Une cantonale vaut bien un carnaval ! Et tant pis pour les commerçants !

Ce dimanche matin, 11 heures, en plein marché, Sa majesté Salini s’avance sur l’avenue Barbusse, avec sa garde et harangue la petite foule qui fait son marché et discute tranquillement, qui avec les socialistes et verts, tractant avec leur candidat Franc Contat, qui avec les communistes et leur candidate, Eliane Assassi, qui avec la nuée sans nom de tracteurs de Lagarde, euh, oups, de Salini, celui qui a tout vu, tout fait, qui tient le département à lui tout seul, irriguant Drancy de millions départementaux récupérés à la force de son seul poignet  (LOL ! MDR ! comme disent les djeuns sur la marché), avec ses 50% de présence et face qu méchant Bartolone…

Le carnaval de Salini traverse le marché ! Les commerçants râlent !

Salini annonce avec l’air réjoui et rayonnant d’un Jean-Luc Delarue tombé dans la neige, qu’il va falloir se pousser, se ranger sur les côtés, c’est carnaval ! C’est carnaval ! Olé ! Et cette année, caontonales dans 15 jours obligent, il faut se montrer, exposer sa toute puissance, sa grandeur, son sens de la fête ! Pendant presqu’une heure, le carnaval, encadré tous les 3 m des troupes de Lagarde, arrive et se tasse, s’entasse, s’immobilise, immobilisant tout avec lui. Tout s’arrête, les commerçants ne peuvent plus commercer, les partis politiques ne peuvent plus tracter, tout le monde se serre comme des sardines drancéennes prises au piège d’un Salini hilare, d’une équipe municipale surexcitée, d’un cortège bariolé d’enfants et parents d’enfants, danseurs, chars bricolés, tout ce petit monde s’amusant beaucoup, c’est certain, mais sur les stands des commerçants, il n’est pas de même ! « Pourraient pas aller défiler ailleurs ? Ou un autre jour ? le marché, c’est 2 fois par semaine, ça dure pas longtemps, ça coûte 4000 € à l’année, faut pouvoir vendre ! ! C’es pas normal ! Et on peut même pas protester, sinon, on se fait virer et on se fait supprimer son stand ! Drancy, c’est la dictature ! Et en plusn maintenant, il faut subir ça ? ? »

Les militants discutent des cantonales

Les militants communistes, socialistes, verts, se concertent, prennent leur mal en patience ou en impatience, suivant leur style, discutent sec avec les commerçants, en profitent pour faire le point sur ces élections, où tout semble ouvert : Salini semble pouvoir être débarqué, ça excite tout le monde et ça semble inquiéter la droite, présente en force, on a jamais vu autant de porteurs de tract aux couleurs de Lagarde pardon de Salini ! Les tracts s’échangent, l’atmosphère entre les communistes et les socialistes et verts semble détendue, il est vrai, qu’il faudra peut-être pactiser pour le second tour et battre Salini …

Surprise : la bande des virés, rassemblement improbable des virés de tous horizons

Il y a même un petit groupe qui hésite au milieu des autres, pressé autour et sous l’aile protectrice de Malika Chibane, élue Modem au Conseil municipal et surnommée par Lagarde, « la Muette », mais que le MoDem a refusé d’investir pour les cantonales, tant son parcours étant peu orthodoxe et venant d’ailleurs tout droit de l’ancienne équipe de Lagarde, tout comme Martineau, son âme damnée, ancien adjoint de Lagarde avant de se faire virer, après Malika, avec pertes et fracas… Ugo Portier, qui s’affichait plus et beaucoup trop avec le Modem des virés qu’avec ses propres ‘amis’ du PS, a fini par s’en faire virer, non pas de l’équipe de Lagarde, lui, mais du PS… et hop ! il a aussitôt rejoint la bande, trouvant enfin l’investiture que les militants du PS ne voulaient plus lui confier, groupe qui se nomme par dérision certainement, « le renouveau ! » et  serait donc en fait, « la bande de droite des virés ! »

Bref, ce matin, le carnaval n’était pas qu’à l’intérieur du cordon sanitaire du services d’ordre de Lagarde, & Salini.

Le 20 mars, Salini, Assassi, Contat ?

Qui sera en tête du premier tour ? Stéphane Salini le sortant UMP ? Eliane Assassi, la sénatrice communiste ? Franck Contat, l’écolo candidat du Parti socialiste et des Verts d’EELV ? Le suspense est total, que va peser le FN à droite ? Dans 15 jours, ce sera le premier tour, le résultat est au bout de votre bulletin !

3 réflexions sur “Une cantonale vaut bien un carnaval ! Et tant pis pour les commerçants !

