Mieux que Zorro à Drancy

Drancy : un policier tire pour échapper aux braqueurs

Carole Sterlé avec R.B. | 13.02.2009, 07h00 Le Parisien

Le braquage du magasin Marionnaud, hier matin, ne s’est pas terminé aux portes de la galerie commerciale de Drancy-Avenir. Il s’est poursuivi à La Courneuve et Aubervilliers.

Braquage express chez Marionnaud. Le premier acte s’est déroulé en quelques minutes à peine. En pleine matinée, des clients étaient présents.

Video : La victime de l’agression raconte

« J’avais une arme braquée dans le cou… J’ai eu très peur, j’ai pensé à mes enfants », confie une employée encore sous le choc. En moins de cinq minutes, l’équipe de quatre malfaiteurs repartait de la galerie truffée de caméras de vidéosurveillance. Ils ont sauté dans une voiture où les attendait un complice avec un butin avoisinant les 4 000 €.

Démasqués par des policiers municipaux de Drancy. L’alerte du braquage a fusé sur les ondes de police et c’est à la limite de La Courneuve que des policiers municipaux de Drancy ont aperçu les fuyards, à bord de la voiture signalée. Les agents municipaux, en tenue, à bord d’une voiture sérigraphiée, ont été aussi aperçus par les malfaiteurs, dont un a pris la fuite à pied. Les policiers nationaux, cette fois de La Courneuve ont interpellé un homme avec de l’argent qui pourrait être celui-ci. Pendant ce temps, les deux policiers municipaux ont tenté d’arrêter la voiture des braqueurs, ralentie par un bouchon. L’un des policiers a cassé la vitre du conducteur pour le faire descendre. Au lieu de cela, c’est lui qui se serait fait traîner par la voiture, le conducteur maintenant son bras. De l’autre main, le policier a saisi son arme et tiré dans l’habitacle pour qu’on le lâche, sans atteindre personne, la balle ayant été tirée en direction du tableau de bord. Le policier a été lâché et la voiture a pris la fuite. Elle a été retrouvée abandonnée. « Les policiers municipaux sont intervenus avec beaucoup de sang-froid, au péril de leur vie, car s’il avait été traîné plus longtemps, il risquait d’être percuté par une voiture qui arrivait en face, souligne Jean-Christophe Lagarde, député-maire (NC) de Drancy. En créant la police municipale je m’étais interrogé sur l’opportunité de l’armement. Si j’ai opté pour, c’est justement parce que je m’étais dit qu’il était inconcevable que les policiers ne puissent se défendre s’ils se retrouvaient face à des braqueurs armés. »

Mais pour qui se prend la police municipale de Drancy, elle dégaine leurs armes,   elle met  en danger la vie pour 4000 €uros ? Heureusement les cours intensifs de tir aux frais des Drancéens n’ont pas servis car personne n’est blessé ou tué pour une telle somme !

Arrêtons les dégâts Mr Le Maire, se mettre en danger de mort, ce n’est pas se défendre. Vos policiers dépassent leurs missions envers les administrés. Nous ne voulons faire tuer personne ! Ni les bons, ni les mauvais… Entre Héros et Zéro y’a qu’un lettre


8 réflexions sur “Mieux que Zorro à Drancy

  1. Les 4000 €uros ont été retrouvé avec l’homme par les policiers nationaux…
    Résultat ont joue aux cow boy pour une attaque à mains armés.

  2. Le SNPM-CFTC a dés le 12/02/2009 apporté son soutien par l’envoi d’un communiqué de presse au député maire de Drancy, à la PM de Drancy et aux policiers municipaux touchés de prés dans cette affaire.
    Le communiqué a également été transmis au quotidien LE PARISIEN.

