte de l’ancienneté de sa présence sur notre territoire. Pourquoi voter si l’on n’a pas choisi la nationalité ? Pourquoi, si l’on ne décide pas de participer à la vie de la nation, aurait-on le droit de voter ? J’entendais Noël Mamère prétendre que notre seule réponse serait : « Circulez, il n’y a rien à voir ! » Non ! Nous nous proposons de les accueillir, nous leur proposons d’acquérir la nationalité française, plutôt que de n’être que des demis, des quarts ou des dixièmes de citoyens. (Applaudissements sur les bancs des groupes NC et UMP.) Nous leur proposons de devenir des citoyens à part entière, c’est-à-dire pourvus du droit de siéger à l’Assemblée elle-même. (« Très bien ! » sur plusieurs bancs du groupe UMP.) On avance qu’il faudrait donner le droit de vote municipal aux étrangers résidant en France parce qu’ils sont contribuables. Or ces deux mots recouvrent une réalité bien différente : le citoyen participe aux choix de la nation alors qu’un contribuable l’est rarement volontairement.

2ème contribution aux débats :

J’invoquerai l’histoire : notre conception de la citoyenneté est le fruit d’un projet politique. D’autres nations, qui ont accordé le droit de vote aux étrangers aux élections locales, ont décidé que leur socle serait culturel quand le nôtre est profondément politique. La Révolution française a décidé de créer une nation à partir de l’adhésion à trois principes fondamentaux gravés au fronton de nos bâtiments publics – Liberté-Égalité-Fraternité –, principes auxquels on a ajouté, en 1905, celui de laïcité. C’est cet acte de volonté qui reste nécessaire pour devenir français, rien d’autre. Ainsi, les députés de l’opposition qui ont évoqué la citoyenneté européenne ont-ils raison : celle-ci est fondée sur un acte de volonté, celle de construire une autre entité, une nouvelle citoyenneté. Il n’est donc, à mes yeux, pas normal qu’ils n’aient pas le droit de vote à toutes les élections et qu’ils se retrouvent aujourd’hui des électeurs amputés d’une partie de leurs droits. En outre, nous ne comprenons pas la volonté de l’opposition de découper le citoyen en tranches, si l’on ose dire. Selon le texte, les étrangers extra-communautaires ne bénéficieraient du droit de vote qu’aux élections municipales, soit parce qu’ils paient des impôts municipaux soit parce que leurs enfants fréquentent l’école maternelle ou l’école primaire. Mais dès lors que ces derniers passeraient au collège, leurs parents ne seraient-ils plus citoyens et les belles envolées lyriques dont vous nous avez gratifiés n’auraient-elles plus d’objet ? (Applaudissements sur quelques bancs du groupe UMP. – Exclamations sur les bancs des groupes SRC et GDR.) Même chose lorsque ces enfants deviendraient lycéens. Lorsque, au ministère de l’éducation nationale, on fixe les programmes des collèges et lycées, les parents en question n’auraient-ils tout à coup plus rien à dire ? Il y a une grande hypocrisie à découper ainsi la citoyenneté : selon le système que vous voulez instaurer, les étrangers concernés auraient le droit, en certaines occasions, de s’exprimer et, en d’autres circonstances, se retrouveraient privés de ce droit. Nous pensons que la bonne solution n’est pas celle que vous préconisez. Mieux vaudrait faciliter l’accès à la nationalité française pour ceux qui en font la demande. Tâchons de faire en sorte que les étrangers qui deviennent citoyens français et que nous honorons d’une réception dans nos mairies, n’aient pas attendu quatre, cinq ou six ans pour obtenir la nationalité. Nous devons permettre à un étranger résidant depuis suffisamment longtemps sur le territoire de l’acquérir en moins d’un an. C’est la tradition de la France. J’irai plus loin : quand un étranger vient renouveler son titre de séjour, on devrait lui proposer la nationalité française. J’y insiste, c’est la tradition de la France que de vouloir faire partager son projet et ses valeurs politiques à ceux qu’elle accueille sur son sol. Mais si nous devons le leur proposer, ils doivent garder le droit de refuser d’être citoyens français, donc de ne pas voter. (Applaudissements les bancs du groupe NC et sur de nombreux bancs du groupe UMP.)

2 réflexions sur “Jean-Christophe Lagarde et les « étrangers », une longue histoire de désamour

  1. Votre polémique ne fera pas oublier la politique désastreuse des socialistes . Il y’a autre chose â régler que le vote des étrangers !

  2. Si les gens ne s’aiment pas , il ne peuvent pas travailler ensembles et creer de la richesse !

    Alors la droite veut encore diviser ? Pourtant le medef = Ump

    Et le Medef a besoin de main d’oeuvre a tres bon marché ….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s