  1. Mesdames, Messieurs les électeurs,

    Ne tombez pas dans le piège car encore une fois dès qu’il y a un intérêt, les politiques sont tous là ! Réfléchissez bien avant de voter. Qu’est ce qu’à fait Jean-Christophe LAGARDE ??? Me concernant,il a réussi à ce que mon magasin DIAGONAL, 43-45, avenue Henri BARBUSSE ferme ses portes au public. J’ai été harcelé pendant plus de 9 mois avec les arrêté municipaux qui n’avaient aucun sens, sans parler de la police municipale qui se présentait tous les matins pour dresser des contraventions pour ouverture illicite. J’ai mis 9 mois pour rencontrer le Maire de DRANCY. Et pour quoi ? Pour qu’il constate les multiples erreurs commises par ses services.
    La conséquence a été simple pour lui : 4 femmes au chômage, un père de famille de 4 enfants qui vient de perdre plus de 600 000 euros.
    Effectivement par ses erreurs successives, je pourrais dire comme NAPOLEON, j’ai peut-être perdu la bataille mais je n’ai pas perdu la guerre.

    La conséquence de tout cela c’est que Monsieur Jean-Christophe LAGARDE se trouvera une fois de plus devant les tribunaux.

    FRANCK PTIT HADDAD

  2. Drancy, minuit : une famille à la rue… (journée internationale des droits des femmes)…
    08 Mars 2011 Par JJMU
    Un couple avec trois enfants en très bas âge se trouvait dehors, sans solution d’hébergement. C’était minuit, il faisait 7°C, pas d’hôtel, le 115 saturé, et la police municipale consultée s’est déclarée incompétente, y compris pour accompagner ces gens, en fourgonnette, à l’hôpital Avicenne, au nom des limites de leurs fonctions.
    Faut-il qu’un fonctionnaire en reste aux dispositifs existants quand, matériellement, il est possible d’accomplir un acte d’assistance à la population ?…
    Imagine-t-on les autorités et le premier magistrat de la ville reprocher à un fonctionnaire de protéger une famille en détresse ?…
    N’y aurait-il donc aucune souplesse aujourd’hui dans les règlements de la police municipale pour permettre un minimum d’initiative en faveur de personnes démunies quand elles se trouvent dans une situation de tel désarroi ?…
    N’est-ce pas cette attitude de fermeture qui sécrète au contraire et très directement rancœurs, désolations, anxiété et désordres ?…
    Tout citoyen peut en appeler à la conscience humaine. Ceux qui sont chargés des mesures d’ordre public n’ont pas pour tâche de maintenir un état de misère et d’abandon et d’accroître les désordres psychiques et civiques des membres que l’on stigmatise ainsi, par l’isolement, la culpabilité, l’exclusion… Le premier magistrat d’une ville qui a su accomplir des buts louables comme la gratuité des cantines scolaires et le rapprochement des communautés juive et musulmane connaît bien ces conséquences de blocages qui peuvent conduire à une multiplication de désordres qui vont inéluctablement dérégler, après les individus, la nécessaire confiance entre communautés et avec leurs administrations.
    Ce billet à ce sujet rejoint d’autres points, symboliques, mais étroitement liés : la condition des femmes, d’une part, dont c’est aujourd’hui, par le hasard du calendrier, un jour célébré dans toutes les instances, et, d’autre part, la condition faite aux migrants :
    Il est possible d’interpeller son député pour attirer l’attention sur les responsabilités de nos propres (dys)fonctionnements législatifs, administratifs, judiciaires, sociaux, et policiers.

    [1] Les avis des sociétés savantes et des experts : http://www.aides.org/download.php?filepath=/sites/default/files/doc/1 Droit au séjour des étrangers malades avis des organisme et institutions x_0.pdf

    [1] APPEL des médecins pour la suppression de l’article 17 ter du projet de loi « Immigration, intégration, nationalité », signé par plus de 900 médecins : http://www.aides.org/download.php?filepath=/sites/default/files/doc/2 APPELmedecins Deroit au séjour pour soinsx_0.pdf

    Liste alphabétique des députés :

    http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/liste_alpha.asp?legislature=13

    Liste des députés par département :

    http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/departements.asp?legislature=13