    Je cite le communiqué :

    « Monsieur le Député-maire,
    Pour faire suite à l’information relayée cette après-midi par EUROPE 1 concernant le braquage d’une parfumerie ce matin dans un centre commercial de Drancy, où vos policiers municipaux auraient ouvert le feu quelques instants plus tard sur les malfaiteurs,

    Le SYNDICAT NATIONAL DES POLICIERS MUNICIPAUX, SNPM – CFTC, tient à apporter son soutien le plus total à votre police municipale et plus particulièrement aux fonctionnaires qui ont fait preuve de professionnalisme et de sang froid dans cette affaire, permettant ainsi l’interpellation de l’un des mis en cause.
    Si trop de Maires refusent encore d’équiper leurs policiers municipaux d’armes de 4éme catégorie, cette affaire démontre une fois de plus qu’ils sont autant exposés aux risques sur la voie publique que les policiers nationaux et gendarmes.
    Vous avez fait le choix légitime d’avoir des policiers municipaux armés dans votre commune et nous vous en félicitons.
    Pour rappel, le SNPM – CFTC se bat pour un armement de 4éme catégorie obligatoire pour tous les policiers municipaux.
    Pour finir, nous vous demandons de bien vouloir transmettre ce présent message à votre police municipale et plus particulièrement à vos policiers concernés par l’affaire de ce matin.
    Dans cette attente,
    Et vous en remerciant par avance,
    Nous vous prions de croire, Monsieur le Député-maire, en l’expression de nos sentiments les meilleurs.

    Frédéric FONCEL
    Vice-président National SNPM – CFTC »

    Encore bravo aux collègues de Drancy. Et n’oublions pas non plus de féliciter le Député-maire de Drancy pour son action envers sa police municipale.

    http://www.snpm-cftc.fr

    http://www.blog.snpm-cftc.fr

  3. Les buts de la police municipale, énoncés à l’article L.2212-2 du Code général des collectivités territoriales, sont le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques. Par contre, le maintien de l’ordre n’est nullement dans leurs compétences.

    Dans les faits, les missions confiées à ces polices sont très variables. Dans de nombreuses communes, les agents de police municipale se bornent à une simple activité de police administrative effectuée de jour, comme la surveillance des marchés ou les objets trouvés. Dans d’autres localités, ils effectuent de véritables missions de sécurité publique, souvent la nuit, intervenant en complément, ou parfois même à la place, des services de l’État.

    La ville de Lille fournit un bon exemple de cette diversité. Les missions assurées par ses fonctionnaires offrent une panoplie de ce que l’on constate dans la plupart des communes. Conformément à l’article L.2212-5 du code précité, on retrouve l’application des arrêtés municipaux dans des domaines aussi variés que les travaux, l’affichage sauvage, les terrasses de café, les foires et marchés, les animaux dangereux, les déjections canines… La surveillance des bâtiments communaux (plus de 200, tous sous alarme), la sortie des écoles, l’îlotage et la communication aux édiles des doléances de la population font aussi partie de leur travail et ce, 24 heures sur 24, 365 jours par an. Enfin, la municipalité lilloise ne dédaigne pas le protocole : quand un invité de marque est accueilli sous le beffroi, un détachement de la police municipale compose une haie d’honneur de part et d’autre du tapis rouge.

    Mais les compétences des policiers municipaux ne se limitent pas aux missions de tranquillité publique, aux tâches administratives ou au respect du décorum. Les gardiens de police municipale ont le statut d’agent de police judiciaire adjoint conféré par l’article 21 du Code de procédure pénale. En cette qualité, ils se voient confier une triple mission :

    seconder, dans l’exercice de leurs fonctions, les officiers de police judiciaire (OPJ) ;
    rendre compte de tous crimes, délits ou contraventions dont ils ont connaissance par voie de rapports destinés au maire et au procureur de la République ;
    constater les infractions à la loi pénale et recueillir les renseignements en vue d’en découvrir les auteurs.

