Lagarde à vue

Aux éditions La Perenne, on publie généralement de remarquables ouvrages d’histoire médiévale pour bibliophiles sur les  » Presbytères du diocèse de Cornouaille  » ,  » La réformation des fouages de 1426 « ou « Les chevaliers paysans de l’an 1000 au lac de Paladru…(celui-ci, je suis moins sûr). Aussi au Nouveau Centre, a-t-on été surpris d’apprendre la prochaine parution dans une maison d’édition si exigeante d’une biographie de notre président exécutif, Jean-Christophe Lagarde. Voulant nous procurer les bonnes feuilles auprès de l’éditeur lui-même, nous avons découvert avec stupeur le contenu ignominieux de cet ouvrage. Je vous laisse juge :

 » Jean-Christophe Lagarde sait ce que j’ai écrit sur lui.

Il n’aime pas ce que j’ai écrit sur lui.

Il croit que la maison centriste divisée se rassemblera un jour pour le porter à la présidence de la république.

Quand il avait dix-huit ans, je l’ai écrit, on voyait déjà que la politique était ou serait son métier, qu’il était fait pour cela. C’était remarquable. Il a fait son chemin, assistant parlementaire puis, m’a-t-on dit, lié au groupe Air France, puis, ayant placé son ami Vincent Capo-Canellas auprès du maire centriste du Bourget, il put, de là, trouver une base logistique qui lui servit à ravir la mairie de Drancy (un nom resté douloureux depuis 1944, mais il n’y peut rien) aux communistes, et de là la circonscription législative. Il a bien joué, en tandem avec l’UMP caméléon Éric Raoult.

Mais jamais, pas un seul instant, durant toutes les années où je l’ai côtoyé, je n’ai senti en lui autre chose que l’instinct du pouvoir. Il veut gravir encore les échelons de l’État, mais pour quoi faire ? On doit lui accorder de n’avoir pas choisi la facilité en se fixant Drancy pour objectif, mais je n’ai jamais senti en lui d’autre motivation que sa propre carrière, son propre cheminement.

Ce soir, je l’ai entendu dire « … c’est pour cela que j’ai tué Nicole Rivoire ». Je ne connais pas Nicole Rivoire, qui fut présidente de l’UDF puis du MoDem en Seine-Saint-Denis (le 9-3) et maire d’une des communes de ce département jusqu’en mars dernier. Je ne la connais pas, mais qu’a notre pays à faire de gens dont l’activité est de « tuer » d’autres maires au lieu de s’occuper des difficultés d’un département qui n’en manque pas ?

C’est pour cette indignité, pour cette absence de vergogne, que nos concitoyens jugent sévèrement la politique, et ils ont raison. J’ignore si Lagarde croit vraiment dans le rassemblement des centres, mais il peut compter sur moi pour m’y opposer.

Pour le reste, que dire ?  »
Que dire… en effet

http://nouveaucentre.hautetfort.com/

Une réflexion sur “Lagarde à vue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s