    Madame la Députée, Monsieur le Député,
    Contre le vote du Sénat, le gouvernement vient de réintroduire devant votre Assemblée un amendement adopté par la Commission des lois le 16 février remettant en cause le droit au séjour des étrangers gravement malades qui vivent en France et qui ne peuvent pas accéder aux soins dans leur pays d’origine (article 17 ter du projet de loi sur l’immigration).
    Les motifs exposés par le gouvernement pour justifier cette réforme ne résistent pourtant pas à un examen sérieux.
    La protection actuelle des étrangers gravement malades est en effet d’ores et déjà encadrée par des conditions et une procédure très strictes. Elle concerne, après douze ans d’application, un « nombre d’étrangers qui s’est stabilisé » (voir rapport au Parlement, les orientations de la politique de l’immigration, Cici, 12/2009, p.61). La loi actuelle ne s’applique qu’aux étrangers résidant déjà en France et ne constitue en aucun cas un moyen pour être autorisé à venir en France se faire soigner. Toutes les études épidémiologiques démontrent d’ailleurs que la migration pour raison médicale demeure exceptionnelle.
    Tout en démontrant que cette réforme serait financièrement coûteuse, tant la société civile que le monde des professionnels de santé ont dénoncé ses conséquences extrêmement graves en termes de droit des personnes concernées et de santé publique (voir dossier complet ci-joint).
    En effet, le remplacement de la condition actuelle de « non accès effectif au traitement approprié dans le pays d’origine » en seule « indisponibilité du traitement approprié » ne permettra plus de garantir qu’un étranger gravement malade vivant en France puisse être effectivement soigné en cas de renvoi dans son pays d’origine (objectif de la loi de 1998). Pour apprécier l’accès effectif aux soins, il faut prendre en compte des facteurs multiples : l’état des structures sanitaires du pays, l’offre quantitative de soins et leur couverture territoriale, le manque de personnel médical, les ruptures fréquentes de stocks, le coût des traitements, l’existence ou non de couverture maladie permettant une prise en charge financière, etc…Lorsque les traitements existent mais que l’on ne vérifie pas si les malades peuvent les obtenir, il s’agit alors de disponibilité. Dans la plupart des pays en développement, les traitements peuvent être disponibles (dans une clinique) mais ils sont très rarement accessibles (réservés à l’élite).
    Il est donc paradoxal de vouloir à la fois changer la loi votée en 1998 et souhaiter « l’appliquer à la lettre ». Il est politiquement et juridiquement vain de soutenir cette réforme et de vouloir préserver l’ensemble « des instructions ministérielles d’application » qui depuis 1998 prennent en compte les conditions effectives d’accès aux soins dans les pays d’origine en se fondant sur les termes de la loi actuelle.
    Aucun changement récent dans l’application de la loi actuelle ne justifie davantage une telle réforme présentée dans les mêmes termes par le gouvernement depuis plusieurs années pour ne plus avoir à tenir compte des multiples facteurs faisant obstacle à l’accès effectif aux soins des étrangers gravement malades résidant en France en cas de renvoi dans leurs pays d’origine (voir les mobilisations des professionnels de santé, suite au rapport IGA en 2002 et à l’avant projet de loi sur l’immigration en décembre 2005, ayant entraîné dans le passé l’échec de ce même projet de réforme).
    Quant à la jurisprudence du Conseil d’Etat d’avril 2010, elle n’a rien changé à l’interprétation de la loi actuelle par les autorités médicales. Dès 1998, le Ministre de l’intérieur écrivait en effet à l’ensemble des préfets que « la possibilité pour l’intéressé de bénéficier ou non du traitement approprié à son état de santé dans son pays d’origine dépend non seulement de l’existence des moyens sanitaires adéquats mais encore des capacités d’accès du patient à ces moyens » (Circ. min. du 12 mai 1998 d’application de la loi sur l’immigration du 11 mai 1998). Cette circulaire n’a jamais été contredite et a été réaffirmée par instructions du Ministère de la Santé du 30 septembre 2005, du 23 octobre 2007 et du 29 juillet 2010. C’est sur la base de ces textes prenant en compte de manière constante les possibilités concrètes d’accès aux soins dans les pays d’origine que les autorités médicales examinent depuis plus de 12 ans les demandes de régularisation des étrangers gravement malades résidant en France. La jurisprudence du Conseil d’Etat n’a fait que rappeler la bonne application du droit face à certaines dérives dans les Préfectures. Le rapporteur public au Conseil d’Etat avait d’ailleurs souligné que le Ministère de l’Intérieur, en refusant que soient prises en compte les possibilités effectives d’accès aux soins dans le pays d’origine dans le cas particulier de cette affaire contentieuse, soutenait une position contraire aux instructions qu’il avait données à ses propres services sur la base de la loi actuelle.
    Les termes équilibrés de la loi votée en 1998 sont le résultat d’une longue réflexion tout au long des années 1990 pour qu’elle remplisse son objectif : éviter qu’un refusd’admission au séjour en France ne signifie la condamnation à mort d’une personne malade.

    Pour que cet objectif continue d’être atteint, nous en appelons à votre responsabilité de parlementaire pour vous opposer à toute modification de loi actuelle.
    Nous vous prions d’agréer, Madame la Députée, Monsieur le Député, l’expression de notre plus parfaite considération.

    Votre signature

    —————————————

    (petite incidente qui n’a rien à voir avec cet article, mais avec votre blog : tout en bas de la page, il vous faudrait rectifier : « La ville de Drancy a voté son budget 2011 » – Ce que j’en dis, moi, hein ?…)

  3. je voterais FN pour une fois car la politique actuelle et le soutient de la gauche contre l’ingérence Française dans un état souverain me dégoute. ils ne sont pas capable de mettre de l’ordre sur le sol Francais et il veut faire la police du monde ce NABOT et sa bande .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s