    En cas de flagrant délit, ils peuvent, comme tout citoyen en application de l’article 73 du Code de procédure pénale, appréhender le malfaiteur et le présenter immédiatement à un OPJ. En revanche, les policiers municipaux ne peuvent pas effectuer de contrôle d’identité (l’article 78-2 du Code de procédure pénale n’habilite à cet effet que les OPJ et, sur l’ordre et sous la responsabilité de ceux-ci, les agents de police judiciaire et les agents de police judiciaire adjoints relevant de la police nationale ou de la gendarmerie). Mais la loi n°99-291 du 15 avril 1999 a renforcé les compétences judiciaires des agents de police municipale, notamment en leur conférant la capacité de relever l’identité des contrevenants aux arrêtés municipaux ou au Code de la route (article 78-6 du Code de procédure pénale). Les gardiens de police municipale peuvent sanctionner, par exemple, le non-respect de la priorité, l’excès de vitesse, la circulation en sens interdit ou sur les bandes d’arrêt d’urgence, le dépassement, l’arrêt ou le stationnement dangereux… Mieux, ils ont dorénavant la faculté de procéder à des mises en fourrière et à des dépistages d’alcoolémie (au vu de l’article L.234-9 du Code de la route, les agents de police municipale ne peuvent pas réaliser des dépistages d’alcoolémie en l’absence d’accident ou d’infraction préalable comme la vitesse excessive, l’absence du port de la ceinture ou du casque…). Une telle extension paraît cohérente avec la vocation de ces fonctionnaires à assumer une police de proximité. Mais attention : en dépit de l’accroissement de leurs compétences, ces fonctionnaires territoriaux n’ont aucun pouvoir d’investigation et leur action reste strictement circonscrite à l’espace géographique constitué par le territoire communal, sauf s’ils ont été recrutés par un établissement public de coopération intercommunal (EPCI). Dans ce cas particulier, leur domaine d’intervention s’étend à toutes les communes membres de l’EPCI.

    Enfin, la profession est régie par un code de déontologie (décret n°2003-735 du 1er août 2003) afin d’éviter les bavures comme celle de Wattrelos ; en septembre 1998, deux policiers municipaux de cette ville nordiste ont frappé un jeune homme de 17 ans, puis l’ont enfermé dans le coffre de leur voiture avant de le jeter dans le canal… pour lui apprendre les bonnes manières. La victime fut heureusement sauvée par une voisine et ses deux agresseurs condamnés à trois ans de prison ferme.

  4. Le Syndicat Autonome Interdépartemental de la Police Municipale (SAIPM 92 93 94) affilié à la Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale – FA-FPT)a écrit à Monsieur Jean-Christophe LAGARDE Député-Maire de Drancy

    Monsieur le Député – Maire,

    Je souhaite vous faire part au nom de l’ensemble de nos collègues et adhérents de notre soutien le plus total suite au braquage perpétré le 12 février dernier et féliciter nos collègues intervenants pour leur réactivité et leur présence d’esprit.

    Leur sang-froid leur a permis de participer à l’interpellation d’un malfaiteur armé et ce dans des circonstances exceptionnelles quant aux conditions d’intervention.

    La Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale et sa composante le syndicat Autonome Interdépartemental de la Police Municipale, ne cessent de rappeler à nos élus et à nos concitoyens qu’armer un policier est une nécessité, que les circonstances et les évènements auxquels sont confrontés les Policiers Municipaux ne se commandent pas. En effet chaque jour dans chaque Poste de Police Municipale, à chaque prise de service, pas un de nos collègues ne sait de quoi sera faite sa vacation et ni à quoi il sera confronté lors de ses interventions.

    Vous avez eu la démarche responsable, en tant qu’élu et être humain, d’assurer et d’assumer la sécurité des Agents de Police Municipale qui se trouvent sous votre responsabilité et aujourd’hui dans ces circonstances particulières nous vous en remercions. En assurant la sécurité de vos agents, en les dotant de moyens en adéquations avec les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien, c’est la sécurité de vos administrés que vous garantissez.

