PCB A DRANCY, Mais « tous va très bien Madame la Marquise » nous chante le Maire

Pollution aux PCB : 16 nouveaux sites répertoriés

L’association Robin des Bois publie la nouvelle édition de l’inventaire des sites terrestres pollués aux PCB. Le premier inventaire publié en mai 2008 faisait état de 361 sites. Cette nouvelle version en compte 404. L’inventaire des sites industriels pollués aux PCB (polychlorobiphényles, très toxiques, utilisés massivement comme lubrifiants dans les turbines, composants ignifuges des peintures ou isolants électriques pour transformateurs et condensateurs) vient d’être actualisé. Dressé par l’association Robin des Bois, il ajoute 16 sites au compteur des zones à décontaminer. «Deux nouveaux sites ouvrent la voie à une filière de contamination. Courtage Négoce International (77) a démantelé des lots de transformateurs électriques suspects. Après une vidange sommaire et un découpage au chalumeau sur terre battue, le cuivre a été envoyé pour deuxième fusion dans des fonderies et les huiles dirigées vers Spirel (60) régénérateur d’huile et fabricant de graisses et lubrifiants à usage industriel. Depuis des lustres, cette trinité – ferrailleur, métallurgie, recyclage des huiles usagées – permet aux PCB d’emprunter les chemins de traverse et de s’échapper des filières d’élimination. Un des exemples représentatifs de cette carence est le site pollué de Dieulouard (54) », indique l’association.

Revitalisation de friches au rabais. « Une nouvelle tendance consiste dans le cadre de la politique de relance de l’économie nationale à « revitaliser » des friches industrielles urbaines en affaiblissant les niveaux d’exigence environnementale et sanitaire. C’est ainsi que dans la lugubre friche de la SNCF de Drancy (93) les remblais contaminés aux PCB resteront sur place pour des raisons avouées d’économie », dénonce l’association.

Interdits de mise sur le marché depuis 1987, les PCB font l’objet d’un plan national de décontamination et d’élimination instauré en 2003. Les derniers appareils contenant des PCB et PCT (polychloroterphényles) doivent disparaître d’ici la fin de l’année. Les associations environnementales, associées au plan, s’inquiètent des possibles «oublis» que pourrait comporter le recensement des sites et appareils concernés, ainsi que des retards que pourrait prendre le processus.

Faut-il dépolluer les sédiments ?

Les machines polluées doivent être éliminées, mais le sort des PCB déjà bien installés dans le sol est plus complexe. Ne faut-il pas les laisser là où ils sont ? La question est très sérieusement posée par les pouvoirs publics pour des raisons financières puisque le prix de la dépollution est estimé à cent euros le mètre cube. Mais aussi pour des raisons environnementales. En creusant le sol, leur extraction peut « remettre en contact avec le milieu aquatique les sédiments les plus anciens et les plus contaminés », explique le ministère de l’écologie. Avec un risque bien plus grand : « leur transfert vers d’autres portions du réseau hydrographique ». Dernier inconvénient, les techniques de dépollution des sols sont encore en période d’apprentissage. La dégradation biologique en particulier s’appuie sur les plantes et les bactéries pour détruire les PCB. Elle offre ainsi de belles perspectives… mais avec beaucoup d’incertitudes puisqu’il faut éviter à tout prix que la dégradation ne recrée d’autres polluants plus petits.

Usine Nouvelle

C’est quoi le PCB ?

Les polychlorobiphényles (PCB)  aussi appelés, notamment au Québec, biphényles polychlorés (BPC), constituent une famille de 209 composés aromatiques organochlorés dérivés du biphényle industriellement synthétisé, proche des polychloroterphényles, polychlorodibenzo-furanes et des dioxines.
Ce sont (selon leur teneur en chlore) des liquides plus ou moins visqueux voire résineux, insolubles dans l’eau, incolores ou jaunâtres, à forte odeur aromatique. Thermodynamiquement très stables, ils ne se décomposent qu’à des températures dépassant 1 000 °C. Grâce à leur inertie chimique, ils sont peu sensibles aux acides, bases et oxydants. Ils peuvent dissoudre ou ramollir certains caoutchoucs et matières plastiques.

Ils sont parfois dénommés à tort « Pyralènes » dans les régions et pays francophones (du nom commercial d’un produit à base de PCB autrefois très utilisé en Europe, dans les transformateurs).

Ces polluants ubiquitaires et persistants (demi-vie de 94 jours à 2700 ans selon les molécules[5]) ont une toxicité réputée variée selon leur poids moléculaire (cf nombre d’atomes de chlore) et la configuration spatiale de leurs molécules. Ils font partie des contaminants bioaccumulables et trouvés dans certains tissus gras chez l’humain, y compris dans le lait humain. On utilise généralement l’analyse de sang pour détecter une contamination, car il y a une bonne corrélation entre les taux plasmatiques et les concentrations en PCB des tissus gras humains.