    Cet événement nous conforte dans notre volonté de convaincre nos décideurs du bien fondé de notre démarche, nous nous félicitons qu’une fois de plus le professionnalisme de nos collègues a fait qu’aucune victime ne soit à déplorer. Vous les en féliciterez de notre part en leur exprimant notre plus grande solidarité et ce plus particulièrement à nos collègues impliqués dans cette action.

    Je vous prie de croire, Monsieur le Député-maire, en l’expression de nos sentiments les meilleurs.

    Fabien GOLFIER
    Le Secrétaire Général
    Responsable Région Ile-de-France
    du pôle Police Municipale de la F.A.-F.P.T.

    • Oui il faut rétablir la peine de mort, la guillotine, et le peloton d’exécution comme en chine communiste…. !!!! D’ailleurs Jean Christophe le voulait… Sans bavure…
      Entre l’animal et l’homme il y a des différences… La peine de mort est aboli et cela n’a pas augmenté les crimes. En Angleterre pas de policiers armés et c’est mieux pour leur sécurité, (au deux, citoyens et policiers). En fait, ils faut de vrais fonctionnaires de polices formés, en nombre en Seine Saint Denis car la concentration d’habitants est là et non dans le 16 ème… La police municipal n’a rien réduit, ni sauvé qui que ce soit de la mort… Des citoyens font mieux tous les jours et gratuitement…

  5. Quels sont ces connards qui se permettent d’excuser des tueurs ? Ont-ils des enfants, et que diraient-ils si l’un des leur était tué par une balle perdue ? Ils seraient sûrement les premiers à attaquer l’Etat pour non protection de personne en danger, ou autre chose dans le genre.

    Ca commence à bien faire !!!

  6. Je voit que ceux qui interviennent en mal et qui ont certainement un très grandes expérience du terrain, ont toujours les mots justes pour accroître le sentiments de mépris que peut avoir une polpulation à l’égard de ses policiers. Je pense que JC drancy, a suffisament d’expérience sur la voie publique pour se dire si un jour il était confronté à une situation nécessitant une intervention humaine, est-ce de mon ressort ou pas? Tant mieux pour lui. Alors veuillez excusez, ces policiers municipaux , qui eux sont tous mal formés (par la PN pour info généralement ou GIE) , idiots et bien sûr alcoolique de surcroît. A défaut ceux-ci seront peut-être plus courageux que tous les badeaux ( dont des jc qui savent faire des comms et remarque lorsque l’action est terminée, et que l’on ne voit jamais quand les victimes en tout genres en auraient eu besoin), qui observent de loin et n’osent bouger car ils se disent qu’après tout, ils ne sont pas là pour prendre des coups, les policiers eux , le sont . Et qu’ils soient municipaux ou nationaux, à ce moment précis , cela ne fait plus de difference bizarrement ! ! !
    Les français me désolent! Mais lorsque des idéaux plutots de gauche avec une pointe d’anarchie s’en mêle, ce n’est même plus la peine de communiquer…dialogue de sourd…Il y aura toujours les pros police et les anti-flics. Je finirai juste sur : parlez ce dont vous connaissez, un flic n’as jamais donné de conseils à un boulanger pour que son pain soit meilleur…Pourtant beaucoup de citoyens y vont de leurs petits conseils sur le taf des forces de l’ordre…A bon entendeur salut ! !!!!!!

  7. Pour ce que tu as à dire..
    Un policier municipal fait le même métier qu’un citoyen, sauf qye cela n’est pas un métier.
    Ses pouvoir s’arrete là, celui de citoyen,
    C’est moi qui le paie
    vu que c’est un fonctionnaire
    J’ai le droit à la critique comme pour mon boulanger qui fait de la merde.
    La critique d’un flic n’est pas la meme…
    C’est sa protection qui peut amener critique.
    Tu sembles être doit pour la caricature gaucho…
    Mais la question de fond ?
    Drancy a elle les moyens de sa police privé ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s