Toxicité

Chez la souris, la dose létale 50 à 8 jours[24] n’est que de 0,7 g de PCB par kg d’animal.

Chez l’homme, des intoxications collectives ont montré (exemple : en 1968, à Yūshō (Japon), avec environ 1 800 personnes collectivement intoxiquées, victimes d’éruptions cutanées, des troubles digestifs et oculaires, d’engourdissements de membres attribués 6 mois après à une contamination d’huile alimentaire par des PCB suite à la fuite d’un compresseur dans des proportions de 2000 ppm (= 2 pour mille soit 0,2 %). Des intoxications professionnelles ou accidentelles (avec doses de 800 à 1 000 mg·kg⁻¹ de PCB) ont induit des réactions cutanées (acné, hyper pigmentation, kératose, hyper sudation) avec impacts oculaires (œdème des paupières, larmoiements). Une fatigue générale, anorexie, amaigrissement, atteinte hépatique, bronchite, ou neuropathies périphériques, perturbations endocriniennes peuvent également survenir, avec régression dans l’année. Des anomalies congénitales (peau, muqueuse et phanère) sont survenues chez des enfants de femmes contaminées lors de leur grossesse (par huile contaminée par des PCB)[25].
En 1979, 2 000 personnes furent intoxiquées à Yu-Chen (Taïwan) de la même manière.

Selon « Le monde selon Monsanto »[26], Monsanto aurait eu connaissance de la toxicité des PCB au moins dès 1937, et a contaminé la ville d’Anniston en Alabama sans précaution « pour ne pas perdre un dollar de vente ». Dans le procès « Abernathy v. Monsanto », le 23 février 2002, le jury déclare Monsanto et Solutia coupables d’avoir pollué « le territoire d’Anniston et le sang de sa population avec les PCB »

Contaminations de long-terme – La toxicité des polychlorobiphényles et celle de ses produits de dégradation en molécules hautement toxiques et particulièrement stables (des furanes principalement), notamment sous l’effet de hautes températures, lors de leur incinération ou d’incendies est une information qui ne semble avoir été que tardivement partagée et diffusée dans le public. Les scientifiques avaient cependant montré ou constaté que ces molécules étant très peu biodégradables, et très solubles dans les huiles et graisses végétales ou animales. Il s’est avéré que leur rejet diffus dans l’environnement a été massif, et qu’il a entraîné des phénomènes de bioaccumulation préoccupants pour la faune sauvage, d’élevage et pour la santé humaine.

Depuis les années 1990, les PCB comptent parmi les polluants organiques persistants, dont la production est interdite dans la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants.

Alors que le Député Maire avance le principe de précaution pour les biberons à la presse, le PCB restera sur place à Drancy, j’espère que les nouveaux locataires seront prévenus… Après la mosquée municipale, le PCB de Drancy …  La ville a voté 2 millions d’euros de dé-pollution dont une grande partie de subvention (1,8). Cela représente 20 000 m3 de dé pollution normalisé (voir référence de l’article)  mais sur 63500 m2 ? Cela fait 33 cm de terre. Il est certain que la dé pollution n’est pas à la hauteur !

93 Drancy Friche SNCF
Le site qui appartient à FRET SNCF, en bordure des voies du RER B, a été occupé par des activités diverses de transport, stockage, ferraillage. Le projet de réaménagement de la ville y prévoit des logements, commerces, et des établissements publics, notamment de loisirs. Les sondages effectués dans le cadre du rapport 2009 d’investigations détaillées ont montré une pollution des sols, en particulier par les PCB. La « mauvaise qualité globale des remblais pourrait conduire à un refus d’acceptation en CET 3 ». Le rapport propose donc « dans une optique de maîtrise des coûts, une gestion des remblais pollués sur le site évitant l’évacuation en filière agréée ». Sur cette friche SNCF ont été regroupés les déportés vers les camps de concentration nazis.
93 Drancy Site Fulachier
Site à dépolluer dans le cadre des aides aux travaux de dépollution pour la reconversion des sites et friches pollués au titre du Plan de Relance.
Les Etablissements Denisot, puis Fulachier, ont exercé sur le site des activités de récupération de ferrailles depuis 1972. L’analyse des sols menée en 2006-2008 a montré une pollution par les hydrocarbures, les métaux lourds et les PCB. la dépollution « compatible avec l’usage futur d’habitation » doit être terminée en décembre 2009. Une partie des terres devrait être « confinée sur site sous voirie ».

Une réflexion sur “PCB A DRANCY, Mais « tous va très bien Madame la Marquise » nous chante le Maire

  1. Qu’en est-il de la dépollution du site ? le PCB reste t’il sur place ou, comme le préconise l’INRS il doit être transféré et éliminé dans une installation dûment autorisée.

    Par ailleurs, je suis fort étonnée qu’il n’y ait aucune réaction sur la future construction qui mettra en danger la santé d’employés municipaux et de locataires. Une action est-elle menée pour alerter la population ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s